L’avocat juif cubain serait le secrétaire à la sécurité intérieure de Biden

CONSIDÉRATIONS RELATIVES AU CABINET

Alejandro Mayorkas est l’un des nombreux démocrates qui font partie de ceux pour qui on envisage de les voir diriger le département de la sécurité intérieure dans une administration Biden

CONSEIL MONDIAL DU VOYAGE ET DU TOURISME : Alejandro Mayorkas prend la parole au Sommet mondial 2016 du World Travel and Tourism Council

Dans les jours qui ont suivi la victoire électorale (présumée) du président élu Joe Biden, des spéculations ont tourné autour des nominations potentielles au sein de l’administration, y compris un certain nombre d’anciens élèves de l’administration Obama.

Alejandro «Ali» Nicholas Mayorkas, avocat d’origine cubano-roumaine et ancien responsable de l’administration Obama, figure en tête de la liste des futurs membres possibles du cabinet. Mayorkas, 60 ans, est l’un des principaux candidats à la tête du département de la sécurité intérieure, selon de récents rapports de presse. Le DHS est officiellement créé le 27 novembre 2002 par le Homeland Security Act à l’initiative du président George W. Bush, en réponse aux attentats du 11 septembre 2001.

Née à La Havane, à Cuba, de parents juifs, Mayorkas serait la première personne née à l’étranger à diriger la principale agence de sécurité publique du pays, depuis la création du département en 2002.

Son père était un cubain d’origine séfarade et sa mère, une juive roumaine, a fui avec sa famille à Cuba au milieu de la persécution nazie au début des années 1940. La famille Mayorkas a immigré aux États-Unis en 1960, à la suite de la révolution cubaine dirigée par Fidel Castro, et s’est installée à Beverly Hills, en Californie.

Pendant la majeure partie des années 1990, Mayorkas a été procureur fédéral spécialisé dans la criminalité en col blanc dans le district central de Californie, avant d’être nommé par l’ancien président Bill Clinton à la tête du bureau du procureur américain à Los Angeles en 1998. Au bureau du procureur américain, Mayorkas a créé la Section des droits civils pour poursuivre les crimes de haine et autres actes d’intolérance et de discrimination.

Pendant l’administration Obama, Mayorkas a été directeur des services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis avant d’être promu au poste de secrétaire adjoint du DHS. En tant que plus haut responsable cubano-américain de l’administration Obama, Mayorkas a joué un rôle de premier plan dans le dégel des relations entre les États-Unis et Cuba pendant le deuxième mandat d’Obama. Il a démissionné en 2016 pour rejoindre Wilmer Cutler Pickering Hale & Dorr, un cabinet d’avocats basé à Washington.

Pendant son séjour au DHS, Mayorkas a travaillé en étroite collaboration avec la communauté juive, soutenant des programmes de lutte contre l’antisémitisme et des subventions pour le programme de subventions à la sécurité à but non lucratif, ainsi que la mise en œuvre de mesures de lutte contre le terrorisme pour protéger les lieux de culte et les institutions juives. Nathan Diament, directeur exécutif de l’Union orthodoxe pour la politique publique, a déclaré à Jewish Insider que Mayorkas « était un très bon partenaire dans la direction du DHS».

Alejandro Mayorkas à la mission annuelle du leadership de l’UO Advocacy à DC en 2016 (Union orthodoxe) 

S’exprimant lors de la mission annuelle de direction de l’O(rthodox) U(nion) à Washington en 2016, Mayorkas a parlé de ses origines juives . «Je viens d’une tradition marquée par le manque de sécurité», a-t-il déclaré dans ses remarques. «Cela m’a inculqué dès très jeune [qu’il] y avait un sentiment d’inquiétude en vertu de mon identité en tant que juif. Ma mère, elle, a essayé de nous apprendre à ne pas parler de notre judaïsme en dehors de notre communauté juive – cela provient de son expérience tragique. Mon père était en fait d’une autre école. Il était membre d’une très petite communauté séfarade à Cuba, et il en parlait tout le temps parce que personne à Cuba ne croyait réellement être Juif parce qu’il n’y en avait que huit (Juifs) environ.

William Daroff, PDG de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines et ancien vice-président des politiques publiques des Fédérations juives d’Amérique du Nord, a déclaré que Mayorkas «était souvent le premier appelé lorsqu’il y avait un problème pour lequel nous devions obtenir une résolution urgente au sommet du gouvernement fédéral, et il était souvent la première personne à nous appeler pour nous alerter en cas de problèmes de sécurité intérieure importants pour la communauté juive.

Mayorkas s’est rendu pour la première fois en Israël – où il a de la famille – en 1977 et est revenu fréquemment travailler. Dans une interview accordée en 2016 au Jerusalem Post, Mayorkas a partagé son amour pour la cuisine israélienne et l’atmosphère du marché emblématique Mahane Yehuda de Jérusalem.

Mayorkas est l’un des quatre démocrates présentés comme candidats potentiels à la tête du DHS. Le procureur général de Californie, Xavier Becerra, a été mentionné pour un certain nombre de rôles clés qu’il a tenus à Washington et dans son État d’origine, notamment comme secrétaire du DHS, le procureur général des ÉtatsUnis et un choix potentiel pour remplir (à sa place) les deux dernières années du mandat de la vice-présidente élue Kamala Harris au Sénat. Une autre candidate, Vanita Gupta, a été sélectionnée en tant que membre du groupe de travail du président élu sur le COVID-19.

S’il est nommé, Mayorkas pourrait faire face à un défi où il devra gagner sa confirmation si les républicains maintiennent le contrôle du Sénat. Mayorkas – qui a dirigé la mise en œuvre du programme d’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA) de l’administration Obama – a fait face à l’opposition républicaine unanime dans sa confirmation de 2013.

Diament a déclaré à JewihInsider que les antécédents de Mayorkas «combinés au fait que Biden lui-même a parlé de la lutte contre l’antisémitisme et de la façon dont Charlottesville avait constitué une motivation pour lancer sa candidature, nous nous attendrions à ce que Mayorkas soit un partenaire important et percutant.

jewishinsider.com

5 Commentaires

    • En l’occurrence, qu’est-ce que celui-ci, qui organise la protection des communautés juives a de « masochiste »? C’est pas du tout sa tasse de thé, sauf s’il s’agit de sa couleur politique; Mais n’en faut-il pas aussi « des deux côtés » (questions bipartisanes : antiterrorisme, sécurité, armée…) ?

        • Attendez, il est pressenti, absolument pas encore « en poste », sans compter les contestations. A ce stade c’est une hypothèse de travail. l’influence se fera dans la répartition entre les « bipartisans » ok pour travailler avec les Républicains sur les gros dossiers et la meute de la « Squad », auprès de laquelle on ne sait pas encore très bien quel rôle jouera(it) Kamala Harris. On place des pions sur un échiquier, on n’a aucune connaissance du premier coup qui sera joué ni par qui. Sauf que concernant ce département, il y serait à la bonne place. La sécurité n’est pas un dossier « idéologique » où faire basculer vers telle tendance. C’est le droit primaire, le premier droit du citoyen.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.