Pourquoi la Ketouba est-elle écrite en araméen?

Par Yehuda Shurpin

La Ketouba est le contrat de mariage qui définit les obligations du mari envers sa femme, ainsi que la compensation financière due à la femme en cas de dissolution du mariage par divorce ou veuvage.

Semblable à un Guet (document de divorce), la Ketouba est traditionnellement écrite en araméen, la langue commune des Juifs à l’époque talmudique.

Pourquoi a-t-il été écrit à l’origine en araméen et non en hébreu? Et pourquoi est-il encore écrit dans cette langue aujourd’hui, alors que la plupart d’entre nous maîtrisons mieux l’anglais ou une autre langue?

Langage juridique précis

L’importance du langage précis et exact de la Ketouba ne peut être surestimée, en raison de la nature juridique de la Ketouba ainsi que de sa signification spirituelle plus profonde.

En fait, avoir une Ketouba casher correctement écrite est si critique – pas seulement pour la cérémonie de mariage elle-même, mais pour la vie conjugale en général – qu’il est problématique pour un couple de vivre ensemble, même temporairement, sans une Ketouba casher. (En en cas de perte ou de destruction du document, ou si une erreur grave est constatée dans son texte, le couple doit immédiatement se faire remplacer par un rabbin.)

Pendant des siècles, remontant à l’époque talmudique, les sages se sont penchés sur la formule araméenne de Ketouba, s’assurant que chaque mot est précis, et surtout recherchant des mots qui peuvent avoir plusieurs significations.

Comme pour les contrats contemporains, plus le contrat est important, plus vous aurez d’experts en revue pour le resserrer et s’assurer qu’il est précis. Il n’est donc pas étonnant que le contrat de mariage, l’une des étapes les plus importantes et monumentales de la vie, liant deux demi-âmes en une seule union, ait besoin d’un langage extrêmement précis. Ainsi, nous utilisons le texte araméen traditionnel, qui a traversé la rigueur des siècles des érudits talmudiques.

Traductions de la Ketubah

Bien qu’il soit théoriquement possible d’avoir un Get ou une Ketouba dans une autre langue – s’il est écrit précisément, conformément à toutes les lois pertinentes, etc. – la halakha ne le permet que dans des situations extrêmes.

Pour être sûr, il existe de nombreuses traductions de la Ketouba, à la fois en anglais et en hébreu (y compris sur notre site). Et comme la Ketouba est un document juridique, il faut certainement lire une traduction pour comprendre ce qui y est écrit (ou du moins demander au rabbin d’expliquer les bases du document). Néanmoins, la Ketouba réelle utilisée pour le mariage devrait être le texte traditionnel, en veillant à ce qu’il soit précis et casher.

Une langue semi-sainte

Mis à part l’aspect juridique de la Ketouba, il existe également des raisons plus profondes pour l’araméen.

La Ketouba a été écrite en araméen depuis l’époque du Second Temple, imprégnant le texte de la sainteté et de la tradition de nos ancêtres. Ainsi, l’utilisation du texte araméen traditionnel de la Ketouba nous relie, nous et notre future famille, au riche et illustre héritage de nos ancêtres.

Le Ketouba et le Guet sont en fait écrits en araméen avec une pincée d’hébreu. Un document qui alterne entre deux langues est généralement invalide. Alors pourquoi ça va ici?

Entre autres explications, le rabbin Moïse Isserlis explique que l’araméen a une certaine sainteté (remontant au mont Sinaï) et peut donc aller de pair avec l’hébreu, «la langue sacrée» .

En fait, des parties de la Bible elle-même, ainsi que la Torah orale telle que consignée dans le Talmud, sont écrites en araméen. En outre, certaines des prières spéciales, telles que le Kaddish, sont également récitées en araméen, ce qui signifie que l’araméen est considéré comme une langue spéciale et unique.

Mais pourquoi l’araméen a-t-il été choisi plutôt que l’hébreu?

Les anges ne comprennent pas
Sur un plan homilétique, beaucoup citent un Midrash concernant le temps avant que D.ieu ne donne la Torah au peuple juif. Souhaitant garder la Torah dans le ciel, certains anges ont affirmé que de simples mortels ne pouvaient pas faire confiance pour étudier la Torah. En réponse, D.ieu a promis que les hommes juifs s’occuperaient d’apprendre la Torah.

