Pessah: le grand Quizz, les recettes (1/2) Vidéos

1. Citer des coutumes et des symboles du Seder ?

2. Parmi les éléments composant le plateau du Seder, si j’ôte une lettre d’un mot, je subis la dureté de l’esclavage ; et si j’ôte la même lettre à un autre mot, je deviens libre. Comment cela est-il possible ?

3. Pourquoi chaque personne a-t-elle une coupe devant elle alors que pour les autres fêtes, seul le chef de famille a une coupe pour faire le Kiddoush ?

4. Pourquoi devons-nous boire 4 coupes de vin ?

5. A quoi correspondent les 4 verbes de libérations associés aux 4 coupes de vin ?

6. Pourquoi devons nous de préférence utiliser du vin (ou du jus de raisin) rouge pour remplir nos coupes ?

7. Quel ingrédient particulier les juifs de Salonique enrôlés dans l’armée de l’Union lors de la guerre civile américaine rajoutaient à la ‘Harosset ?

8. Pourquoi s’accouder lorsqu’on mange de la Matsa ou qu’on boit le vin ?

9. Et pourquoi même les gauchers pour qui ce n’est pas très confortable et pas du droit ?

10. Combien de fois le chiffre « quatre » est-il employé lors du récit du Seder ?

Réponses

1. Citer des coutumes et des symboles du Seder ?

  1. Manger de la Matsa, le pain du pauvre que nos ancêtres mangeaient en Egypte.
  2. L’eau salée (symbole des larmes) dans laquelle on trempe le céleri
  3. Manger du Maror (amer), trempé dans de la‘Harosset, symbole du mortier et des briques.
  4. Manger une nouvelle sois la Matsa, pain que nos ancêtres ont emmené en sortant d’Egypte.
  5. S’accouder en mangeant en buvant comme avaient coutume de le faire les hommes libres.

6.Boire quatre coupes de vin, symbole des étapes de notre libération.

  1. Beitsa (oeuf dur) : Korban ‘Haguiga ; cycle de la vie ; peuple juif (endurci par les épreuves)
  2. Zeroa (os grillé) : agneau pascal ; bras étendu qui nous libéré.

Résultat de recherche d'images pour "pessah seder"

 

2. Parmi les éléments composant le plateau du Seder, si j’ôte une lettre d’un mot, je subis la dureté de l’esclavage ; et si j’ôte la même lettre à un autre mot, je deviens libre. Comment cela est-il possible ?

Si j’ôte la lettre Samekh de Karpass, il reste Perekh (« dureté »).

Si j’ôte la même lettre Samekh de ‘Harosseth, il reste ‘Herouth (« liberté »).

3. Pourquoi chaque personne a-t-elle une coupe devant elle alors que pour les autres fêtes, seul le chef de famille a une coupe pour faire le Kiddoush ?

Parce que le soir du Seder, chacun doit boire 4 coupes de vin alors qu’un autre soir de fête, on peut se rendre quitte du Kiddoush en écoutant lechef de famille.

4. Pourquoi devons-nous boire 4 coupes de vin ?

Parce que D. a annoncé à Moïse le processus de libération par 4 verbes différents : (i) je vous ferai sortir (du joug) ; (ii) je vous sauverai ; (iii) je vous délivrerai (avec des miracles) ; (iv) je vous prendrai (pour moi comme peuple).

5. A quoi correspondent les 4 verbes de libérations associés aux 4 coupes de vin ?

Ces 4 verbes correspondent à 4 phases de libération : (i) l’arrêt de l’esclavage ; (ii) la libération physique (sortie d’Egypte) ; (iii) la libération psychologique (mort des Egyptiens) ;(iv) la libération spirituelle (don de la Torah).Il y a un débat talmudique si une 5° coupe est nécessaire, et, dans ce type de débat où il n’y a pas de réponse claire, le Talmud nous dit qu’Eliyahou viendra nous donner la bonne réponse (TEKOU).Par ailleurs, cette coupe est versée au moment où l’on chante la 2° partie du Hallel, liée à l’époque messianique qui verra le retour d’Eliyahou.

