« Connards du conseil scientifique » : cette insulte entendue au « sommet de l’État »

Les relations entre l’exécutif et le Conseil scientifique témoignent de nombreuses tensions, au point qu’au sommet de l’Etat, certains mots durs sont utilisés pour caractériser les membres de l’organisme.

Résultat de recherche d'images pour "conseil scientifique elysée"

IL n’a fallu qu’un pas pour que l’allié devienne l’ennemi numéro 1. Alors que la crise sanitaire continue de rythmer le quotidien des Français, une autre crise bouillonne au sommet de l’Etat… entre l’exécutif et le Conseil scientifique. Créé le 10 mars dernier pour éclairer le gouvernement dans la gestion de l’épidémie de Covid-19, le groupe d’experts vient d’accueillir quatre nouveaux membres. Des figures qui ne sont pas près d’apaiser les tensions entre Emmanuel Macron et les fameuses « blouses blanches ». En janvier dernier, L’Opinion révélait que le chef de l’Etat aurait de plus en plus de mal à supporter le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, jugé trop « alarmiste ».

Car l’époux de Brigitte Macron a préféré prolonger le couvre-feu, à la surprise générale. Une décision qui a fini d’entériner l’opposition entre lui et le professeur d’immunologie, qui demandait un reconfinement. Seul moyen efficace, selon ce dernier, pour faire face à la montée en puissance des variants du coronavirus. Pourtant, les antagonismes entre l’exécutif et le Conseil scientifique seraient plus anciens et dateraient d’avril dernier. A l’époque, Jean-François Delfraissy plaidait pour que 18 millions de Français, considérés comme à risque, restent confinés. Depuis ce jour, certains, au sommet de l’Etat, ne mesurent plus leurs mots et parlent volontiers des « connards du conseil scientifique »dévoile Le Point, ce 17 février.

Résultat de recherche d'images pour "conseil scientifique elysée"

« J’en ai marre de ces scientifiques »

Agacé, Emmanuel Macron se serait emporté contre ceux qui étaient autrefois ses conseillers. « J’en ai marre de ces scientifiques qui ne répondent à mes interrogations sur les variants que par un seul scénario : celui du reconfinement, » a-t-il lancé au cours d’un récent Conseil de défense sanitaire. S’il s’est affranchi de la pression des sachants, le pari semble loin d’être gagné pour le chef de l’Etat. La France enregistre encore 20 000 nouveaux cas de contamination quotidiens. Un chiffre stable, mais qui n’apaise pas encore la pression subie par de nombreux centres hospitaliers.

 

6 Commentaires

  1. Nous aussi citoyens Français nous en avons marre de ce gouvernement, de cette présidence d’opérette ! Avec les pieds nickelés de service , celui aux yeux de loup enragé et son acolyte qui aurait pu participer sans aucune difficulté dans un film de Monsieur de Funès . Nous avons le même mot pour les définir, ce mot que l’on peut écrire au choix : avec un seul « n » ou avec deux « n », eh bien, je n’en ajouterais pour ma part un troisième et bien entendu avec un S marque du pluriel. Des incapables envieux sur une galère à la dérive ,des coquelets Gaulois .

  2. Il y a bien du ménage à faire dans l’exécutif, et j’espère que ce sera fait en 2022..
    Pour le conseil scientifique, outre ses compétences, il y a une priorité, exclure tous ses membres en conflit d’intérêt avec l’industrie.
    Je pense également qu’un véritable confinement des seuls patients atteints est nécessaire.
    Pour terminer, après les scandales des approvisionnements en masques et vaccins, la france doit cesser d’être le mauvais élève et enfin autoriser les auto tests en vente libre.

