Home Israel La guerre de l’ombre Israël-Corée du Nord à l’ère atomique

La guerre de l’ombre Israël-Corée du Nord à l’ère atomique

0
7310
Entête Il s’agit d’une image satellite d’une installation inconnue en Syrie, collectée le 11 janvier 2008. Le site a été bombardé par des jets israéliens en septembre 2007 parce qu’il était soupçonné d’être un réacteur nucléaire. C’est ici montrant la nouvelle construction. (Photo: DigitalGlobe via Getty Images via Getty Images)

C’est en grande partie par hasard qu’Israël a enregistré l’un de ses plus grands coups d’éclat en 2007.

À l’époque, le Mossad surveillait le directeur général de la Commission syrienne à l’énergie atomique, un bureaucrate grassouillet à lunettes, nommé Ibrahim Othman. Othman était à Vienne cet hiver-là pour assister aux réunions de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU, et le Mossad a cherché à en savoir plus sur ses activités secrètes. Les Israéliens ont piraté l’ordinateur personnel du Syrien après qu’il eut quitté son hôtel pour des réunions dans la capitale autrichienne.

Le gouvernement israélien a été choqué parce que le Mossad a découvert sur le portable d’Othman. Une mine de photos téléchargées décrivait un bâtiment en forme de boîte en construction sur l’Euphrate, dans l’est de la Syrie. Les satellites d’espionnage israéliens et américains avaient détecté cette mystérieuse structure lors de précédents balayages de la Syrie, mais ne lui avaient imputé aucune signification particulière. Les photos d’Othman ont toutefois révélé que le bâtiment, situé près d’une ville commerçante syrienne appelée Al Kibar, était une réplique virtuelle du réacteur nucléaire Yongbyon en Corée du Nord, une installation produisant du plutonium, que les États-Unis considéraient comme une fabrique virtuelle de bombes. L’installation n’avait aucune application civile réelle. L’inquiétude des Israéliens au sujet de la liaison nord-coréenne n’a été amplifiée que par une photo stockée sur son ordinateur portable par Othman. Il le montrait debout bras dessus bras dessous avec un homme asiatique que le Mossad avait identifié comme étant Chon Chibu, un scientifique nucléaire nord-coréen qui travaillait à l’installation de Yongbyon. Chon avait déjà pris part à des discussions sur le désarmement, avec les États-Unis et d’autres puissances mondiales.

Alors que la découverte du réacteur nucléaire d’Al Kibar a déclenché la panique parmi les responsables israéliens et américains, le fait que la Corée du Nord semble jouer un rôle actif dans la fourniture d’une expertise meurtrière en armement à l’un des ennemis d’Israël n’a pas été une surprise. En fait, bien que la Corée du Nord ne soit pas souvent considérée dans les rangs des ennemis d’Israël ni, en fait, comme un acteur à part entière des affaires du Moyen-Orient, le surnommé royaume ermite de Pyongyang a activement soutenu les États hostiles à Israël et a facilité attaques contre l’Etat juif depuis les années 1960. Malgré des tentatives occasionnelles de négocier une trêve entre les deux nations, les relations entre Israël et la Corée du Nord ont été définies, pendant des décennies, par une hostilité secrète et un conflit par procuration – une guerre virtuelle entre les deux nations.

En 2007, le Premier ministre israélien Ehud Olmert avait clairement fait savoir à Washington que son gouvernement n’accepterait pas que le président syrien Bashar Assad renforce sa capacité de fabrication d’armes nucléaires. Cela allait à l’encontre de la fameuse doctrine de Begin, selon laquelle aucun gouvernement israélien ne pouvait permettre à ses ennemis régionaux de posséder des armes de destruction massive. Ce mantra a guidé l’attaque israélienne de 1981 contre le réacteur Osirak en Irak. Mais les inquiétudes en Israël ont été exacerbées en 2007 par le fait que ses renseignements ont montré que l’installation d’Al Kibar était sur le point de devenir “bouillante”, ce qui signifie que l’uranium serait injecté dans le réacteur. À ce stade, une attaque israélienne risquerait de propager une contamination radioactive en Syrie et en Irak, ce qui entraînerait une condamnation généralisée de l’État juif.

L’administration de George W. Bush, quant à elle, faisait face à son propre dilemme. Les Etats-Unis combattaient une insurrection croissante en Irak après le renversement de Saddam Hussein, un homme fort, sous le faux prétexte que Bagdad développait des armes de destruction massive. Des responsables américains ont demandé si Washington pourrait s’engager dans des opérations militaires contre un autre État arabe, notamment sous le prétexte d’étouffer la prolifération des ADM. Les services de renseignement américains avaient également du mal à comprendre comment ils auraient pu passer à côté du réacteur naissant d’Assad sans le voir, tandis que Washington avait, quelques années auparavant, hystérisé la prétendue présence d’un programme d’armement inexistant en Irak.

Israël et les États-Unis ont tous deux redoublé d’efforts, au printemps et à l’été 2007, pour s’assurer que leur évaluation d’Al Kibar était correcte. Israël a secrètement envoyé des commandos dans l’est de la Syrie pour obtenir des échantillons de sol autour de l’installation située sur l’Euphrate. Les tests ont montré des résultats positifs pour les particules d’uranium artificiel nécessaires à un programme nucléaire. L’administration Bush, quant à elle, a balayé ses informations disponibles sur le mouvement de diplomates nord-coréens et de sociétés commerciales en Syrie au cours des années précédentes.