6. Pourquoi devons nous de préférence utiliser du vin (ou du jus de raisin) rouge pour remplir nos coupes ?

C’est un rappel (i) du sang des enfants juifs versé par les Egyptiens ; (ii) des eaux du Nil changées en sang ; (iii) du sang de l’agneau pascal ; et (iv) du sang de la circoncision entreprise par les Juifs avant la sortie d’Egypte.

 

7. Quel ingrédient particulier les juifs de Salonique enrôlés dans l’armée de l’Union lors de la guerre civile américaine rajoutaient à la ‘Harosset ?

Du gravier, pour rappeler le mortier.

8. Pourquoi s’accouder lorsqu’on mange de la Matsa ou qu’on boit le vin ?

Etre relaxé est un symbole de liberté.

9. Et pourquoi même les gauchers pour qui ce n’est pas très confortable et pas du droit ?

Pour que la nourriture ne rentre pas dans la trachée artère (à D. ne plaise !)

10. Combien de fois le chiffre « quatre » est-il employé lors du récit du Seder ?

Quatre : 4 coupes. 4 questions. 4 fils. 4 versets base du récit de la sortie d’Egypte.

(A suivre)

Adaptation par Jforum

PESSAH 2021
Début de la fête: Samedi 27 Mars 2021
Fin de la fête: Dimanche 4 Avril 2021

 

Voici quelques recettes de Pessah et si vous en voulez d’autres dites-le moi ce sera avec plaisir

LA SOUPE DE PESSAH AVEC KITNIOTH recette de Mamiyou zal.

Il s’agit d’une soupe de légumes coupés en julienne et dans laquelle on fera cuire soit un morceau de viande soit des morceaux de poulet ou tout simplement un os à moelle de manière à faire de ce plat un mets recherché étant donné qu’aujourd’hui il est rare de trouver des tripes (gras-doubles)
Pour ceux qui ne consomment pas de kitnioth (légumineuses : fèves/petits pois) cette soupe est tout aussi délicieuse sans ces légumes qui seront donc mentionnés entre parenthèses.
Pour ceux qui mangent la matsa sherouya (trempée/mouillée) il y a la possibilité d’ajouter les boulettes de farine de matsa (matsé knepflé ou kneidelekh = quenelles de matsa).
Quantités pour 6 personnes : 6 grosses carottes, 4 grosses pommes de terre, 1 gros oignon sec, 3 navets de taille moyenne, 4 petites courgettes ou 2 moyennes, du cosbore/cerfeuil/céleri, sel et poivre selon le goût (une grosse poignée de fèves fraîches ou congelées débarrassées de leur peau ou de petits pois fins frais ou congelés). 6 morceaux de poulet ou 1 kg de paleron de bœuf ou un gros os à moelle. Il est bon de faire rissoler le morceau de viande dans deux cuillerées à soupe d’huile avant la cuisson puis ajouter de l’eau frissonnante et les épices éventuelles (chacun selon son goût et ses traditions.
Nota : 1) pour ceux qui ne mettent pas de viande/os/poulet, il faut ajouter deux cuillères à soupe d’huile d’olives vierge.
2) Pour ceux qui consomment du curcuma on peut donc ajouter une cuillère à café rase de curcuma
3) On vend des sachets de Knorr avec de la poudre de matsa très fine pour les kneidelekh (kneidel) le mode d’emploi y est joint il suffit de faire pocher ces quenelles dans la soupe.
4) Pour les fèves, il est recommandé d’utiliser de grosses fèves et pour les débarrasser de leur peau il suffit de les mettre à tremper un quart d’heure dans de l’eau fraîche pour voir ce petit travail facilité.
RECETTE : Mettre dans une marmite la quantité d’eau requise avec le sel le poivre et le curcuma éventuellement ainsi que la/les viandes (non congelées) et porter à ébullition puis, réduire le feu et couvrir.  Laisser cuire pendant une heure et demie à deux heures puis ajouter les légumes coupés en petits morceaux (julienne). Si l’on désire ajouter les kneidelekh il faut porter la soupe à ébullition à nouveau et y plonger les quenelles qui y seront pochées.
Bon appétit !

