«M. Markiewicz, vous n’êtes pas soutenu par la communauté juive».

Ça se passe en Belgique, mais ça pourrait bien se passer en France. La représentativité des juifs – alors qu’il n’y a aucune transparence dans les processus démocratiques, ou que ces derniers ne sont là que de manière cosmétique, – est une des raisons du rejet voir du dégoût que génère la gouvernance communautaire juive en France. Au moment où l’islam pèse de plus en plus en France, l’émiettement du Judaïsme français réduit à 330.000 âmes -dont une grande partie est en état d’assimilation-, devraient alerter tous les membres de la communauté. Au lieu de cela, l’individualisme est la règle, et l’engouement pour les entreprises individuelles brise toutes les options fédératrices.

Un collectif de personnalités et d’organisations juives réagit aux propos de Philippe Markiewicz, le président du Consistoire central israélite de Belgique. Philippe Markiewicz avait dénoncé dans nos colonnes l’influence de Moshe Kantor, un proche de Vladimir Poutine, sur la communauté juive de Belgique.
Dans un entretien sollicité auprès du journal Le Soir, le président du Consistoire Central Israélite de Belgique, Monsieur Philippe Markiewicz, s’est présenté comme étant soutenu par sa communauté, et présidant l’organe officiel du judaïsme belge.
Parce que nous considérons que les dires de Monsieur Markiewicz dans cet entretien ne correspondent pas à la réalité, sont extrêmement graves et donnent une image de la communauté juive que nous ne reconnaissons pas, nous tenons à nous distancier très clairement des opinions exprimées par Monsieur Markiewicz.
Certains d’entre nous sont membres du Consistoire, l’organe chargé du « temporel du culte » israélite, qui rassemble les communautés israélites reconnues. L’assemblée consistoriale est composée de représentants de différentes synagogues. En aucun cas l’assemblée consistoriale n’est représentative de l’ensemble de la vie juive en Belgique.
En effet, ni les mouvements de jeunesse, ni les écoles, ni l’Union des Etudiants Juifs de Belgique, ni le Service Social Juif, ni les centres culturels, ni les associations de la mémoire, ni les clubs et les associations thématiques juives ne sont représentés au Consistoire, ou n’en dépendent directement. Toutes ces associations, par ailleurs membres du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique, ont été heurtées par les propos outranciers et caricaturaux de Monsieur Markiewicz, les mettant indirectement en cause. En ceci, les propos de Monsieur Markiewicz sont trompeurs.
Par ailleurs, Monsieur Markiewicz n’a pas consulté les membres de l’assemblée consistoriale avant de communiquer à la presse des informations tronquées et insultantes sur des personnalités communautaires. En ceci, les propos de Monsieur Markiewicz sont irresponsables.
Enfin, sur le fond, nous nous inscrivons en faux contre les affirmations de Monsieur Markiewicz :
– Suggérer que les niveaux d’antisémitisme dans notre pays sont exagérés pour des motifs de déstabilisation sociale est tout simplement indigne d’un dirigeant communautaire, et honteux plus généralement ;
– Non, aucune communauté juive ne peut être « achetée » par qui que ce soit ;
– Non, aucun dirigeant communautaire n’a d’attitude belliciste et nous invitons Monsieur Markiewicz à lire et à écouter les prises de positions du Comité de coordination des organisations juives de Belgique au lieu de les caricaturer de manière trompeuse.
En tout état de cause, il nous apparaissait essentiel de clarifier que les postures de Monsieur Markiewicz, telles qu’exprimées dans l’entretien, ne sont pas celles de la Communauté juive de Belgique.
*Signataires : Communauté Israélite Sépharade de Bruxelles, Union des Etudiants Juifs de Belgique, Centre Culturel Laïc Juif David Susskind, Service Social Juif, Fondation Mémorial National aux Martyrs Juifs de Belgique, Maison de la Culture Juive, Foyer Culturel Juif de Liège,Communauté Israélite Sépharade Unifiée (CISU), Maccabi, Magen David Adom, Moishe House, Mouvement Avoda, Mutualité Juive d’inhumation, Taglit, WIZO Belgique, Ligue Belge Contre l’Antisémitisme (LBCA).
Baron Jacques Brotchi, président honoraire du Sénat de Belgique; Sacha Guttman et Joanna Peczenik, coprésidents de l’Union des Etudiants Juifs de Belgique; Maurice Sosnowski, ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique; Serge Rosen, ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique; Joel Rubinfeld,ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique; Claude Schulman, professeur émérite; Gérard Grosjean, vice-président et président d’honneur de Radio Judaïca; Philou Ceciora, président du Service Social Juif; Dr. Véronique Lederman Bucquet; Stefania Goldenberg, membre du Comité directeur du CCOJB; Alain Wahba, administrateur de l’Organisation Sioniste de Belgique; Vico Levy, ancien président du Keren Hayessod; Daniel Banet, ancien membre du Comité directeur du CCOJB; Simon Abergel, administrateur de sociétés; Bernard Gliksberg, responsable départemental au Consistoire 2000-2021; Eitan Bergman, directeur exécutif de l’Union des Etudiants Juifs Européens; Jonathan De Lathouwer, vice-président du CCOJB; Willy Wolzstajn, membre du comité directeur du CCOJB; Alexa Chiche, administratrice de sociétés; Dr. Alain Jesuran; Jacky Taché, Patricia Teitelbaum.David Douenias.

Philippe Markiewicz persiste et signe

« Je maintiens la position prise dans mon interview intitulée : “L’attaque de Kantor contre la Belgique était injustifiée”, ceci malgré la carte blanche d’une quinzaine d’institutions et d’une vingtaine de personnes.
Il y a lieu de relever que Regards, l’organe de presse du CCLJ, dans son édition du 3 mai 2022, par un article de 3 pages, confirme pour l’essentiel ma position ».

JForum – Le Soir.be

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.