Les États-Unis ont finalement trouvé l’implication d’un acteur gênant sur la scène internationale : une société appelée Namchongang Trading Corp., dirigée par un haut responsable nord-coréen, Yun Ho Jin. L’ONU et les États-Unis ont sanctionné Yun comme l’un des pires responsables de prolifération nucléaire de Pyongyang. Ancien diplomate nord-coréen à l’AIEA à Vienne, Yun avait utilisé Namchongang à la fin des années 1990 pour acheter secrètement des tubes en aluminium destinés au programme nucléaire de son gouvernement à des sociétés d’ingénierie allemandes. Yun était perçu comme un maître de l’utilisation des sociétés écran et des réseaux internationaux de contrebande pour duper les agences de renseignement rivales. Les États-Unis pensaient que Yun et son beau-père, un haut gradé de l’armée nord-coréenne, avaient joué un rôle dans le transfert de capacités militaires au Pakistan, en Libye et au Myanmar, et notamment dans certains cas.

Les mystères, cependant, abondaient encore à propos d’Al Kibar. Les Israéliens et les Américains ont été stupéfaits de trouver les structures de soutien nécessaires en Syrie pour un programme d’armes nucléaires. Celles-ci comprenaient une installation de retraitement pour extraire le plutonium de qualité militaire du réacteur et les sites d’ingénierie requis pour convertir la matière fissile en sphères métalliques pour une bombe. Les États-Unis et Israël ont également demandé qui finançait la construction, vu les finances épuisées d’Assad. L’une des théories était que l’Iran payait le réacteur de son proche allié comme moyen de posséder un programme nucléaire par satellite, loin des regards indiscrets des services de renseignement occidentaux.

Le bombardement d’Al Kibar en 2007 n’a pas dissuadé la Corée du Nord de continuer à utiliser des systèmes d’armes sophistiqués pour protéger ses ennemis, et même, dans certains cas, ses amis du Moyen-Orient. En effet, l’inquiétude d’Israël vis-à-vis de la Corée du Nord n’a augmenté que 12 ans après l’attaque en Syrie. Le jeune dirigeant de Pyongyang, Kim Jong Un, a considérablement accru les capacités militaires de son pays depuis l’entrée en fonction de Donald Trump en 2017. Le Nord a testé des missiles balistiques qui, une fois perfectionnés, pourraient frapper l’Ouest américain, estiment les services de renseignement américains. La Corée du Nord a également augmenté le rendement de ses armes nucléaires, se rapprochant ainsi de ce que le gouvernement de Kim pense être une bombe à hydrogène.

À Jérusalem et à Tel-Aviv, on craint de plus en plus que les ouvertures diplomatiques actuelles du gouvernement Trump sur la Corée du Nord, qui visent à démanteler son arsenal nucléaire, échouent comme les efforts antérieurs dirigés par les États-Unis. Israël pourrait alors être contraint à envisager à nouveau de prendre des mesures militaires pour empêcher Pyongyang de distribuer son stock d’armes de plus en plus sophistiquées au Moyen-Orient, ont déclaré des responsables israéliens actuels et anciennement en fonction.

“Les Américains ont déclaré qu’ils allaient régler le problème des missiles nord-coréens, ce qu’ils n’ont jamais fait”, a déclaré Eytan Bentsur, ancien directeur adjoint du ministère israélien des Affaires étrangères, qui avait mené des négociations secrètes avec la Corée du Nord au début des années 1990. «Israël n’a pas le même calendrier pour faire face aux menaces nord-coréennes. “C’est plus immédiat.”

* * *

La Corée du Nord et Israël, bien que séparés par deux océans et 5 000 km, sont engagés dans des conflits de faible intensité et des jeux d’espionnage à fort enjeu depuis plus de cinq décennies. Pyongyang représente pour l’État juif une menace à la fois lointaine et existentielle en raison du transfert répété de ses technologies nucléaires et de missiles aux ennemis jurés d’Israël au Moyen-Orient. Pour la Corée du Nord, affronter Israël est apparu dans les années 1960 comme un élément central de sa campagne de lutte contre l’impérialisme occidental et les gouvernements soutenus par les États-Unis. Le fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung, a soutenu de manière agressive la cause palestinienne en finançant et en formant des militants arabes qui ont pris pour cible Israël lors d’attaques terroristes dans les années 1970.

Et pourtant, malgré cette hostilité, la Corée du Nord et Israël se sont aussi secrètement engagés dans une diplomatie intermittente, ces dernières décennies, pour tenter de protéger leur sécurité nationale, parfois derrière le dos de Washington. À au moins deux reprises, Israël a discuté avec des diplomates nord-coréens, essentiellement des moyens d’acheter les exportations de missiles de Pyongyang au Moyen-Orient. Le Nord considérait Israël comme un partenaire économique potentiel à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique et un moyen d’améliorer ses relations avec les États-Unis. Cependant, la diplomatie s’est effondrée, en partie à cause de son incapacité à agir de manière indépendante vis-à-vis de Washington. Certains diplomates israéliens ont grommelé que la dépendance de leur pays à l’égard des États-Unis ne les ait pas protégés des capacités militaires croissantes de la Corée du Nord et des exportations de Pyongyang de technologies militaires sophistiquées vers leurs ennemis.

La menace stratégique que représentait la Corée du Nord pour Israël remonte à la fin des années 1960, lorsque Kim Il Sung a décidé d’infiltrer directement ses services militaires et de renseignement dans le conflit israélo-arabe. Kim, qui qualifiait Israël de «satellite impérialiste» en Méditerranée, a soutenu les présidents égyptien Gamal Abdel Nasser et syrien Hafez al-Assad dans leur campagne pour la reconquête des terres arabes perdues lors de la guerre des Six jours de 1967 et pour repousser l’influence occidentale au Moyen-Orient. Pyongyang a également fermement soutenu les groupes terroristes palestiniens et de gauche qui ont organisé une série d’attaques contre des cibles israéliennes, tant au Moyen-Orient qu’en Europe, dans les années 1960 et 1970.

