« Ce n’est pas le texte, la Torah elle-même que nous recevons au “Don de la Torah”, mais le système de pensée nouveau qui nous permettra de la recevoir. Au mont Sinaï, D.ieu nous donne notre âme divine – nous en mourons – et nous fait revivre. Nous obtenons la conscience du divin, le Daat. Le Matan Torah est le moment de la réception d’une structure mentale spécifique, qui est aussi une conscience, un état de fusion avec l’état divin de la Création, le Daat. La possibilité pour le corps du Juif, uni désormais et pour l’éternité à son âme juive, de recevoir l’Enseignement, sa Torah ».
UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)
Secrets de la Torah et des Fêtes Juives
Livre 5/6 Deutéronome – Devarim
(à paraître B’’H en août 2020)
Les publications d’Ariela Chetboun :
LIRE LA SUITE – Vaet’hanane – 4ème partie sur 6 :
Chema Israël, Havaya est Un, Havaya et Elokim ne font qu’Un. C’est l’état de conscience que doit entretenir le Juif, de son lever à son coucher, et chaque jour de sa vie. Nous fusionnons en étant séparés. Nous atteignons le niveau spirituel requis pour tout Juif, par le matériel, en agissant sur la matière avec une kavana, une intention de révéler le divin. Le difficile travail d’une vie de Juif…
Alors si l’on reprend : dès que la dernière tribu entre en Égypte, nous entrons en exil. Après de longues souffrances, un libérateur apparaît, Moïse. La résistance farouche de Pharaon à laisser sortir le peuple juif conduit le Chem Elokim à son paroxysme. Les dix plaies miraculeuses transforment le monde naturel. Et transforment Pharaon aussi. A ce point paroxystique, le Chem Havaya peut se dévoiler. Et c’est par l’attribut de Bina que Moïse nous fait sortir d’Égypte, d’exil.
Notre structure spécifique nous sépare du monde des autres nations, puisque notre vitalité peut uniquement provenir de la Torah. La Torah est faite pour nous, et nous sommes faits pour la Torah et pour rien d’autre, à moins d’innombrables et toxiques empoisonnements psychologiques et impossibilités existentielles.
Mais comme il est difficile d’accepter la Torah et les Mitsvot ! Le Juif veut bien l’étudier. Quant à la mettre en pratique… dans son intégralité… Il s’agit tout de même de modifier la perception que nous avons de la réalité visible !… Cette résistance que l’on oppose depuis toujours aux mitsvot, aux contraintes imposées par la Torah, cet aspect « nuque raide » qui nous est reproché depuis le Veau d’Or, c’est cela-même être Juif ! C’est notre esprit critique !
Ce trait de caractère qui nous fait prendre de la distance avec toute chose, dans une tension dynamique permanente entre vouloir en être et vouloir rester en dehors, c’est cela être Juif. Nous sommes en état permanent de havdala, de séparation. Jamais complètement dans le monde, mais jamais détaché de ce monde. Nous voulons et devons l’influencer, ce qui n’est possible qu’en étant influencé par le monde. Voilà toute la dialectique du Juif par rapport aux Nations.
Et c’est d’ailleurs ce qui pose problème aux non-Juifs. Le Midrash dit qu’au Sinaï סיני> שנאה haine, « la haine est descendue » avec la Torah. Le monde nous a haï. En réalité, cette haine est un désir mimétique de transformer la matière.
UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)
Secrets de la Torah et des Fêtes Juives
Livre 5/6 Deutéronome – Devarim
(à paraître B’’H en août 2020)
Le temps est venu de lire de la Cabale !
Illustration : Liz Vogel – Dream Within a Dream ☾ Misty Blurred Art & Photography
Aucune description de photo disponible.
Anne Levy Benaroya, Marie Autesserre et 9 autres personnes
2 commentaires
J’aime
Commenter
Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.