LCI se sépare d’Alain Finkielkraut après ses propos sur l’affaire Duhamel

La chaîne info du groupe TF1 annonce ce mardi soir mettre un terme aux chroniques du philosophe sur son antenne.

Les mots de trop. « Suite aux propos tenus par Alain Finkielkraut hier lundi soir sur son antenne, la direction de LCI a décidé d’arrêter les chroniques du philosophe », a fait savoir, dans un communiqué, la chaîne info du groupe TF1 qui « condamne les propos » en question.

Dimanche, dans 24h Pujadas, Alain Finkielkraut s’exprimait au sujet de l’affaire Olivier Duhamel, accusé, par Camille Kouchner dans le livre La Familia grande, d’ avoir commis des viols incestueux sur son beau-fils dans les années 1980.

Après avoir qualifié de « très graves« , d' »inexcusables » et de « crime abominable » les faits reprochés à Olivier Duhamel, Alain Finkielkraut a ensuite dénoncé « l’époque » de la « société victimaire« . Il a rappelé que la Justice était fondée sur le principe du contradictoire et la « recherche du cas dans sa singularité« . L’Académicien a également pointé du doigt « des plateaux de télévisions » devenus selon lui « des tribunaux avec une surenchère dans la condamnation« . « Y a-t-il eu consentement ? À quel âge ça a commencé ? Y a-t-il eu ou non une forme de réciprocité ? On vous tombe immédiatement dessus« , a ensuite interrogé Alain Finkielkraut.

« Quand on essaye de savoir s’il y a eu consentement, une forme de réciprocité, on vous tombe immédiatement dessus », a déclaré Alain Finkielkraut sur LCI. David Pujadas lui a alors rappelé que les faits ont été commis sur « un enfant de 14 ans ». « Et alors ?, a répliqué l’essayiste et académicien. D’abord, on parle d’un adolescent, c’est pas la même chose. Et pour spécifier le crime, il faut savoir s’il y a eu consentement ou non. A chaque fois que vous voulez faire une distinction ça apparaît comme une absolution, à chaque fois que vous recherchez la spécificité on vous accuse à peu près de complicité de crime. »

« Tombé des nues »

« Quand on m’a annoncé que j’étais viré, je suis tombé des nues », a réagi Alain. Finkielkraut auprès de l’AFP. « Ce que je dis est critiquable, peut-être, à certains moments. Mais ce que je dis est irréprochable (…) Je suis congédié comme un malpropre, affirme-t-il. On arrête ma chronique, et circulez on ne discute pas. Je trouve ça très injuste, mais malheureusement très révélateur d’une époque où c’est dans la presse que se recrutent les pires ennemis de la liberté de pensée. »

Et de conclure : « Je vais réfléchir, au moins voir s’il y a une issue du côté des prud’hommes (…) Je ne sais pas du tout de quelle nature est le contrat que j’ai signé avec LCI, je ne comprends pas grand chose à toutes ces choses-là, mais je vais réfléchir. »

Dans son communiqué, LCI « rappelle qu’elle fait du débat d’idées, argumenté et respectueux, une priorité de sa ligne éditoriale. Quotidiennement, LCI s’attache à mettre en perspective des faits d’actualité avec le regard d’invités aux opinions plurielles et aux sensibilités multiples. » Une précaution afin d’éviter, sans doute, d’être taxée d’entraver à la liberté d’expression mais qu’elle ne veut donner blanc-seing à la propagation de la «culture du viol».

 

 

8 Commentaires

  1. Il faut comprendre que Finkeltrau est trop intelligent pour la chaîne LCI trop bête, les médias ont peur et préfèrent continuer à manipuler les téléspectateurs et les prendre pour des demeures , et bien sûr que Finkel condamne sévèrement cet inceste et viol qui avait eu lieu

  2. Poser la question du consentement d’un enfant ou d’un adolescent n’est pas normal : la réponse suppose une appréciation différente de la situation en fonction de la réponse, ce qui est insupportable.
    Autrement dit : s’il y a consentement, il n’y a pas faute !
    Un adolescent est un adulte en devenir, et non un adulte à part entière.
    Examiner le consentement à une relation sexuelle pour éventuellement exonérer l’adulte qui commet ce crime revient à demander à un enfant d’avoir le recul et la maturité nécessaire pour répondre.
    Finkielkraut est à l’évidence dans des considérations qui laisse la porte ouverte à la légitimation de ce qu’il n’est pas possible d’appeler autrement qu’un viol !

  3. Finkielkraut n’a pas dit de bêtises. Il a raison dans l’absolu. C’est, il me semble, LCI qui condamne outrageusement et même malhonnêtement (en supprimant la vidéo où Finkel condamne ce type d’abus)

  4. Cette censure des médias est ignoble, LCI poussant le vice jusqu’à supprimer la vidéo de cette émission ou Finkielkraut dit clairement qu’il condamne cet acte ignoble !
    Les propos qui lui sont reprochés sont des considérations très générales sur la Justice, que tout un chacun est tout à fait en droit de se poser.
    Marre de la cancel culture et du diktat de la bêtise !

  5. Ses propos sont on ne peut plus clairs, normal donc qu’il ait été viré.
    Et monsieur tombe des nues…..
    Il aurait peut être Adoré que son fils subisse la même chose ?
    Comment peut on essayer de trouver des circonstances atténuantes ? ?

  6. La pensée complexe de Finkie peut en effet conduire à des incompréhensions.
    Il n’empêche qu’il faut à la fois:
    – condamner la presse d’hier qui savait et qui n’a rien dit
    – condamner la presse d’aujourd’hui, qui bafoue la présomption d’innocence (où sont les « présumé » que la presse nous assène dès qu’une chance pour la France est interpelée par la police ?).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.