En 1972, la Corée du Nord a formé et financé des membres de l’Armée rouge japonaise, une organisation marxiste radicale, qui a attaqué l’aéroport de Lod, en Israël, faisant 26 morts et 80 blessés. L’intrigue s’est déroulée comme un roman d’espionnage. Les militants japonais ont té formés avec des membres du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) dans la vallée de la Bekaa au Liban. Le commandant du FPLP, George Habash, s’était rendu à Pyongyang deux ans plus tôt pour recevoir des conseils d’agents du renseignement. Les Nord-Coréens ont associé le FPLP à l’Armée rouge japonaise pour aider les Palestiniens à échapper aux services de renseignements israéliens qui cherchaient à traquer les menaces terroristes arabes, selon des documents judiciaires liés à l’affaire Lod. Les Nord-Coréens ont également assuré le financement et les orientations générales de la cellule.

Les terroristes japonais de 1972 ont réussi à violer la sécurité de l’aéroport israélien d’une manière que ne pourraient, sans doute, pas se permettre les Arabes palestiniens. L’attaque s’est rapidement transformée en bain de sang. Les trois terroristes japonais avaient introduit des mitraillettes de fabrication tchèque dans l’aéroport en les cachant dans des étuis de violon. Ils ont tiré sans discernement dans le hall des arrivées et ont lancé des grenades. La plupart des personnes assassinées étaient des pèlerins chrétiens venant de Porto Rico vers la Terre sainte. Deux des attaquants japonais ont été tués lors de la fusillade. Mais un troisième membre de l’Armée rouge japonaise, Kozo Okamoto, a survécu. Il a passé des décennies dans une prison israélienne avant sa libération, lorsqu’il est rentré au Liban dans le cadre d’un échange de prisonniers.

Les retombées de l’attaque ont fait écho pendant des décennies. En 2010, les familles des victimes portoricaines ont porté plainte contre la Corée du Nord devant un tribunal américain pour avoir organisé l’attaque, remportant une condamnation à une indemnisation de 378 millions de dollars. La Corée du Nord n’a, évidemment, jamais payé.

Les forces militaires de Pyongyang se sont impliquées directement dans les guerres israélo-arabes en 1973. À cette époque, l’Égypte rompait ses liens militaires avec l’Union soviétique, alors même que le Caire se préparait à une attaque surprise contre Israël. L’expulsion des conseillers militaires soviétiques par le président Anwar Sadat a mis en péril la capacité de l’Égypte à exploiter des défenses anti-aériennes sophistiquées déployées par Moscou. L’armée de l’air égyptienne était presque entièrement composée de MiG-21 russes.

Les Nord-Coréens ont pénétré dans cette brèche. Sadat et son chef d’armée, Hosni Moubarak, ont été impressionnés par les capacités militaires nord-coréennes, exposées à maintes reprises contre la Corée du Sud et ses partisans américains. Quelques années auparavant, Pyongyang avait arraisonné le Pueblo, un navire de renseignement de la marine américaine qui s’était égaré dans les eaux nord-coréennes. La Corée du Nord, en tant que membre de l’axe soviétique, comprenait également comment exploiter tout le matériel militaire de l’Égypte provenant de sources soviétiques, y compris les défenses antiaériennes et les MiG-21.

En juin 1973, Sadate a officiellement invité des conseillers militaires nord-coréens en Égypte. Selon des informations parues dans la presse chinoise, Pyongyang aurait envoyé près de 1 500 personnes pour aider les Égyptiens à gérer leurs systèmes de missiles sol-air de fabrication soviétique, alors que la guerre contre Israël semblait imminente. Pyongyang a camouflé ses soldats en travailleurs journaliers pour éviter d’être repérés par les services de renseignement américains, israéliens et sud-coréens. Le chercheur britannique Adrian Chan-Wyles a traduit ces articles de la presse chinoise. Pyongyang a également envoyé une mission de l’armée de l’air nord-coréenne comprenant 20 pilotes de combat expérimentés ayant effectué des sorties en vol contre les forces américaines dans la péninsule coréenne.

Au début de la guerre du Kippour, des soldats israéliens ont décrit des affrontements avec des combattants nord-coréens au-dessus du Sinaï. En octobre 1973, le général Benjamin Peled, commandant de l’armée de l’air israélienne, a déclaré lors d’une conférence de presse, que des jets israéliens avaient abattu deux MiG pilotés par des troupes nord-coréennes lors de combats aériens.

Les pilotes nord-coréens ont également volé avec l’armée de l’air syrienne. Dans les mois qui ont suivi la fin officielle de la guerre du Kippour, les services de renseignements militaires israéliens ont encore relevé des discussions incompréhensibles entre des jets syriens effectuant des missions intermittentes contre l’État juif afin de sécuriser les frontières de Damas. Les communications ont rendu perplexes les analystes israéliens, certains combattants ne parlant pas arabe. Au lieu de cela, ils ont conversé dans une langue manifestement pas originaire du Moyen-Orient ni de la République arabe syrienne.

Les officiers israéliens se sont précipités pour clarifier la provenance de ces mystérieux pilotes de chasse et ont envoyé les conversations interceptées au Pentagone pour analyse. La réponse qu’ils ont reçue de Washington les a stupéfiés. Il s’agissait de Nord-Coréens, ont déclaré les Américains, intégrés à l’armée syrienne. “Ma première réponse a été mon étonnement de constater la présence (en Syrie) des Nord-Coréens”, m’a raconté à Tel Aviv, le colonel (retraité) Pesach Malovany, ancien officier des services de renseignement israélien qui a analysé les signaux interceptés il y a 45 ans. “Notre conflit avait clairement plus que des implications régionales.”

