Les racines du PDG de Pfizer sont profondément enracinées dans la courageuse communauté juive

Le PDG de Pfizer, Albert Burla, est devenu célèbre au cours de l’année écoulée, sous sa direction, le virus qui sévit dans le monde a mis Pfizer à l’avant-garde de la lutte contre la propagation d’une maladie et l’amène à acquérir un renom mondial.  Albert Burla est originaire de Thessalonique, en Grèce. La communauté juive connue sous le nom de Jérusalem des Balkans. Son père a poussé son fils à acquérir une éducation, ainsi la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre

La communauté juive de Thessalonique

La glorieuse communauté juive de Thessalonique a engendré des personnalités bien connues telles que Leon Recanati, le fondateur de Discount Bank, le boxeur Shlomo Aroch, qui a survécu à Auschwitz grâce aux matches auxquelles il a participé au camp, et bien d’autres, aujourd’hui comme le PDG de Pfizer Albert Burla, qui jusqu’à il y a quelque mois complètement anonyme.

Dans un article intéressant, sur @Judeoespanol sur Twitter parle du PDG de Pfizer. Grâce au vaccin « Pfizer » qu’il dirige. Ce vaccin a provoqué un changement radical dans la lutte contre la pandémie du corona.

Les origines

Albert Burlat est né à Thessalonique en 1961, est un descendant de la glorieuse dynastie Burla qui est arrivée dans cette ville il y a 600 ans d’Espagne après la déportation. Ses ancêtres accostèrent dans la ville portuaire grecque à la suite d’une invitation du sultan turc d’Isit II, qui cherchait à favoriser une croissance économique dans l’empire, et reconnaissait le talent des Juifs dans les domaines du commerce et de la finance.

Sous l’Empire ottoman, les Juifs de Thessalonique ont obtenu la liberté de culte et la liberté d’emploi, ce qui a conduit à la prospérité de la communauté dans tous les domaines de la vie, du petit artisanat tel que la teinture des tissus, la banque et l’expédition, au commerce de diamants et de bijoux.

Aux XVIe et XVIIe siècles, les marins savaient qu’il n’était pas conseillé de mouiller dans le port de Thessalonique samedi. Les grues sont à l’arrêt, les grutiers sont absents ? Ils prient probablement dans les synagogues de la ville ou chantent des piyyutim autour de la table de Shabbat.

À cette époque, Thessalonique était la plus grande et la plus importante des « villes juives » du monde, et peut-être la plus grande des communautés israélites comme ses sœurs de l’Est qui respiraient l’atmosphère de la Palestine, par exemple Vilnius, surnommée « Jérusalem de Lituanie », et Lublin, surnommée « Jérusalem de Pologne ». Avec le titre honorifique « Jérusalem des Balkans ».

La Shoah

Le samedi 11 juillet 1942, 3 mois après l’invasion allemande de la Grèce, tous les juifs de 19 à 45 ans de Thessalonique reçurent l’ordre de se présenter à Liberty Square dans la ville. Les 9 000 Juifs se sont restés sous le soleil brûlant et ont été contraints de faire des exercices de gymnastique et de danse, sous le rire des Allemands et de la foule grecque. Après ce spectacle humiliant, surnommé le « Black Sabbat », la plupart des Juifs de la ville ont été envoyés dans des camps d’extermination.

La lutte pour la survie et le courage des Juifs de Thessalonique dans les camps étaient vains. L’orgueil, la douleurs et l’esprit de liberté qui leur sont inhérents ne se sont pas brisés même face aux horreurs. « A côté de moi se trouve un groupe de merveilleux et extraordinaires juifs de Thessalonique », a écrit Primo Levy dans son ouvrage « This is a Man » ( Si c’est un homme), décrivant ses expériences d’Auschwitz. Et personne ne sait mieux qu’eux quelle est leur nature, ils chantent tout le temps, leurs pieds battent le sol au rythme et ils sont ivres de leurs chants. « 

Sur les 43 850 Juifs de Thessalonique envoyés à Auschwitz, 11 500 ont survécu à la sélection. Parmi ceux-ci, seuls environ 2 000 ont choisi rester. Parmi eux, les parents d’Albert Burla, qui ont choisi de rester dans leur ville natale après la guerre.

Albert Burla

Dans l’une des interviews avec les médias, Albert Burla a déclaré que, bien qu’il soit un survivant de la deuxième génération de la Shoah, il a grandi dans une maison heureuse et animée. Un parent raconte que les parents de Burla l’ont poussé à acquérir une éducation. Le jeune Albert n’a pas déçu, et sa mère retournant d’une réunion de parent d’élèves, disait de lui qu’elle était fière des réalisations de son fils.

Des amis d’enfance décrivent Albert Burla comme un garçon humble avec « une force tranquille » et de la persévérance. Mais aucun d’entre eux n’a rêvé qu’un jour il dirigerait l’une des plus grandes entreprises du monde. Mais le jeune Burla avait d’autres plans. Après avoir terminé son doctorat à l’École vétérinaire de l’Université Aristote de Thessalonique, il a rejoint Pfizer en 1993, où il a ouvert la voie, sur son avenir – modestie et travail acharné – vers les huit premiers au poste de PDG en 2019.

Albert Burla partage son temps entre sept villes différentes dans quatre pays différents, quand on lui a demandé à quelle identité il était le plus connecté, il a répondu : « Je me sens à cent pour cent grec et à cent pour cent juif. » Nous lui adressons nos sincères remerciements au nom du peuple juif en particulier et de l’humanité en général.

Forum et Israël Hayom

 

 

 

 

3 Commentaires

  1. Pourquoi toujours faire référence aux origines juives des personnes , les juifs ne sont-ils pas avant tout des hommes et des femmes avec des qualités , des défauts , etc ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.