Déclaration de Manuel Valls
Ancien Premier Ministre

Le vote de la France en faveur de l’admission à l’ONU de la Palestine comme membre de plein droit est une faute et un acte d’un rare cynisme.

La volonté de reconnaître de manière unilatérale un État de Palestine, hors d’une négociation avec Israël, quelques jours après l’attaque de l’Iran, 6 mois après les massacres du 7 octobre par les terroristes islamistes du Hamas et alors que l’on est sans aucune nouvelle des 134 otages qui croupissent dans les tunnels de Gaza… est une trahison de la diplomatie française.

C’est une nouvelle ligne rouge qui vient d’être franchie.

Ce vote de la France est une très mauvaise manière. Elle marque une véritable hostilité à l’égard d’Israël, pays ami et allié, et une indifférence au sort des juifs dans le monde qui sont attaqués lâchement par les soi-disant supporters de la « cause palestinienne », dont chacun depuis le 7 octobre a vu le véritable visage.

J’avais déjà dénoncé les demandes de cessez-le-feu de la France et la menace de sanctions à l’égard d’Israël de la part du Ministre des Affaires étrangères.

Il appartient dorénavant à chacun de prendre ses responsabilités.

Je sais que nous pouvons compter sur un grand nombre de parlementaires qui ne soutiennent pas cette décision.

Il est urgent de dénoncer cette politique inacceptable, inamicale envers Israël et contraire aux intérêts de la France.

Voter une résolution de l’Algérie , avec la Russie et la Chine est une faute grave qui ne peut que nourrir l’action des islamistes qui menacent toutes les démocraties, et dont la cause palestinienne est le cheval de Troie. Elle apparaît comme une faiblesse de plus.

Je m’inquiète d’une politique étrangère indigne d’un grand pays avec une longue histoire diplomatique. Compter sur le veto américain pour se livrer à des gesticulations diplomatiques destinées à plaire à quelques amis arabes et à quelques militants de La France Insoumise est tout simplement d’un cynisme abject et irresponsable.
Manuel Valls

La réaction du CRIF

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) exprime sa vive désapprobation face au vote de la France en faveur de l’admission de la Palestine comme État membre à part entière des Nations Unies. Cette résolution, proposée par l’Algérie au Conseil de Sécurité, va à l’encontre de la position adoptée par des nations influentes comme le Royaume-Uni, la Suisse et les États-Unis, qui se sont abstenus ou ont opposé leur veto.

Selon le Crif, en se rangeant du côté de pays aux valeurs démocratiques discutables, tels que la Russie et la Chine, la France commet une erreur politique et diplomatique majeure. Cette reconnaissance internationale prématurée d’un État palestinien, en dehors du cadre des négociations entre Israéliens et Palestiniens, risque d’être perçue comme une récompense accordée aux attaques terroristes perpétrées le 7 octobre dernier, renforçant ainsi la position du Hamas, organisation considérée comme terroriste.

De plus, le Crif souligne le précédent dangereux que constituerait l’admission d’un État dont une partie du territoire, la bande de Gaza, est administrée par le Hamas, détenant encore 133 otages, dont trois ressortissants français. Cette situation compromettrait les efforts de paix auxquels le Crif a toujours adhéré.

Le vote français encourage, selon l’organisation, les Palestiniens à persister dans leur refus d’engager des négociations constructives avec Israël, seule voie vers une paix durable dans la région. Le Crif appelle donc à revenir à une approche plus équilibrée, privilégiant le dialogue et les compromis nécessaires à la résolution du conflit.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Avraham

Noble désapprobation. Dès le 8 octobre on devinait déjà que Macron et Biden attendaient que « ça se calme » pour abuser ainsi de la situation et trahir la moralité, en récompensant les prédateurs.

Patrick

La France vote toujours contre Israël donc rien de nouveau sous le soleil. De plus elle s’est rangée du côté de la Russie, la Chine et l’Algérie ce qui en dit long sur la petitesse de la France aujourd’hui !!!