* * *

À la suite de la révolution islamique iranienne de 1979 qui a renversé le Shah soutenu par les États-Unis et mis en place le régime théocratique khoméniste, la Corée du Nord s’est alliée au pays qui allait devenir le principal rival régional d’Israël. Kim Il Sung a été attiré par la ligne anti-américaine et anti-impérialiste inflexible des nouveaux dirigeants islamistes de Téhéran. Il approfondit rapidement les relations diplomatiques et économiques avec l’Iran et cherche à étendre les opérations militaires de Pyongyang au Moyen-Orient.

Lorsque l’Irak envahit l’Iran en 1980, un embargo sur les armes imposé par les États-Unis empêchait pratiquement le nouveau gouvernement de Téhéran d’obtenir des armes pour repousser les forces de Saddam Hussein. Kim Il Sung a ordonné à ses militaires d’aider la République islamique. Des déserteurs nord-coréens interrogés par cet auteur à Séoul, au cours de la dernière décennie, ont déclaré qu’ils avaient été envoyés en Iran au cours des années 1980 pour renforcer les défenses de l’Iran. Un important transfuge qui travaillait dans l’industrie des munitions de Pyongyang a déclaré qu’il avait été envoyé en Iran par le Deuxième Comité économique de la Corée du Nord pour construire des batteries de missiles sur l’île iranienne de Kish, afin d’aider Téhéran à mieux contrôler le mouvement des navires ennemis dans le détroit d’Hormuz.

Le transfuge a déclaré que son principal interlocuteur était l’unité militaire d’élite iranienne, le corps des gardiens de la révolution islamique. L’ancien hydromécanicien a déclaré que la camaraderie s’était développée entre son équipe de 100 personnes et la garde, malgré leurs différences de culture et de langue. Il a rigolé en voyant que son équipe nord-coréenne, qui avait l’habitude beaucoup de boire, avait du mal à se distraire dans un pays qui avait interdit l’alcool. “Les Iraniens se souviennent toujours que c’est nous qui sommes venus les défendre, lorsque le reste du monde les a isolés”, a déclaré le transfuge, en décrivant pourquoi les relations entre l’Iran et la Corée du Nord étaient florissantes et durables.

L’alliance militaire nord-coréenne-iranienne a continué de progresser même après la fin de la guerre entre l’Iran et l’Iraq en 1988. C’est à cette époque que les deux pays ont commencé à coopérer étroitement pour mettre au point des systèmes de missiles stratégiques. Cette capacité a permis à l’Iran de prendre pour cible ses adversaires arabes, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Mais cela permettait aussi éventuellement à Téhéran de prendre Israël pour cible, que les dirigeants islamistes iraniens considéraient comme un “cancer” dans leur région. Pourtant, au début des années 90, la Corée du Nord a été confrontée à des crises existentielles sur plusieurs fronts. L’effondrement de l’Union soviétique a mis à mal le soutien financier apporté par Moscou à Pyongyang, tout en privant le Nord de ses principaux marchés d’exportation dans le bloc communiste mondial. Depuis la fin de la guerre de Corée dans les années 50, la Corée du Nord avait parfois devancé la Corée du Sud en tant que producteur de biens industriels.

Le fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung, avait dans les 80 ans à l’époque et souffrait de problèmes cardiaques qui ont fini par lui coûter la vie. À Pyongyang, le successeur choisi, son fils aîné Kim Jong Il, et son aptitude à diriger le pays dans une période aussi difficile, étaient très incertains. La jeune Kim avait la réputation d’être un coureur de jupons et un ivrogne qui préférait faire du cinéma que de faire de la statistique.

C’est dans ce contexte d’instabilité au sommet que la Corée du Nord a ouvert secrètement en 1992 un créneau discret avec Israël. Le Nord cherchait des moyens de remédier à son malaise économique et considérait l’État juif comme un partenaire potentiel dans la réhabilitation de son industrie. Les dirigeants du Nord ont peut-être aussi cru qu’Israël et son puissant lobby politique aux États-Unis pourraient permettre de nouer de meilleures relations avec les États-Unis à un moment où l’alliance de Pyongyang avec Moscou était remise en cause.

Les démarches initiales du Nord auprès des Israéliens ont eu lieu en septembre 1992 par l’intermédiaire d’un homme d’affaires américain. L’homme d’affaires a contacté les Israéliens par l’intermédiaire d’un parent d’Eytan Bentsur, directeur général adjoint du ministère israélien des Affaires étrangères, qui était en visite à Washington à l’époque pour des négociations avec les Palestiniens. Une première réunion a été organisée dans le district du diamant du centre de Manhattan. La demande initiale de Pyongyang était simple : elle demandait un investissement israélien de 30 millions de dollars dans une mine d’or détruite par l’armée de l’air américaine pendant la guerre de Corée, ainsi qu’une assistance technique pour la réhabiliter. Une coopération réussie dans le cadre de ce projet dans la province centrale de Unsan, espérait le nord, pourrait ouvrir d’autres voies de coopération économique entre les deux pays.