  3. Ne juger pas si férocement ce conseil scientifique qui n’a pas eu les moyens sauf le confinement et c’est l’état et ses ministres qui en sont les premiers responsables
    Pas de masque en 2020, pas de test , pas de gel hydroalcoolique et aujourd’hui pas de doses de vaccins suffisant pour vacciner d’où les seules possibilités pour arrêter la transmission le couvre feu peu efficace ou le confinement efficace à conditions que lors de déconfinement les responsables contrôlent sans pitié ceux qui ne respectent pas les gestes barrières ou les ouvertures prématurées des restaurants, bars, fêtes , festivals comme cela s’est passé en juin, juillet août 2020 et durant ces mois lePM Casteix ne donnait pour ordre: faire de la pédagogie et ne verbalisait pas !!!!
    On se demande si cela n’était pas voulu pour empêcher une explosion sociale promise en September 2020 par les syndicats cgt en tête en ne favorisant pas la reprise voulue mais contrôlée de la contamination Durant septembre’ octobre’ qui serait une barrière efficace aux manifestations qui débouchent sur des violences et pillages voire des blesses et des destructions de commerces
    Cela dit le CS ne peut rien contre une telle épidémie actuellement c’était en janvier 2920 qu’il aurait fallu nommer un CS avec des épidémiologies en majorité et pas des scientifiques qui n’aviant pas les compétences et qui rejoignent tout ce défilé de médecins que l’on voit répéter n’importe quoi sur les chines de télévision et qui avancent des propos sans valeur pour faire avancer l’arrêt de cette épidémie notamment sur la chaîne bfmtv ou crews avec des émissions bidons bonjour Dr Milhau
    Les universitaires qui ne sont pas compétents défilent pompeusement pour se faire voir et se ridiculisent aux yeux de leurs collègues
    Seul le professeur Raoul et ses collègues auraient pu apporter des éléments positifs encore fallait il démontrer l’efficacité de leurs traitements ce qui n’a pas était fait avec un vrai protocole
    Oui il faut totalement modifier le CS mais il a fait don travail avec aucun moyen en 2020 et il a fait son temps

  4. Les décisions en matière de confinement et de contraintes sanitaires sont d’abord et avant tout du domaine de l’épidémiologie. Un problème est flagrant dans la composition de ce Conseil scientifique: il ne comprend qu’un seul épidémiologiste spécialisé en santé publique, sur 12 membres! Delfraissy est un immunologiste, beaucoup se disent infectiologues, d’autres sont sociologues, etc.. Pour conseiller le Gouvernement sur cette question de confinement, il faut être au moins épidémiologiste, et avoir un bon niveau de Médecine en plus ne serait-pas un luxe. Je ne comprends pas comment des gens pourraient se prétendre « professeurs d’infectiologie » sans avoir une forte compétence en épidémiologie. Cela me parait une aberration.

    Mettre des sociologues dans ce Conseil Scientifique est une idée valable, mais il faut aussi des gens ayant à la fois un haut niveau de Médecine, un haut niveau de Mathématiques et j’insiste, un haut niveau de Marketing, et être capable de faire la synthèse de tout cela. Pourquoi? parce que les épidémiologistes efficaces utilisent les modèles Marketing de diffusion des nouveaux produits, pour étudier la diffusion d’une maladie virale dans une population. Le problème est que Macron n’a pas les cerveaux sous la main pour avoir les meilleures recommandations en matière de diffusion de l’infection virale. La France est un pays de tocards où beaucoup de pseudo-scientifiques, en mal de vanité, se piquent d’épidémiologie et les résultats montrent clairement leur incompétence. Tout cela étant bien-sûr financé par la poche à Ducon, le Peuple naïf qui paie les impôts et taxes, croyant être protégé par l’Etat contre le risque infectieux, et qui en-crève en contrepartie. Pauvre France, raquer des impôts pour être tué en contrepartie!

  5. Le connard en chef, c’est celui qui a remis son sort entre les mains de ces Diafoirus, pompeusement nommés « conseil scientifique » !
    Heureusement, le professeur Raoult avait déjà émis son opinion définitive sur ces guignols !
    C’est donc lui qui doit succéder à Macron.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.