Le Hamas introduit ses propres manuels scolaires

0
11

L’organisation palestinienne, qui contrôle Gaza, veut inculquer son idéologie militante à la future générationPour la première fois depuis qu’il a pris contrôle de la bande de Gaza en 2007, le Hamas dévie du programme scolaire approuvé par l’Autorité palestinienne en introduisant de nouveaux manuels scolaires, a rapporté le quotidien New York Times lundi.

La nouvelle initiative fait partie d’un plan plus large du Hamas visant à inculquer à la future génération l’idéologie militante du parti.

Les manuels, qui seront utilisés par 55 000 élèves de la huitième à la dixième année, ne reconnaît pas Israël et ne mentionne pas les accords d’Oslo, l’accord de paix qu’Israël a signé avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dans les années 1990.

Le manuel fait référence à la Torah juive et au Talmud comme ayant été “fabriqués” et présente le mouvement sioniste comme un mouvement raciste dont le but est de chasser les Arabes du Nil en Égypte jusqu’à l’Euphrate en Irak, Syrie et Turquie.

La “Palestine” y est présentée comme un État pour les Musulmans s’étendant du Jourdain à la Mer Méditerranée, incluant les villes de Haifa, Beersheva et Acre, soit toutes des villes situées à l’intérieur de la frontière de 1948 d’Israël.

La revendication du droit historique des Juifs à la terre y est niée, affirmant que “les Juifs et le mouvement sioniste ne sont pas liés à Israël, car les fils d’Israël sont une nation qui a été annihilée”.

Un contentieux de longue date

Les manuels scolaires sont depuis longtemps un point de discorde au sein du conflit israélo-palestinien, dans lequel les récits historiques et les affrontements culturels sous-tendent une lutte territoriale.

Ils sont un exemple central de ce que les dirigeants israéliens appellent l'”incitation” contre les Juifs, qui représente pour eux un obstacle aux pourparlers de paix qui ont récemment repris sous la pression des États-Unis.

Yosef Kuperwasser, un haut fonctionnaire israélien qui a mené la charge contre l’incitation, a déclaré que les nouveaux manuels sont l’expression directe d’un dangereux message répandu partout dans le système scolaire et les médias palestiniens. ” Si vous voulez une paix réelle, elle doit être basée sur un vrai changement dans la culture de la haine”, a-t-il déclaré au New York Times (NYT).

“Les manuels scolaires sont toujours et partout au monde un outil très important pour représenter l’ethos national”, a déclaré le professeur Daniel Bar-Tal de l’universtié de Tel-Aviv au NYT.

Le professeur, qui a co-dirigé une récente étude sur les manuels scolaires israéliens et palestiniens, précise que ” lorsqu’un dirigeant dit quelque chose, ce n’est pas tout le monde qui écoute. Mais lorsque l’on parle des manuels scolaires, tous les enfants …”>Article original y seront exposés”.

Dans son étude, Bar-Tal a découvert que les manuels de l’Autorité palestinienne contiennent généralement davantage de caractéristiques négatives à l’égard d’Israël et moins d’auto-critique que les manuels israéliens.

Cependant, les deux parties présentent l’autre comme l’ennemi et échouent à proposer des cartes géographiques représentant la réalité de manière honnête.

Les manuels israéliens et palestiniens manquent tous les deux d’information sur leur religion, leur culture et leur vie quotidienne respectives.

Une lutte d’influence Hamas/Autorité palestinienne

Des dirigeants du Hamas ont affirmé avoir introduit les nouveaux manuels et doublé le nombre d’heures dévouées à l’éducation nationale, car ils croient que l’Autorité palestinienne est mise sous pression par Israël pour édulcorer son programme scolaire.

“Nous devons nous assurer que les générations restent attachés à leurs droits nationaux”, a confié le législateur du Hamas Huda Naim au NWT.

Car au-delà du traitement discutable porté aux Juifs et à Israël, les manuels représentent aussi une volonté du Hamas de s’affirmer sur la scène​ politique palestinienne, actuellement divisée entre l’Autorité palestinienne au pouvoir en Cisjordanie et la bande de Gaza sous le contrôle du Hamas.

Par exemple, Ahmed Yassine, fondateur du Hamas, est présenté comme une figure aussi importante que Yasser Arafat, l’ancien président palestinien, qui reste le héros national en Cisjordanie.

Il y a 465 000 étudiants dans la bande de Gaza. L’UNRWA (l’agence onusienne responsable des réfugiés palestiniens) gère 250 écoles de la première à la neuvième année, et le Hamas contrôle 400 écoles enseignant à tous les niveaux. Il y a également 46 écoles privées dans l’enclave palestinienne.

L’UNRWA et le Hamas reprennent tous les deux le programme de l’Autorité palestinienne enseigné en Cisjordanie. Le Hamas y a toutefois ajouté certains programmes, comme un entrainement militaire introduit l’année dernière au lycée sur la résistance contre Israël.

04-11-2013 /I 24 NEWS Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here