Au cours d’entretiens, Bentsur a déclaré qu’il était intrigué par cette offre, en raison des préoccupations croissantes d’Israël concernant le transfert de la technologie des missiles balistiques par la Corée du Nord à ses adversaires de la région. Une relation renforcée, a-t-il déclaré, pourrait potentiellement entraver le flux de ces armes et soulager ce qui était en train de devenir la menace existentielle posée par les systèmes de missiles d’Iran, de Syrie et de Libye contre Israël. Selon Bentsur, de meilleures relations avec Pyongyang seraient également dans l’intérêt de Washington, qui compte toujours des dizaines de milliers de soldats stationnés dans la péninsule coréenne pour faire face à la menace nord-coréenne. «L’URSS était en train d’être démantelée. Et la famine prenait racine en Corée du Nord », m’a raconté Bentsur dans un café de Tel Aviv. “Ils cherchaient de l’aide.”

Bentsur a procédé en 1992 et 1993 à une série de négociations avec la Corée du Nord, à Beijing et à Pyongyang. Le diplomate a inclus des experts en mines et minéraux des universités israéliennes pour étudier la faisabilité de la réhabilitation de la mine nord-coréenne. Et les Israéliens ont commencé à aborder l’idée des exportations de missiles de Pyongyang au cours des discussions. M. Bentsur a déclaré que son équipe avait clairement indiqué à ses interlocuteurs que toute assistance économique d’Israël devrait inclure que Pyongyang cesse son commerce d’armes au Moyen-Orient. La Corée du Nord a demandé un fonds plus important d’un milliard de dollars pour les investissements dans le pays.

Lors d’une visite en novembre 1992, Bentsur avait été hébergé dans une maison d’hôtes où séjournait jadis le président de l’Organisation de libération de la Palestine, Yasser Arafat. «Nous avons été entourés d’un luxe fantastique», a déclaré Bentsur, qui a dormi dans la même chambre que le révolutionnaire arabe. Au fur et à mesure que les pourparlers progressaient, passant de la concentration uniquement autour de la mine à un engagement économique accru, la Corée du Nord a spécifiquement indiqué qu’elle s’attendait à être indemnisée financièrement pour la cessation de ses ventes de missiles au Moyen-Orient. Pyongyang a estimé que ce commerce rapportait des centaines de millions de dollars par an.

En fin de compte, Bentsur et son équipe pensaient avoir les paramètres d’un accord avec le Nord. Israël aiderait à remettre la mine en service, établirait un fonds d’un milliard de dollars et chercherait des moyens de remédier aux pénuries d’énergie en Corée du Nord. Pyongyang, à son tour, cesserait d’exporter ses missiles aux ennemis d’Israël. «La Corée du Nord était prête à laisser Israël ouvrir une mission diplomatique. Ils voulaient que Peres se rende à Pyongyang », m’a raconté Bentsur, faisant référence au ministre israélien des Affaires étrangères, Shimon Peres. “Ils ont accepté de laisser les Israéliens surveiller leurs ports.”

Mais l’affaire n’a jamais pris corps. À l’insu de Bentsur, les Nord-Coréens avaient recherché un canal diplomatique distinct avec Israël par le biais du Mossad, le célèbre service d’espionnage du pays. Le directeur adjoint du Mossad à l’époque, Ephraim Halevy, menait simultanément des négociations avec Pyongyang sur un plan décennal d’assistance en matière d’énergie. Les deux hommes se sont rendus séparément à Pyongyang en novembre 1992 pour des discussions. Et ils ont été surpris de se retrouver sur le même vol entre la Corée du Nord et la Chine sur la même compagnie aérienne, la compagnie aérienne nationale de Pyongyang, Air Koryo. Le Nord a délibérément maintenu les deux hommes dans l’ignorance des deux voies diplomatiques ouvertes.

Halevy ne partageait pas l’optimisme de Bentsur quant à son engagement avec la Corée du Nord. L’espion d’origine britannique pensait que les Nord-Coréens essayaient de manipuler Israël en utilisant le commerce économique comme moyen de réduire l’influence des États-Unis sur leur ennemi historique. Halevy a informé la Central Intelligence Agency des discussions secrètes et a appris de Washington que l’administration Clinton n’avait pas soutenu l’initiative. Le ministre des Affaires étrangères Peres a reçu le même message de son homologue américain, Warren Christopher, au début de 1993. “Nous ne pouvions pas pénétrer seul en Corée du Nord sans aucun recours sur la manière dont il jouerait leur carte à Washington”, m’a déclaré Halevy à Tel Aviv. . “Nous n’étions pas un acteur suffisamment important en Asie.”

Quelques mois plus tard, une crise internationale a éclaté lorsque les inspecteurs nucléaires des Nations Unies ont découvert que la Corée du Nord détournait du plutonium de son réacteur Yongbyon, potentiellement à des fins d’utilisation pour fabriquer des armes. L’administration Clinton a entamé des négociations avec le régime de Kim Il Sung et les deux parties sont finalement parvenues à un accord similaire à celui que Bentsur et Halevy avaient poursuivi avant lui. Les États-Unis ont accepté de fournir une aide énergétique à la Corée du Nord, sous la forme d’envois de pétrole et de réacteurs à eau légère, en échange de la fermeture de la centrale de Yongbyon par la Corée du Nord. Mais l’accord, connu sous le nom de “Cadre convenu”, n’a jamais abordé les exportations de missiles de la Corée du Nord vers le Moyen-Orient. Et Pyongyang a continué à mener des travaux nucléaires clandestins dans le dos des États-Unis et de l’ONU. En effet, la Corée du Nord maîtrisait en fin de compte deux technologies de construction de bombes nucléaires: L’une consistait à récupérer le plutonium produit par le réacteur de Yongbyon ; la deuxième utilisait des centrifugeuses pour produire de l’uranium de qualité militaire.

