Biden/Israël : le désastre annoncé

Par Michael Goodwin

« NE SOUS-ESTIMEZ PAS LA CAPACITÉ DE JOE À TOUT FAIRE CAPOTER », A DÉCLARÉ L’ANCIEN PRÉSIDENT À PROPOS DE SON VICE-PRÉSIDENT.

Cette remarque, faite alors que Joe Biden se rapprochait de l’investiture démocrate pour 2020, a servi d’explication pratique à son habitude, par ailleurs inexplicable, de perdre alors que la victoire est inéluctable.

Le retrait chaotique et meurtrier d’Afghanistan et la décision de M. Biden d’ouvrir la frontière sud sans plan de gestion des millions de clandestins ne sont que deux des nombreuses décisions déconcertantes qui ont fait de son mandat un synonyme d’échec.

Le point commun est que ses débâcles sont des erreurs non intentionnelles.

Ne rien faire aurait produit de bien meilleurs résultats que les actions qu’il a entreprises. Mais les dernières actions du président sortant suggèrent qu’une remise en question s’impose. C’est qu’Obama lui-même a sous-estimé la capacité de Biden à faire capoter les choses. La preuve en est l’actuelle et la plus scandaleuse des folies du président, qui pourrait avoir les pires conséquences possibles. Celle-ci pourrait mettre le feu aux poudres.
En critiquant sans relâche Israël et en menaçant maintenant de couper les approvisionnements en munitions en pleine guerre, Joe Biden est en train de déclencher une série de répercussions mondiales. Et tout cela parce qu’il est terrifié à l’idée de perdre les élections face à Donald Trump.

Il y a trois façons d’évaluer les actions de Biden.

QUI BLESSENT-ELLES, QUI AIDENT-ELLES ET QUELLES SONT LES RETOMBÉES POUR SA CAMPAGNE ?

Un timing catastrophique

Israël, bien sûr, subit les conséquences les plus néfastes. Parce qu’il est engagé dans un conflit existentiel avec le Hamas, Joe Biden a choisi un moment terrible pour rompre sa promesse d’un soutien « sans faille » à l’État juif.

Quelques jours à peine après avoir profité d’une cérémonie de commémoration de l’Holocauste pour associer avec passion l’attaque du Hamas du 7 octobre aux horreurs de l’Allemagne nazie, le gel militaire soudain de M. Biden ressemble à une personnalité de type Dr Jekyll et Mr Hyde.

SI LE BLOCAGE ARRÊTE LE PLAN ISRAÉLIEN D’ÉLIMINATION DU HAMAS, IL GARANTIRA UNE RECRUDESCENCE DU TERRORISME ISLAMIQUE ET UNE NOUVELLE GUERRE, CE QUI SIGNIFIERA DAVANTAGE DE VICTIMES CIVILES DES DEUX CÔTÉS.

Mais le coup de gueule de Biden ne s’arrête pas là. Il a également sapé les relations de l’Amérique avec d’autres alliés qui ont de nouvelles raisons de s’inquiéter d’être les prochains sur la liste des cibles de M. Biden.

L’Arabie saoudite peut-elle vraiment faire confiance à une administration qui a impitoyablement affaibli le plus proche allié des États-Unis ?
Les alliés européens doivent-ils s’inquiéter d’avoir eux aussi maille à partir avec une Maison-Blanche qui traite mieux ses ennemis que ses amis ?

Et puis il y a l’Ukraine, qui a une autre raison de s’inquiéter, tandis que la Russie et la Chine doivent être ravies de voir la faiblesse américaine en action.

PENDANT CE TEMPS, LE HAMAS BÉNÉFICIE IMMÉDIATEMENT DU BLOCAGE.

Les efforts précédents de Joe Biden pour forcer Israël à protéger, nourrir et soigner les civils de Gaza ont déjà récompensé la stratégie du Hamas consistant à utiliser ses compatriotes arabes comme boucliers humains.

AUCUNE ARMÉE NE PEUT À LA FOIS PROTÉGER SES PROPRES SOLDATS, COMBATTRE UNE FORCE INTÉGRÉE DE TERRORISTES ET S’OCCUPER DE LA POPULATION CIVILE DERRIÈRE LAQUELLE SE CACHE L’ENNEMI.

Il est désormais clair que cette quadrature du cercle imposée par M. Biden était le but recherché. En imposant des exigences déraisonnables à Israël et en menaçant de l’abandonner s’il ne s’exécute pas, M. Biden espère mettre fin à ce qui est pour Israël une guerre d’autodéfense.

La campagne de critiques qu’il a menée pendant des mois a convaincu le groupe terroriste que le temps était de son côté et a joué un rôle dans son refus de négocier sérieusement la libération des otages israéliens et américains en échange d’un cessez-le-feu.

