Quand l’Union européenne ne parle plus d’une seule voix.

Michèle Mazel

Il y a des nouvelles qui font la Une de tous les médias. Il y a celles qui n’ont droit qu’à un entrefilet au milieu du journal. Et il y a celles qui ne méritent pas d’être publiée. C’est le cas par exemple des dernières déclarations de l’Ayatollah Ali Khamenei, leader suprême de la république islamique d’Iran, intervenues le 21 mai dernier.

De quoi s’agissait-il au juste ? Ah oui. « «Le régime sioniste est une tumeur cancéreuse qu’il faut éliminer. ».

Ce n’était pas la première fois que l’un ou l’autre des dirigeants iraniens affirmait sa détermination de rayer l’Etat juif de la surface de la terre. La plupart du temps il n’y avait que ledit état pour protester, quoi que depuis l’avènement du président Trump il y avait eu quelques condamnations américaines. Cette fois d’ailleurs, c’est Mike Pompeo, qui dirige la diplomatie américaine, qui a réagi le premier. Intervenant le jour même il condamne des propos qui selon lui évoquent les appels au génocide d’Adolf Hitler et qui mettent en lumière le fait que l’Iran n’a pas sa place dans la communauté internationale.

Ce qui est plus surprenant que l’Union Européenne publie peu de temps après un communiqué sans appel :

«L’Union européenne condamne les remarques menaçantes du Leader suprême iranien l’Ayatollah Ali Khamenei remettant en question la légitimité d’Israël. De telles déclarations sont totalement inacceptables et représente une source de préoccupation profonde. Elles sont aussi incompatibles avec l’objectif d’un Moyen-Orient stable et en paix recherché par l’Union Européenne. L’Union européenne rappelle son engagement fondamental pour la sécurité d’Israël».

Ce communiqué est d’autant plus remarquable qu’il intervient alors que les pays de l’Union multiplient les déclarations concernant la volonté d’annexion d’un certain nombre d’implantations situées en Judée et en Samarie, exprimée par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’appuyant sur certaines dispositions du plan de paix présenté par le Président Trump.

Si la condamnation semble générale, des différences d’opinion concernant d’éventuelles mesures à prendre en cas d’exécution du projet ont jusqu’ici bloqué toute décision. L’Union, européenne aurait-elle souhaité, en publiant son communiqué, équilibrer sa position et montrer que critiquer telle ou telle initiative israélienne ne revenait pas à nier la légitimité de l’Etat juif?

En tout cas, ce qui est étonnant c’est que de grands quotidiens comme Le Figaro et comme Le Monde, qui ont consacré des analyses approfondies, tant au sujet de l’annexion qu’à celui des débats concernant les sanctions envisagées, n’ont pas cru bon de se poser la question ou, à tout le moins, de donner des informations détaillées à leurs lecteurs, tant sur le communiqué de l’UE que sur les circonstances l’ayant motivé.

De la même manière ils n’ont pas relevé que l’Allemagne d’Angela Merkel avait vivement critiqué Khamenei, suivie en cela par la Grande Bretagne. La France, qui avait jugé bon de lancer par la voix de son ministre des Affaires étrangères un vif avertissement à Israël le 19 mai lors de l‘investiture du nouveau gouvernement, n’a pas jugé bon de s’exprimer sur les propos de Khamenei.

Ajoutons que comme c’est sur son compte Twitter qu’il avait publié ces propos, la ministre israélienne des Affaires stratégiques a demandé la suspension immédiate dudit compte conformément à la charte de ce réseau social.

Par ©Michèle Mazel

4 Commentaires

  1. toutes ses postures des pays européens et de l’union européenne
    sont de l’esbroufes, comme d’habitude pour ne pas changer
    ils donnent la carottes pour mieux se servir du baton
    ils sont égales a eux mème, rien de nouveau
    et les merdias mainstreams n’en parlons pas, ils sont la pour mieux
    instiller leurs propagandes………. aucune crédibilité
    aujourd’hui et plus que jamais, les meilleurs infos sont sur le net
    jforum.fr dreuz.info timesofisrael.com et quelques autres il y a le choix

  2. Comme les medias français ne sont pas mes moyens d’information,est ce que la france a reagi aux propos iraniens comme l’a fait l’allemagne dirigée par mme Merkel?où bien comme je le suppose elle n’a pas reagi en tant que pays en s’abritant derriere le communiqué de l’onu pour ne pas deplaire à son partenaire iranien? Marc, éclairez nous joseph

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.