D’origine pakistanaise, fils d’un chauffeur de bus et d’une couturière, sorti d’un ghetto pour devenu juriste, militant des droits de l’homme, puis député, il devra affronter l’aristocrate fortuné Zac Goldsmith du parti conservateur.

En cas de victoire, Sadiq Khan promet d’aménager les quartiers pauvres et de prouver qu’il est un  » vrai Européen ».

Ces dernières années, les citoyens de Londres penchent plutôt du côté des travaillistes, même si la capitale anglaise pourrait aussi constituer un morceau de choix pour les conservateurs, écrit le Guardian. Le dernier recensement de la population a montré une augmentation significative de la population dans la capitale britannique, et les représentants de minorités ethniques sont de plus en plus nombreux à Londres. Les Londoniens d’origine indienne, pakistanaise et bangladaise forment de grandes diasporas qui sont aujourd’hui en mesure de dicter leur politique.

Le maire actuel de la capitale, Boris Johnson, avait gagné l’élection grâce aux habitants des quartiers aisés en traduisant dans les urnes leurs peurs, leur colère face au nombre croissant de crimes et de problèmes de transport et de santé. Le favori de la course électorale actuelle, Sadiq Khan, a déclaré qu’il voudrait être le maire « de tous les Londoniens » et, d’après le quotidien, a toutes les chances de parvenir à ses fins.

Femmes musulmanes
© Sputnik. Ramil Sitdikov

Sadiq Khan et Zac Goldsmith représentent deux extrêmes, indique le Daily Express. Le multimillionnaire Goldsmith est né dans une famille riche, il est diplômé du collège d’Eton où ont étudié Boris Johnson et le premier ministre David Cameron. Mais Goldsmith a été exclu d’Eton pour avoir fumé de la marijuana dans sa chambre, puis a acquis la réputation d’un rebelle au parlement. Pendant dix ans, il a été rédacteur du Magazine écologique et mène une campagne sur de nombreuses questions environnementales, dont le réchauffement climatique. Goldsmith a promis que s’il était élu, il prônerait la sortie du pays de l’UE.

Pour sa part, Sadiq Khan est un fils d’immigrés pakistanais qui a grandi dans la banlieue de Tooting, un quartier ouvrier. Il est connu pour son indépendance et a travaillé au sein du comité du travail chez Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste. Pendant plusieurs années Khan était connu comme juriste et spécialiste dans le domaine des droits de l’homme. Il a également œuvré au sein du gouvernement de Gordon Brown. Khan a récemment déclaré que s’il était bénéfique pour Londres de rester dans l’UE, il soutiendrait le point de vue du premier ministre Cameron. En cas d’élection il a l’intention de régler la crise du logement, de geler les tarifs des transports en commun et de vaincre la criminalité.

Khan affirme vouloir être le maire de « tous les Londoniens, milliardaires ou chauffeurs de bus », écrit le Huffington Post, et il est prêt à collaborer avec le gouvernement britannique conservateur au profit des habitants de la capitale.

Musulmans. Image d'illustration
© AP Photo/ Francois Mori

Dans une interview accordée à la revue italienne La Repubblica citée par InoPressa, Sadiq Khan qualifie son parcours d' »histoire de la société contemporaine ». Si tu travailles beaucoup, à Londres, tu peux connaître une grande réussite indépendamment de ta classe, de ta race ou de ta religion, affirme Khan. « Mais pour qu’elle reste une terre d’opportunités pour mes filles également, certaines choses doivent changer. »

Il reconnaît que s’il devenait maire, tout ne changerait probablement pas immédiatement mais que certaines choses évolueraient. « J’ai un plan pour forcer les constructeurs à bâtir un immeuble sur trois pour le peuple. Nous améliorerons le transport. Nous offrirons aux écoles des subventions publiques », promet Khan. Sur l’identité musulmane, l’homme politique a répondu: « Cela signifie prier, respecter le ramadan, manger de la nourriture halal. Mais mon identité est multi-facettes: je suis musulman, Britannique, Européen, travailliste, avocat et père. Parmi mes amis il y a des fidèles de toutes les religions, et j’aime Londres parce qu’elle respecte tout le monde. J’ai de la peine quand j’entends que Donald Trump voudrait chasser les musulmans des USA ».

Pour combattre l’extrémisme islamiste, il faut avant tout reconnaître son existence, souligne Khan. Il appelle aussi à se battre pour l’intégration et à montrer un exemple positif aux jeunes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.