COUSCOUS DE GALETTES :
Cette recette s’applique uniquement avec les « galettes » de Pessah style algérois avec les autres matsoth plus fines, pour ceux qui mangent la matsa sherouya ou mouillée il existe d’autres recettes.
Il faut compter environ 2 matsoth « à l’eau » par personne. Si on ne possède pas de pilon en cuivre pour piler on peut introduire les matsoth dans un sachet à glissière et poser par-dessus un torchon pour donner des coups de marteau par-dessus sans trouer le sachet et faire en sorte que les galettes soient réduites en gros morceaux. On prépare séparément la « darsa » ou sauce rouge de cette façon : dans un saladier on verse environ (selon votre goût) pour une personne 2 c à café de paprika doux, un peu de sel, une pointe de cumin deux feuilles de menthe Poulliot séché (flio) et de l’huile d’olives, on mélange bien et on fait tiédir. Pendant ce temps-là on fait « fumer » les morceaux de galettes à la vapeur et, après le deuxième passage à la vapeur on imbibe les matsoth de sauce rouge.
A part on aura préparé de la loubia (pour ceux qui en mangent pour Pessah) une soupe de légumes et de la shtéteha (viande de basse côte en petits morceaux cuite avec de la tomate, de l’ail et du cumin). Si vous désirez les recettes…… dites-le moi.
De même, si vous voulez faire la saucisse de gras double je vous communiquerai la recette avec plaisir.

CONFITURE D’ORANGES AMERES (si vous n’en avez pas prenez des oranges à peau épaisse et 1 pamplemousse)

Confiture d'oranges amères

Il faut gratter les oranges pour enlever le zeste. Puis, on coupe les oranges en deux et on les met à tremper dans une bassine pendant 2 ou 3 jours en renouvelant l’eau chaque jour. Puis on les rince, on les coupes en quartiers sans éliminer les pépins qui vont permettre au sirop de se gélifier. Pour un kilo d’oranges amères, il faut prévoir 1 kilo 300 gr de sucre fin en poudre.
Dans une marmite disposez les quartiers d’oranges et couvrir d’eau puis faire cuire à découvert, ou jusqu’à ce que la peau des oranges devienne transparente (presque) et dans le liquide, verser le sucre mettre à cuire à feu doux vérifier de temps à autre jusqu’à ce que le sirop arrive à bien napper la cuillère (stade du « nappage ») et, lorsque le sirop s’écoule goutte à goutte (on dit qu’il fait la perle) votre confiture est prête. Laissez la refroidir à découvert et ce n’est que lorsqu’elle est froide que vous pourrez la mettre en pots.

LES SFERIESS ou petits choux au miel

Sphériès
Pour 6 personnes :  10 œufs, 500 grs de farine de matsa, 1 zeste de citron/orange/mandarine.
Huile de friture
SIROP : 500 grs de miel (casher le pessah) ou 500 grs de sucre en poudre  et 1/2 litre d’eau, une cuillerée à soupe d’eau de fleurs d’orangers (facultatif) et le jus d’un demi citron.
Il convient tout d’abord de préparer le sirop en portant le miel et/ou le sucre et l’eau à frissonnement  puis on y ajoute l’eau de fleurs d’orangers/citron et on laisse au chaud.
Les sfériess se font ainsi : on bat un œuf et on y ajoute progressivement la farine de matsa et on ajoute ainsi alternativement œuf et farine de matsa. La consistance de la pâte doit être fluide ni trop coulante cependant ni trop épaisse. Il est aussi possible (si votre mixer est casher pour Pessah) casser les 10 œufs et bien les battre en omelette et ajouter la farine de matsa au fur et à mesure tout en continuant à battre. Ajouter le zeste.
Faire chauffer l’huile pour la friture et lorsqu’elle est très chaude, à l’aide de deux cuillères à soupe, on fait tomber dans l’huile de friture de petites boules de pâte en veillant à ce qu’elles puissent frire des deux côtés puis les plonger immédiatement dans le sirop maintenu au chaud.
On sert les sfériess froids ou tiédis avec de la confiture ou de la glace.

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.