L’insurrection naissante dans le sud de la Syrie

0
770

 L’insurrection naissante dans le sud de la Syrie

Capture d’écran de la vidéo d’hier. On peut y lire: «La résistance populaire, mardi 5 février 2019, promet davantage.”

Hier, une vidéo de qualité médiocre décrivant une attaque d’IED (Engin Explosif Improvisé) contre un point de contrôle du régime dans le sud de la Syrie a été téléchargée sur Internet. Un groupe relativement inconnu, la Résistance populaire, a revendiqué le mérite de la vidéo elle-même.

Bien que ce petit groupe ait revendiqué une série d’attaques sporadiques depuis sa création l’automne dernier, il représente néanmoins une insurrection naissante dans les régions du sud de la Syrie. Les efforts du groupe, ou d’autres organisations de ce type, sont un bon indicateur de ce qui va se passer après la «victoire» du régime en Syrie.

Après la reprise par le régime d’Assad des provinces du sud de Deraa et Quneitra dans le sud de l’été dernier, les tensions sont restées fortes entre le régime et les anciens groupes rebelles opérant dans la province. À la suite de l’offensive menée par le régime et ses alliés, les groupes rebelles opérant dans la région se sont largement rendus ou ont signé des accords d’amnistie présumés.

Toutefois, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a noté en septembre dernier que le régime et ses alliés étaient en train de procéder à des arrestations massives d’anciens combattants rebelles à Deraa.

Formée à la mi-novembre 2018, la Résistance populaire se veut l’avant-garde d’une nouvelle insurrection dans la province de Deraa, contrôlée par le régime. Depuis sa fondation, il a revendiqué plusieurs attaques contre des cibles du régime.

Cela inclut une embuscade sur une position du régime près de la ville de Nawa, dans le sud du pays, à la fin du mois de novembre dernier, au cours de laquelle le groupe a affirmé avoir tué deux soldats du régime. Juste un jour après cet assaut, il a revendiqué l’élimination d’une autre personne occupant un poste indépendant près d’Al Sanamayn, avec des RPG et des grenades.

En décembre, de nouvelles attaques auraient eu lieu près d’Al Karak al Sharqi et de Nafus. En janvier, le groupe aurait intensifié ses opérations en revendiquant l’assaut du bâtiment du renseignement de l’armée de l’air du régime à Karak al Sharqi et une autre position du régime à Ghabaghb le même jour. Peu de temps après, il a également revendiqué une attaque contre une caserne du régime près de Tafas.

À la fin du mois dernier, il a également affirmé avoir ciblé un commandant du Hezbollah à Damas ou à proximité, mais cela n’a pas été confirmé de manière indépendante.

De nombreuses autres embuscades, attaques et assassinats ont été revendiqués par le groupe à Deraa. La plupart d’entre eux ont été confirmées par la presse syrienne ou par une autre langue arabe. Cependant, la vidéo d’hier est la première à montrer la campagne du groupe au monde entier.

Il aurait également intensifié ses efforts pour recruter des individus au sein de sa rébellion, ainsi que susciter des sentiments anti-régime et anti-Iran parmi la jeune génération de Deraa. S’appuyant sur la colère de la population locale qui a assisté à l’enrôlement de force des civils dans les troupes du régime, le groupe de résistance populaire aurait travaillé pour recruter de nouveaux combattants. À ce stade, il est difficile de savoir dans quelle mesure cette campagne rapportée a du succès.

Cela dit, des sentiments anti-régime et anti-iraniens ont surgi ailleurs à Deraa. Des graffitis portant l’étiquette « the Southern Companies » ( Compagnies du Sud ) ont été repérés à Karak al Sharqi, mais il est difficile de savoir si ce groupe présumé est même réel ou censé impliquer que la nouvelle rébellion est plus grande qu’elle ne l’est réellement.

On sait peu de choses sur le fonctionnement interne de la résistance populaire, mais sur la base de ce qu’elle a mis en ligne jusqu’à présent, certaines informations peuvent être glanées. Son logo, par exemple, utilise très clairement les couleurs et le drapeau de la révolution syrienne, indiquant une image de marque de l’Armée Syrienne Libre -Free Syrian Army (FSA).

De plus, les déclarations publiées par l’organisation sont clairement basées sur le formatage des déclarations publiées par le passé par les groupes de l’ASL (FSA).

Il est plus que probable que le groupe a été formé par et / ou contient d’anciens membres de la FSA ou d’autres groupes rebelles de Deraa. La fabrication et le déploiement réussi d’un IED suggèrent également un certain degré de formation et / ou d’expérience. Les embuscades et autres tactiques de guérilla utilisées lors d’attaques précédentes du groupe témoignent également de cette expérience.

Jusqu’à présent, la vidéo de l’IED d’hier reste la seule preuve visuelle de la campagne du groupe contre le régime et ses alliés dans le sud de la Syrie. Il reste à voir si la résistance populaire sera en mesure de maintenir une insurrection de bas niveau ou si elle sera éliminée par tout effort ou toute offensive du régime visant à mettre en échec la rébellion naissante.

Néanmoins, le groupe connu sous le nom de Résistance populaire démontre que même si Assad et ses cohortes reprennent le contrôle de territoire en Syrie, la guerre civile est loin d’être terminée.

Caleb Weiss est un contributeur du Long War Journal du FDD.

DE  | 7 février 2019 | weiss.caleb2@gmail.com | @ Weissenberg7

longwarjournal.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.