Aujourd’hui, Yahya Sinwar et d’autres bouchers du Hamas sont à nouveau récompensés par le refus de M. Biden de fournir des munitions pour l’avancée d’Israël à Rafah, le dernier bastion du groupe.

Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, a déclaré aux journalistes

QU’  « EN DÉCLARANT LA CHASSE OUVERTE À ISRAËL », M. BIDEN « A CRÉÉ UN DÔME DE FER DIPLOMATIQUE AMÉRICAIN POUR LE HAMAS ».

L’Iran, lui aussi, bénéficie largement de ce gel. Grâce à la levée des sanctions pétrolières par M. Biden et au paiement de milliards de dollars pour la rançon des otages, les mollahs meurtriers ont reçu le feu vert pour poursuivre leur campagne contre Israël et tenter de chasser l’Amérique du Moyen-Orient.

Téhéran capitalise

Le Hezbollah a intensifié ses tirs de roquettes depuis le Liban, ce qui a conduit le ministre israélien de la défense à mettre en garde contre un « été chaud » à la frontière septentrionale de son pays.

En outre, les Houthis ont renouvelé leurs attaques contre des cargos internationaux en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, des actions qu’ils ne mèneraient pas sans la bénédiction de l’Iran.

Il est honteux de constater que Joe Biden est apparemment prêt à accepter les deux premières conséquences de sa trahison d’Israël si cela lui permet d’accroître le soutien national à sa campagne.

PRENDRE SES DISTANCES AVEC LE PREMIER MINISTRE BENJAMIN NETANYAHOU VISAIT À GAGNER LA CONFIANCE DES ÉTUDIANTS ANTISÉMITES PORTANT DES KEFFIEHS ET DES ÉLECTEURS AMÉRICAINS MUSULMANS, EN PARTICULIER DANS LES ÉTATS DE L’UPPER MIDWEST QUI SONT EN TRAIN DE BASCULER.

Jusqu’à présent, l’opération s’est soldée par un échec. Majoritairement démocrates, ces réfractaires savent que leur pression modifie la politique américaine, mais ils n’ont pas récompensé M. Biden de leur soutien.

Comme l’a indiqué le New York Times après avoir interrogé des activistes musulmans,

LA VOLTE-FACE SUR ISRAËL REVIENT À DIRE QUE C’EST « TROP PEU, TROP TARD ».

« L’annonce du président est extrêmement tardive et terriblement insuffisante », a déclaré au Times Abbas Alawieh, un manifestant arabo-américain du Michigan.

« IL DOIT SE PRONONCER CONTRE CETTE GUERRE. IL FAUT QU’IL SE PRONONCE CONTRE CETTE GUERRE, UN POINT C’EST TOUT. CE SERAIT IMPORTANT ».

Ce serait en effet significatif – et tragique pour Israël et l’Amérique. Pourtant, Joe Biden persiste.

La seule bonne nouvelle est que sa stratégie de guerre inquiète enfin certains démocrates, les dissidents accusant à juste titre le président de mettre Israël en danger.

Vingt-six démocrates de la Chambre des représentants, emmenés par Josh Gottheimer (New Jersey), ont averti la Maison-Blanche que le gel des armes favorisait le programme de chaos, de brutalité et de haine des mandataires du terrorisme iranien et rendait un accord sur les otages encore plus difficile à obtenir.

Certains méga donateurs démocrates sont également mécontents. Le magnat d’Hollywood, Haim Saban, est allé à l’essentiel dans une note adressée aux assistants de campagne.

« N’OUBLIONS PAS QU’IL Y A PLUS D’ÉLECTEURS JUIFS QUI SE SOUCIENT D’ISRAËL QUE D’ÉLECTEURS MUSULMANS QUI SE SOUCIENT DU HAMAS », A ÉCRIT M. SABAN.

« Mauvaise, mauvaise, mauvaise décision à tous les niveaux », a-t-il ajouté, selon Axios.

Tout cela est vrai et évident. Pourtant, Joe Biden reste insensible à l’évidence qu’il joue avec le feu en apaisant les ennemis de l’Amérique et en punissant ses amis.

Quel désastre ! MG

JForum.fr avec Michael Goodwin, New York Post  par mabatim.info

Le président Joe Biden assiste à une conférence de presse sur sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping avant le début du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Woodside, en Californie. REUTERS

 

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Richard Malka

Biden Macron en même temps….le double jeu….cela s’appelle la takia…..tout deux kidnappent la démocratie pour la transformer à leur désir…..les canacs de nouvelles Calédonie l’ont bien compris aussi…..