COMMUNAUTÉ JUIVE MAROCAINE: UNE ATTENTION ROYALE.

Lors du Conseil des ministres de ce 13 juillet, la communauté juive marocaine a fait l’objet d’une attention royale. Le roi Mohammed VI a donné ses instructions afin que les institutions régissant cette importante communauté soient réorganisées. Les détails avec les quotidiens Al Ahdath et Assabah dont est tirée cette revue de presse.

Dans son édition du jeudi 14 juillet, le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia a consacré un grand dossier aux importantes décisions prises lors du Conseil des ministres, tenu le 13 juillet, sous la présidence du roi Mohammed VI. Une bonne partie de ce dossier a mis en exergue la réorganisation, sur instructions royales, des institutions régissant la communauté juive marocaine.

Le Souverain a ainsi décidé le renforcement du dispositif légal encadrant les institutions organisant la communauté juive marocaine, un dispositif élaboré à travers de larges consultations avec les personnalités et représentants de la communauté, qu’ils soient présents au Maroc ou résidant à l’étranger.

Ces nouvelles institutions «répondent aux souhaits des Juifs du Maroc, d’ici et d’ailleurs, de retrouver leur place dans le concert de la nation afin d’apporter leur pierre à l’édification d’un Maroc uni et pacifique, dynamique et prospère, dans ses légitimes frontières ancestrales», comme précisé dans le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du 13 juillet.

Al Ahdath revient sur les instances concernées que sont le Conseil national de la communauté juive marocaine, qui sera chargé de gérer les questions et les affaires quotidiennes des membres de la communauté, la Commission des Juifs marocains de l’étranger dont le rôle est de consolider les liens des juifs marocains établis à l’étranger avec leur pays d’origine, à renforcer leur rayonnement cultuel et culturel et à défendre les intérêts suprêmes du Royaume. Enfin, la Fondation du judaïsme marocain aura pour missions de promouvoir et veiller au patrimoine immatériel judéo-marocain, ses traditions et spécificités.

Assabah ajoute pour sa part que la communauté juive au Maroc et les représentants de celle établie à l’étranger ont vivement salué la pertinence de la réorganisation des institutions de la communauté juive marocaine dans son ensemble. Le Conseil des communautés israélites au Maroc a d’ailleurs affirmé que ce nouveau cadre légal fournit à la «diaspora un cadre qui leur permettra de renforcer encore les liens avec le Royaume et de s’impliquer avec ferveur pour la défense des causes nationales».

  • Les nouvelles dispositions ont été élaborées à l’issue de consultations avec les représentants et des personnalités de la communauté juive

  • La communauté juive marocaine, estimée aujourd’hui à 3 000 personnes, reste la plus importante d’Afrique du Nord, malgré un départ massif vers Israël

Le roi Mohammed VI a entériné mercredi une réorganisation de la communauté juive au Maroc, « composante » de la culture nationale, lors d’un conseil des ministres qu’il a  exceptionnellement présidé au Palais royal de Rabat.

A la fin de ce conseil, le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a présenté devant le monarque de nouvelles mesures concernant l’organisation de la communauté juive marocaine, selon un communiqué du porte-parole du Palais royal, Abdelhak Lamrini. Ces mesures — « élaborées, en application des hautes instructions royales » — « viennent consacrer l’affluent hébraïque en tant que composante de la culture marocaine riche de ses multiples affluents », souligne le communiqué publié par l’agence officelle MAP.

La communauté juive marocaine, estimée aujourd’hui à 3.000 personnes, reste la plus importante d’Afrique du Nord, malgré un départ massif vers Israël après la création de l’Etat hébreu en 1948. Présente depuis l’Antiquité, renforcée au 15e siècle par l’expulsion des juifs d’Espagne, cette communauté a atteint 250.000 âmes à la fin des années 1940.

Les nouvelles dispositions ont été élaborées à l’issue de consultations avec les représentants et des personnalités de la communauté juive, selon le communiqué royal. Elles instaurent un Conseil national de la communauté juive marocaine, chargé de « la gestion des affaires de la communauté et la sauvegarde du patrimoine et du rayonnement culturel et cultuel du judaïsme et de ses valeurs marocaines authentiques ».

Elles prévoient aussi la création d’une Commission des Juifs marocains de l’étranger qui « œuvre à consolider les liens des juifs marocains établis à l’étranger avec leur pays d’origine, à renforcer leur rayonnement cultuel et culturel et à défendre les intérêts suprêmes du Royaume ».

Les quelque 700.000 Israéliens d’ascendance marocaine ont souvent gardé des liens très forts avec leur pays d’origine.

Enfin est créée une Fondation du judaïsme marocain qui « a pour missions de promouvoir et veiller au patrimoine immatériel judéo-marocain, de sauvegarder ses traditions et de préserver ses spécificités ».

Cette nouvelle organisation du judaïsme marocain survient au moment où le rapprochement entre le royaume chérifien et l’Etat hébreu se poursuit à un rythme accéléré.

Israël et le Maroc ont rétabli leurs relations diplomatiques en décembre 2020 dans le cadre des accords d’Abraham, un processus de normalisation entre l’Etat hébreu et plusieurs pays arabes, soutenu par l’ex-administration américaine de Donald Trump.

JForum.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.