Montpellier: l’un des plus anciens mikvés d’Europe, situé dans l’ancien quartier juif de la ville.

Celles et ceux d’entre vous qui étaient enfants ou adolescents dans les années 80 se souviennent d’Indiana Jones, et les aventures de cet intrépide archéologue au fouet. On ne se doutait pas alors qu’au même moment, au début des années 80 donc, un archéologue, Christian Markiewicz, spécialiste du Moyen Âge, découvrait dans les sous-sols d’un bâtiment de Montpellier un Mikvé datant du XIIe ou XIIIe siècle. Le Mikvé, c’est un bassin ou une piscine miniature qui sert au bain rituel dans la religion juive, signifiant « agglomération des eaux » en hébreu. Ce Mikvé retrouvé en parfait état, par hasard sous le plancher d’une cave a été restauré et classé Monument historique en 2004. Il aurait servi tour à tour de puits, de cave à charbon, puis de débarras jusqu’à sa découverte dans les années 80.

Plaque d'inauguration du mikvé médiéval de MontpellierPlaque d’inauguration du mikvé médiéval de Montpellier – Crédits Tewfik Hakem

Les marches d’entrée permettent d’arriver à un déshabilloir puis sept marches, chiffre symbolique dans les religions monothéistes, mènent au bain rituel, dans lequel les hommes et femmes se purifient lors d’événements précis de leur vie religieuse. L’eau, toujours fluctuante, provient directement des nappes phréatiques sans que la main humaine ne l’ait touchée: c’est la condition pour qu’elle soit kasher.

Bain rituel du mikvé de MontpellierBain rituel du mikvé de Montpellier – Crédits Montpellier Méditerranée Métropole

Nous découvrons les bains juifs en compagnie de Michaël Iancu, historien et directeur de l’Institut universitaire Maïmonide-Averroès-Thomas d’Aquin, fondé en 2000 avec l’objectif de renouer des liens avec le patrimoine judaïque ; Isabelle Hirschy, architecte du patrimoine ; Marie-Hélène Lecot, guide conférencière et Daniel Knafo, rabbin tout récemment installé à Montpellier à qui Tewfik Hakem fait découvrir le lieu.

HISTOIRE. Après une campagne de fouilles menée par Christian Markiewicz, archéologue spécialiste du Moyen-Âge, le Mikvé nous éclaire un peu plus sur la présence de la communauté juive à Montpellier dès le XIIe siècle. Les résultats montrent également le caractère exceptionnel du site de la rue de la Barralerie.

 

Au cœur de ce qui fut le quartier juif (rue de la Barralerie), le mikvé médiéval du XIIIe compte parmi les plus anciens et les mieux conservés d’Europe.

L’eau de la nappe souterraine sort d’un orifice, ou gargouille, qui symbolise son passage. Songez qu’ils ont vécu dans ce quartier, autour de cet extraordinaire mikvé dont l’eau, huit siècles plus tard, demeure aussi pure qu’au premier jour.

Résultat de recherche d'images pour "les juifs à montpellier"

Communautés juives au Moyen-Age

Sages du Mont

Chassés d’Andalousie, des lettrés juifs s’installent dans le nord de l’Égypte ou dans le midi de la France. Ils poursuivent leurs échanges de part et d’autre de la Méditerranée. Dès lors, s’épanouit en Languedoc la culture andalouse d’expression arabe nourrie aux sciences antiques et grecques.

Montpellier occupe une place centrale. La notoriété des intellectuels juifs ou “Sages du Mont” est considérable. Benjamin de Tudèle, rabbin voyageur venu de Navarre, décrit Montpellier comme la ville “où exercent les plus grands lettrés de notre temps”. La ville est une oasis de tolérance et de dialogue.

Médecine

En 1181, le seigneur de Montpellier Guilhem VIII encourage toute “personne sans distinction de nationalité, ni d’origine à enseigner la médecine à Montpellier en pleine liberté et à y tenir école”. Cet édit facilite l’implantation de juifs et fonde le dynamisme de l’enseignement de la médecine.

JForum avec www.radiofrance.fr et  www.tribunejuive.info
Lire aussi: www.jforum.fr/vauvert-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.