Pourtant, dans le texte de la Ketouba, les hommes juifs acceptent inconditionnellement de travailler de leur mieux pour soutenir leurs épouses. Cela peut théoriquement être utilisé par les anges pour soutenir leur argumentation selon laquelle les Juifs ne peuvent pas être invoqués pour étudier assidûment la Torah.

Les sages nous apprennent que les anges comprennent toutes les langues sauf l’araméen. Ainsi, certains expliquent, en l’écrivant en araméen, nous empêchons les anges d’utiliser la Ketoubah dans leur argumentation.

Une fondation de paix

Dans une veine un peu similaire, certains citent un autre Midrash.

Quand le temps est venu pour D.ieu de créer Adam, D.ieu a «consulté» les anges qui servaient. L’Ange de la Vérité a dit: « Ne créez pas d’humains, car ils seront pleins de mensonges. » L’Ange de la Paix a dit: « Ne les créez pas, car ils seront constamment en conflit! » Qu’a fait D.ieu? Il a attrapé l’Ange de la Vérité et l’a jeté à terre.

Bien que cela s’occupe de l’Ange de la Vérité, les commentaires demandent, comment D.ieu a-t-il affronté l’Ange de Paix.

Les commentaires expliquent que, sur la base de la halakha, il est permis de plier la vérité pour maintenir la paix, maintenant que le besoin de vérité absolue a été rejeté, il est possible de maintenir la paix.

Cependant, une partie du texte de la Ketouba dit: «Je vous travaillerai, vous honorerai, vous nourrirai et vous soutiendrai selon la coutume des hommes juifs, qui travaillent, honorent, nourrissent et soutiennent fidèlement leurs épouses.»

Le mot aramique traduit par «fidèlement», בקושטא, signifie littéralement «en vérité». Ainsi, lorsque nous créons une union qui, avec l’aide de D.ieu, aboutira à plus d’humanité, nous déclarons que ce sera avec la vérité.

Cela permet à l’Ange de la Paix de soulever à nouveau des objections selon lesquelles il y aura un manque de paix. Pour éviter cela, nous l’écrivons dans une langue que les anges ne comprennent pas.

Ces explications homilétiques, bien que n’étant pas les principales raisons de la Ketubah araméenne, soulignent l’importance d’être attentif à imprégner notre nouvelle maison de la Torah et de la paix.

1 COMMENTAIRE

  1. Sauf le respect que je dois, Kavod harav, je suis bien entendu complètement opposé et à la lecture publique et à l’écriture de ce Contrat (que) en Araméen. Nous savons parfaitement aujourd’hui que l’araméen était le langage vernaculaire du « Croissant Fertile » et tout le monde parlait cette langue, même si son écriture n’était pas toujours en caractères achourites, dits carrés (comme l’hébreu courant), mais l’articulation était comprise par tous, non juifs inclus, comme l’anglais d’aujourd’hui. Depuis la destruction du Temple et l’exil, le « lachone Haqodesh » a été privilégié pour le liturgique et le rituel, tellement l’inculture s’était installée.
    Aussi, nos Sages d’avant-hier avaient eu tout-à-fait raison d’écrire leur commentaires, contrats etc en araméen… Mais hier, et aujourd’hui, un contrat est simplement caduque (!!!) s’il n’est pas compris par les principaux intéressés !
    Quand donc nos autorités juives se bougeront pour modifier cette monumentale erreur ?
    Elles attendent sans doute Mashiah. Et en dernier recours utilisent, peut-être, cette ignorance pour ne pas valider le « mamzerisme »? Car nos ketoubot n’ont pas/plus de valeurs réellement juridiques si engagées sur la non compréhension…
    Un réel problème, gigantesque !
    Il faudrait pour le moins joindre une traduction dans les langues natales des intéressés, lue et écrite, et signée, visée tant par eux que par l’officier rabbinique, et les témoins validés !
    .
    Lé Ylouï ha Rav Adin, le dernier des Géants, qui nous a quittés, Barou’h Dayan Haemet !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.