La Chambre votera mercredi sur un projet de loi obligeant Biden à vendre des armes à Israël

« Toute mesure visant à retenir des ressources entrave notre sécurité nationale et mondiale et envoie un signal dangereux sur lequel on ne peut pas compter sur les États-Unis », selon les promoteurs du projet de loi.

ANDRÉ BERNARD

La Chambre des représentants américaine doit voter mercredi un projet de loi qui obligerait l’administration Biden à approuver les ventes d’armes à Israël.

Les représentants Ken Calvert (Républicain de Californie), Tom Cole (Républicain de l’Oklahoma), Mario Díaz-Balart (Républicain de Floride) et David Joyce (Républicain de l’Ohio) ont publié samedi la loi sur le soutien à l’assistance à la sécurité d’Israël. Le projet de loi condamne la décision de l’administration Biden de suspendre les expéditions d’armes vers Israël et retiendrait les fonds du Pentagone et du Département d’État américain à moins que ces expéditions et les futures expéditions ne soient approuvées.

« La Chambre et le Sénat ont agi selon la volonté du peuple, fournissant massivement à Israël la puissance de feu nécessaire pour envoyer un message : les États-Unis et nos alliés ne se recroquevilleront pas devant des organisations terroristes comme le Hamas », ont déclaré les législateurs. « L’administration devrait utiliser l’aide qu’elle a demandée pour doter Israël de ce dont il a besoin pour se défendre, détruire le Hamas et maintenir la paix dans la région. »

Retenir des ressources « entraverait notre sécurité nationale et mondiale et enverrait un signal dangereux selon lequel on ne peut pas compter sur les États-Unis comme partenaire », ont ajouté les législateurs.

« Nous exigeons que l’administration respecte notre engagement envers notre grand allié au Moyen-Orient, surtout en cette période de grave nécessité », ont-ils ajouté.

La loi supprimerait les salaires des fonctionnaires du Département d’État et du Département de la Défense impliqués dans la suspension ou l’annulation de la livraison d’armes et de services de défense à Israël. Il retiendrait également certains fonds de ces départements et du bureau exécutif du président jusqu’à ce que les ventes soient approuvées.

Cela exigerait également que le secrétaire à la Défense soumette tous les 30 jours un rapport au Congrès sur la fourniture d’armes à Israël.

Le projet de loi note que le Congrès a approuvé cette année une aide militaire annuelle et supplémentaire de 12,5 milliards de dollars à Israël. Israël utilise une grande partie de cette aide pour acheter des armes aux États-Unis qui nécessitent l’approbation de l’administration.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a confirmé mercredi lors d’un témoignage au Congrès que l’administration avait suspendu l’approbation d’au moins une expédition d’armes vers Israël, en raison des inquiétudes concernant une éventuelle opération terrestre israélienne à grande échelle dans la ville de Rafah, au sud de Gaza.

Cette cargaison comprendrait 3 500 bombes.

Le président américain Joe Biden a déclaré à CNN qu’il envisagerait de couper toutes les armes offensives fournies par les États-Unis à Israël si celles-ci pénétraient à Rafah.

« Nous allons continuer à veiller à ce qu’Israël soit en sécurité en ce qui concerne le Dôme de Fer et sa capacité à répondre aux attaques récentes en provenance du Moyen-Orient », a déclaré Biden. « Nous n’allons pas fournir les armes et les obus d’artillerie. »

La décision de suspendre une livraison d’armes et la menace d’en interrompre d’autres si Israël entre à Rafah a suscité de vives critiques de la part des républicains et de certains démocrates pro-israéliens.

Les représentants Josh Gottheimer (DN.J.) et Jared Golden (Démocrate-Maine) ont dirigé 24 de leurs collègues démocrates dans une lettre au conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, disant qu’ils étaient « profondément préoccupés » par la décision de retenir l’expédition d’armes. .

L’ancien président Donald Trump a déclaré samedi lors d’un rassemblement dans le New Jersey que la décision de Biden de suspendre la vente était un exemple de sa présidence « faible et pathétique ».

« Je soutiens le droit d’Israël à gagner sa guerre contre le terrorisme. Est-ce que ça va ? » a déclaré Trump. «Je ne sais pas si c’est bon ou mauvais politiquement. Je m’en fiche. Je dois faire ce qui est juste.

Alors que les législateurs de la Chambre contrôlée par les Républicains pourraient voter mercredi en faveur de la loi sur le soutien à l’assistance à la sécurité d’Israël, le projet de loi fera face à une audience plus dure au Sénat contrôlé par les Démocrates. S’il était adopté, Biden y opposerait probablement son veto.

JForum.fr avec jns
Un avion de combat de 5e génération de l’armée de l’air israélienne F-35I « Adir » vole dans le ciel de Tel Aviv le jour de l’indépendance, le 5 mai 2022. Crédit : Davidi Vardi/Shutterstock

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Avraham

Si on arrive à se débrouiller sans leur aide, ça sera toujours ça de gagné. Être dépendants de ces girouettes qui ont pitié de ces cannibales en essayant de nous les faire passer pour des pauvres exilés…
L’Amérique est un faux ami, qd on n’a pas le choix on fait avec, mais qd ils grognent de voir disparaître le Hamas, faut pas être ingénieur pour comprendre de quel côté ils sont…

KIGEM

DÉJÀ LES USA PAR LA DÉCISION DE BIDEN A ABANDONNÉ LES AFGHANS IL S ÉTAIT DÉTOURNÉ DE L ARABIE SAOUDITE (il est revenu vers eux la queue entre les jambes) IL REFUSE SON AIDE À ISRAËL QUI POURRA CROIRE À LA FIABILITÉ DE CETTE AMÉRIQUE.
LES ÉLECTIONS NE DOIVENT PAS FAIRE DOUTER TOUS CES PAYS.