En 1999, des diplomates israéliens ont secrètement entrepris de proposer une autre offre à la Corée du Nord, visant à lui faire cesser ses exportations de missiles. Cette fois-ci, le Nord s’est tourné vers l’État juif par l’intermédiaire de diplomates basés à Stockholm. Pyongyang a déclaré qu’il facturerait à Israël 1 milliard de dollars pour cesser d’exporter ses systèmes de missiles plus avancés en Syrie et en Iran. Israël a répondu qu’il ne pouvait pas effectuer de tels paiements en espèces au nord dans le dos des Américains.

* * *

En dépit de ces rencontres avec la Corée du Nord, les responsables israéliens affirment qu’ils n’ont jamais obtenu de renseignements particulièrement utiles sur les activités mondiales du pays. Pyongyang était largement considéré comme un problème américain, indépendamment de la menace que le régime de Kim faisait peser sur les intérêts vitaux de la sécurité israélienne. Des rumeurs ont néanmoins circulé en Corée du Sud selon lesquelles le Mossad participait activement à des opérations de sabotage contre le Nord. Au printemps 2004, une explosion massive a frappé un train nord-coréen en transit près de la frontière chinoise, faisant plus de 50 morts. Certains reportages en Asie ont affirmé que des militaires syriens figuraient parmi les morts. Cette hypothèse étouffée selon laquelle des espions israéliens auraient visé le train pour bloquer les exportations de missiles de Pyongyang, a, un moment, prévalu. Je n’ai pas été en mesure de confirmer qu’une telle opération avait eu lieu, malgré les nombreux reportages effectués à Séoul et en Israël.

Le réacteur nucléaire construit par la Corée du Nord en Syrie constituait une menace qu’Israël ne pouvait ignorer, même après que le Président Bush a décidé, à l’été 2007, d’utiliser l’armée américaine pour détruire l’installation. L’incapacité des services de renseignement américains à répondre aux questions en suspens sur la capacité nucléaire de la Syrie était une raison importante qui a pesé dans l’indécision de Bush. Mais il a également dit à ses collaborateurs qu’il ne pouvait pas risquer une autre guerre régionale au Proche-Orient au cours des derniers mois de son second mandat. Il a suggéré à Olmert que les États-Unis dénoncent la Syrie à l’AIEA pour violation des lois internationales sur la non-prolifération et tentent d’éliminer la menace de Damas par la voie diplomatique. L’administration Bush poursuivait parallèlement des négociations avec la Corée du Nord en vue de démanteler son arsenal d’armes nucléaires en pleine croissance. La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a estimé qu’une frappe sur Al Kibar pourrait perturber ce processus.

Olmert a accepté le raisonnement de Bush, mais a précisé qu’Israël se préparait à agir seul. Ses collaborateurs ont estimé que toute voie diplomatique impliquant l’AIEA aboutirait à une négociation prolongée risquant de légitimer le programme nucléaire syrien. Ils avaient assisté à une dynamique similaire après que l’Iran avait été pris en flagrant délit de  construction de sites nucléaires secrets en 2002.

Dans la soirée du 5 septembre 2007, huit avions israéliens ont décollé secrètement de deux bases aériennes dans le désert du Néguev et ont survolé le nord la Méditerranée, puis à l’est dans l’espace aérien turc avant d’entrer en Syrie. Les jets ont complètement détruit l’installation d’Al Kibar avant de rentrer en toute sécurité en Israël. Olmert a occulté les médias israéliens qui faisaient des reportages relatant l’attaque. Le président Assad a également gardé le silence, gêné par la révélation de l’impuissance des systèmes de défenses anti-aériens de son pays. Seule la Corée du Nord a publiquement condamné l’opération. Des responsables américains ont déclaré qu’un certain nombre de travailleurs nord-coréens étaient morts lors du bombardement d’Al Kibar.

Cependant, de nombreux responsables israéliens et américains restent préoccupés par les leçons tirées de cet épisode. Olmert était soulagé qu’Assad ne réagisse pas militairement à la frappe et attise potentiellement une guerre régionale. Mais ni la Syrie ni la Corée du Nord n’ont jamais payé de véritables coûts diplomatiques ou financiers pour leurs actes flagrants de prolifération nucléaire. En effet, l’administration Bush a poursuivi sa recherche d’un accord nucléaire avec Pyongyang et a retiré le Nord de sa liste d’États soutenant le terrorisme en 2008. Même dans ce cas, Bush n’a jamais obtenu le pacte de désarmement qu’il avait demandé. La Corée du Nord s’est retirée des pourparlers au cours des derniers mois de sa présidence et a considérablement accru sa production de bombes atomiques et de missiles à longue portée. Pendant ce temps, la Syrie et la Corée du Nord ont toujours nié avoir coopéré à la construction du réacteur sur l’Euphrate.

La leçon à tirer, pour la Corée du Nord, était qu’elle pouvait s’adonner à la prolifération, au Moyen-Orient et ailleurs, sans problème. “Je pense que notre approche envers la Corée du Nord à la fin du mandat de Bush a créé un précédent incroyablement dangereux”, a déclaré Elliott Abrams, principal conseiller de Bush à la Maison Blanche pour la région du Moyen-Orient, qui a pris part aux discussions sur Al Kibar. “Nous en payons le prix maintenant.”

* * *

En Syrie, la Corée du Nord s’est précipitée pour aider le président Assad à remporter la brutale guerre civile engagée depuis 2011. La Russie, l’Iran et la milice libanaise Hezbollah ont été les principaux alliés d’Assad dans le conflit brutal, mais la Corée du Nord a également fusionné avec la machine de guerre du dictateur syrien, selon des responsables américains, onusiens et arabes.

La fabrication des armes chimiques utilisées par Assad pour gazer des milliers de Syriens est le résultat d’un rôle clé joué par la Corée du Nord dans la guerre civile. Les inspecteurs des Nations Unies ont détaillé dans un rapport confidentiel, l’année dernière, comment des sociétés commerciales nord-coréennes ont introduit en contrebande des tonnes d’équipements industriels en Syrie afin de construire une nouvelle installation d’armes chimiques en collaboration avec le Centre d’études et de recherches scientifiques de la Syrie (à Al Masyaf, plusieurs fois bombardé par Israël). Le CERS supervise la production d’armes chimiques d’Assad. Plusieurs États membres des Nations Unies ont assuré le suivi de ces envois, notamment des carreaux résistant aux acides, des tuyaux en acier inoxydable et d’autres matériaux associés à la production d’armes chimiques. Dans le rapport, l’ONU a recensé 40 expéditions nord-coréennes précédemment non divulguées à destination de la SSRC entre 2012 et 2017.

L’ONU a également détaillé le déploiement par la Corée du Nord de ses ingénieurs dans des bases militaires syriennes actives dans la guerre civile. Ces soldats ont aidé Damas à gérer ses armes chimiques et ses usines de missiles sur les bases de Hama, Adra et Barzah, selon les Nations Unies, avec d’autres spécialistes appartenant à l’unité militaire d’élite iranienne, la Garde révolutionnaire et le Hezbollah, également actifs dans cette région et ciblés par des dizaines de frappes aériennes israéliennes pendant la guerre. Israël est préoccupé par le fait que l’IRGC et le Hezbollah cherchent à établir des bases permanentes en Syrie pour lancer des attaques transfrontalières dans l’État juif. Cela laisse à penser qu’Israël pourrait à nouveau attaquer le personnel nord-coréen en Syrie, comme cela a été le cas à Al Kibar en 2007.

La Syrie a félicité la Corée du Nord pour son alliance militaire et son soutien diplomatique. En 2015, le régime Assad a inauguré le parc Kim Il Sung dans une banlieue de Damas. Il est adjacent à une rue longue d’un kilomètre également baptisée en l’honneur du fondateur de la Corée du Nord. La cérémonie a eu lieu pour marquer l’anniversaire de la création du parti des travailleurs au pouvoir en Corée du Nord. Kim Il Sung était un « chef et dirigeant historique, célèbre pour sa lutte pour la libération et la construction de son pays», a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères, Faisal Mikdad lors de la cérémonie, selon les médias officiels syriens. “Pour cette raison, il mérite d’être honoré en Syrie.”

L’Égypte a également continué à acheter des armes nord-coréennes ces dernières années, malgré l’alliance militaire du Caire avec les États-Unis et les relations diplomatiques avec Israël. Ces achats d’armes ont attisé les tensions entre l’administration Trump et le gouvernement égyptien. Les États-Unis tentent de priver Pyongyang de ses revenus provenant de la vente de matériel militaire dans le cadre d’une tentative infructueuse visant à contraindre Kim Jong Un à renoncer à son arsenal nucléaire. L’administration Trump a retenu près de 300 millions de dollars d’aide militaire de l’Égypte en 2017 afin de forcer le gouvernement du président Abdel-Fattah el-Sissi à mettre fin à ces transactions.

Les achats par l’Egypte d’armes nord-coréennes témoignent de la profondeur de la relation forgée par le Caire et Pyongyang dans les années 1950, selon des responsables américains et arabes. Il montre également comment Pyongyang s’est transformé en un fournisseur majeur d’armes, de munitions et de missiles à faible coût pour les pays en développement d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient. Pyongyang maîtrise le recours à des sociétés écran sophistiquées, à des itinéraires de contrebande et à des navires sous faux pavillon pour contourner les sanctions imposées par les États-Unis et l’ONU.

Les États-Unis ont été alarmés à l’été 2016 lorsqu’un navire marchand battant pavillon cambodgien, le Jie Shun, a quitté le port nord-coréen de Haeju pour le canal de Suez. Le navire contenait un équipage nord-coréen de 23 hommes et une cargaison enveloppée de lourdes bâches. Les autorités égyptiennes sont finalement montées à bord du navire avant sa traversée du canal, après avoir été prévenues par les services de renseignement américains, qui étaient préoccupés par la nature de la cargaison. Sous la bâche, les Égyptiens ont trouvé du charbon qui reposait sur 30 000 grenades propulsées par des roquettes nord-coréennes. Un rapport des Nations unies a conclu que le Jie Shun constituait la plus grande saisie de munitions nord-coréennes depuis l’imposition de sanctions internationales à Pyongyang dans les années 1950. Les armes étaient évaluées à 23 millions de dollars.

* * *

Selon des responsables américains et israéliens, aucun autre pays du Moyen-Orient n’a coopéré plus étroitement avec Pyongyang dans le développement de missiles. Le programme nucléaire de Téhéran est de loin le plus avancé de la région, à part Israël, et le mieux placé pour tirer parti des avancées technologiques de la Corée du Nord.

Les services de renseignement américains et sud-coréens ont surveillé les mouvements d’officiers et de scientifiques iraniens et nord-coréens entre leurs pays ces dernières années. Un responsable sud-coréen a déclaré avoir relevé des centaines de Nord-Coréens se rendant à Téhéran avec toute une série de passeports falsifiés. Beaucoup ont transité vers Téhéran sur des vols en provenance de l’aéroport international du Qatar.

L’administration Obama a annoncé en 2016 que les services de renseignement américains avaient découvert que des techniciens iraniens de l’industrie de la défense de Téhéran avaient séjourné en Corée du Nord pour développer conjointement un propulseur de roquettes de 80 tonnes destiné aux missiles balistiques. On a également surpris la Korea Mining Development Trading Corp. de Pyongyang, en train d’expédier en Iran des composants essentiels pour des missiles balistiques à propulseur liquide et des lanceurs spatiaux. Cela comprenait les vannes, l’électronique et le matériel de mesure.

L’inquiétude de l’Occident concernant la collaboration militaire nord-coréenne et iranienne a pris de l’ampleur le 22 septembre 2017 lors de la Semaine annuelle de la défense sacrée organisée par les Gardiens de la révolution. L’événement comprend un défilé commémorant la guerre Iran-Irak de 1980-1988, au cours de laquelle des centaines de milliers d’Iraniens sont morts en repoussant les forces de Saddam Hussein de leur pays. Les banderoles accrochées lors de l’événement étaient illustrées par les slogans : «Mort à l’Amerique» et «Mort à Israël», rédigés en trois langues.

Ce jour-là, un nouveau missile balistique iranien à moyenne portée, appelé le Khorramshahr, a circulé sur la grande voie de communication avec Téhéran. On estime que le missile a une portée de vol comprise entre 2 000 et 3 500 kilomètres, en fonction du poids de sa charge utile. À cette distance, Téhéran pourrait cibler Israël, le golfe Persique et un certain nombre de pays membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Les services de renseignements américains et israéliens qui ont analysé les photos du Khorramshahr ont rapidement remarqué ses similitudes en termes de taille, de construction et de dimensions de vol avec un missile nord-coréen appelé Hwasong-10, ou Musudan. Pyongyang a développé le Musudan en réaménageant les technologies de missiles acquises dans les années 1990 auprès de l’ex-Union soviétique. La Corée du Nord aurait vendu les technologies de missiles du Musudan à l’Iran au cours des dernières décennies. Mais les deux pays ont eu des difficultés à maîtriser sa physique et son ingénierie, selon des responsables américains et israéliens.

Malgré le ralentissement des progrès dans le déploiement du Musudan, “il ne fait pas de doute que le missile Khorramshahr constitue une menace potentielle pour l’Europe“, a écrit Uzi Rubin, expert en missiles au Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques à Tel Aviv. “Si et quand l’Iran met au point une arme nucléaire, il ne sera pas compliqué d’installer une tête nucléaire plus légère sur le Khorramshahr et de menacer ainsi Berlin, Bruxelles, Paris et Rome.”

Les programmes de missiles de la Corée du Nord et de l’Iran se complètent de manière importante, selon les analystes du renseignement israélien qui les surveillent. Pyongyang a une meilleure maîtrise de l’électronique utilisée dans les systèmes de navigation des projectiles, tandis que Téhéran est considéré comme ayant une meilleure compréhension des propulseurs à combustible solide utilisés pour les déclencher.

Ces derniers mois, des analystes israéliens ont émis l’hypothèse que la Corée du Nord et l’Iran pourraient séquencer leurs tests. Ils notent, par exemple, que la Corée du Nord a testé un missile balistique intercontinental, appelé le Hwasong-14, le 4 juillet 2017. Les Iraniens ont ensuite testé un lanceur spatial, appelé Simorgh, quelques semaines plus tard, le 27 juillet. Les roquettes partagent un certain nombre de propriétés importantes. «Est-ce une coïncidence? Peut être. Mais on dirait qu’ils apprennent les uns des autres », a déclaré un analyste du renseignement israélien à Jérusalem. “Cela semble être une rue à double sens.”

À ce jour, des responsables israéliens, américains et de l’AIEA ont déclaré qu’ils n’avaient pas trouvé de preuves tangibles que la Corée du Nord et l’Iran partageaient directement des technologies ou des matériaux nucléaires, à la manière dont Pyongyang les a transférés en Syrie et en Libye. Mais les échanges réguliers de responsables de la défense iraniens et nord-coréens et de scientifiques sont soumis à un examen approfondi.

La Corée du Nord et l’Iran ont signé un accord de coopération scientifique officiel à l’automne 2012, lors de la visite de Kim Yong Nam, le deuxième dirigeant politique de Pyongyang, à Téhéran. Le pacte ne stipule pas de collaboration nucléaire, mais son libellé ressemble étrangement à celui de Pyongyang signé en 2002 avec la Syrie, quelques mois avant le début des travaux de construction du réacteur Al Kibar. Fereydoun Abbasi-Davani, président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique à l’époque, a assisté à la signature de l’accord. Et il a appelé à la création de laboratoires communs, à des échanges de scientifiques nord-coréens et iraniens et à des transferts de technologie dans les domaines de l’énergie et de la technologie de l’information.

“La République islamique d’Iran et la Corée du Nord ont des ennemis communs depuis que les puissances arrogantes ne peuvent pas supporter de gouvernements indépendants”, a déclaré à Kim Yong Nam auguide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, lors de sa visite, selon l’agence de presse officielle Fars.

Des responsables des services de renseignements américains et israéliens ont affirmé avoir eu la preuve que des officiers et des techniciens iraniens avaient assisté à certains des six essais nucléaires effectués par Pyongyang depuis 2006. Ils auraient également assisté à des défilés militaires et à des essais de missiles. Une attention particulière a été accordée à un test nord-coréen de 2013 qui aurait impliqué une bombe à l’uranium. Des groupes de l’opposition iranienne ont annoncé que le père présumé du programme d’armes nucléaires iranien, un général des gardes de la révolution, Mohsen Fakhrizadeh, était présent. Les services de renseignements américains et israéliens disent qu’ils n’ont pas exclu cette possibilité.

«Coopèrent-ils dans le domaine nucléaire? C’est une question ouverte », a conclu un analyste du renseignement israélien.

***

tabletmag.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.