Les faux messies dans le monde juif (6)

Caroline Elisheva  Rebouh le 04.05.2020

 

SHLOMO MOLKO

Destin curieux que celui de Diogo (Diego) Perez. Il s’agit d’un Marrane né au Portugal en 1500, huit ans après la folie meurtrière et sanglante qui s’empara de la très catholique Espagne en 1492 et sacrifia sur l’autel de la foi des dizaines et des dizaines de milliers de Juifs (et même de non-Juifs) dénoncés par jalousie ou par haine.

La famille Perez fuyant l’Espagne se réfugia à Lisbonne. Leur fils né en 1500 à Lisbonne fut baptisé comme un bon catholique et reçut une éducation stricte. A l’âge de 23 ans, il se trouva propulsé au poste ô combien envié de secrétaire au Tribunal du roi du Portugal de l’époque : Manuel Ier. Lorsque celui qui allait devenir son comparse (voir épisode précédent), David Réouvéni apparut à la cour royale.

Cette apparition donna à Diogo Perez le ressort nécessaire pour revenir vers le Judaïsme. Il opéra sur lui-même des changements en chaîne tels que : hébraïser son nom en Shlomo Molko, pratiqua la circoncision sur lui-même.

Le souverain portugais fut fortement courroucé de ce retournement imprévu et inattendu. Molko quitta le pays subrepticement et se réfugia en Macédoine à Bétola. C’est en ce lieu qu’il prit la décision de rédiger son livre : « Sefer HaMefoar » et il se livra alors à des supputations afin de déterminer la date à laquelle aurait lieu la Rédemption finale en définissant par là-même la date à laquelle se révèlerait le Messie-Libérateur !!!!

Ce livre fut imprimé et diffusé dans la communauté de Salonique et, Molko quitta la ville. Cependant, à l’époque le Rav Yossef Taïtatchek avait trouvé lui-même un abri dans cette ville grecque et il y avait fondé un « cercle d’études cabalistiques ». Apparemment c’est alors qu’il « s’ouvrit » à l’étude de la Cabbale et qu’il y rencontra Rabbi Yossef Caro, sur lequel il fit une grande impression.

On ne trouvera pas de précisions sur le fait qu’il quitta la communauté de Salonique pour arriver en Italie. On ne trouve qu’une légère mention selon laquelle il aurait participé sur les cas d’annulation de mariages entre deux rabbins Eliahou Halfon et Yaakov Mantino.

Très rapidement son esprit vacilla. Ne dit-on pas que pour qu’un édifice tienne il faut de solides fondations ? Chez Molko, l’éducation juive souffrait de failles profondes et, de trop vouloir se plonger dans la cabale n’était peut-être pas souhaitable soit à cause de son âge soit parce que sa formation n’était pas complète.

Toujours est-il qu’en voulant calculer la date à laquelle le Messie arriverait, il eut recours à des combinaisons dangereuses et il demanda des rêves pour en savoir plus. Il parvint à fixer plusieurs dates qui, selon lui, devaient être des « étapes » pour la venue du Rédempteur. L’une des dates était 1532 qui, lui fut funeste puisque c’est en cette année qu’il fut brûlé dans un bûcher par le tribunal de l’Inquisition. Il convient, toutefois, de souligner que d’autres cabalistes étaient parvenus aux mêmes dates.

Le Rav Hayim Vital a écrit à propos de Shlomo Molko qu’il avait fait usage de Cabbale pratique et qu’il avait été « perdu » à cause de cela.

Shlomo Molko, par l’usage de calculs cabalistiques savants désirait précipiter la venue du Messie et pour préparer les foules, il donna des conférences à travers toute l’Italie et devint célèbre. Avec le concours de David Réouvéni ils convainquirent les communautés de l’arrivée imminente du Rédempteur et ils étaient par eux-mêmes si convaincus qu’il devait y avoir une armée pour libérer qu’ils tentèrent de s’assurer l’aide et le concours du Pape Clément VII de manière à organiser les juifs des diverses communautés en armée à seule fin de libérer la Judée des Ottomans.

Dans cette démarche, Molko utilisa encore des forces cabalistiques de manière à « briser les écorces » et ses contemporains ont pu prêter foi dans sa façon d’agir telle qu’elle doit se dérouler et, le Ramban au cours de la disputation de Barcelone, en fait part : A la fin des temps, le Messie arrivera selon l’ordre divin et se mettra en relation avec le chef de la communauté juive et en ceci il transmettra un message au Pape en exigeant de lui tout comme Moshe Rabbenou avait demandé au Pharaon : « Envoyez mon peuple et mes serviteurs ».

Il est à souligner que quelques deux cent cinquante ans avant, cet acte avait déjà été fait, entre autres, par le rabbin Abraham Abulafia en 1270, ainsi que, plus tard, au milieu du XVIIème siècle par Nathan de Gaza. Étonnamment, il y avait un lien spécial entre Molko et le pape, probablement parce que le pape avait évalué les capacités mystiques prophétiques dont disposait Molko. Lorsque celui-ci quitta Rome, il était pourvu d’une autorisation spéciale du pape lui-même pour faire et imprimer ses propres sermons, à condition qu’ils n’aient pas un caractère antichrétien.

C’est sans doute la raison pour laquelle Molko se refusa de commenter le livre de Daniel dans lequel on peut trouver des indications sur la fin des temps pour ne pas se trouver en porte à faux avec le Christianisme.

Le tribunal ecclésiastique sis à Rome trouva étrange le fait que ce « chrétien » de naissance fut parjure et soit retourné vers le judaïsme – crime impardonnable et preuve irréfutable de félonie et voire même de traîtrise. Cependant, l’empereur Charles Quint lui proposa l’amnistie sous condition de revenir à la foi chrétienne ce que Molko refusa catégoriquement acceptant de mourir en martyre.

Ainsi que cela a été évoqué dans le récit biographique de David Réouvéni, les deux hommes se rencontrèrent à Ratisbonne chez Charles V. Selon certaines sources Molko fut donc condamné et brûlé sur le bûcher de Mantoue en 1532.

Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou

MA Hebrew and Judaic Studies
Administrative Director of Eden Ohaley Yaacov

3 Commentaires

  1. C’est la une vieille histoire. Celle du passage. Charlemagne au bord du Rhin en avait marre de ces juifs qui lui faisaient de l’ombre. Devenus independants pour lui ils ne valaient plus un kopeck. Mais est ce une raison pour tuer ? Pourquoi ne pas les avoir renvoyes de l’autre cote ? Du Rhin bien sur ! Au Birobidjan les juifs ont pu grace a la Russie devenir independants et bien sur ils payerent des taxes et des impots. Le probleme c’est le niveau de developpement. Devenu trop gros on finit par faire de l’ombre…

  2. Bonjour Madame, ou Caroline, attention à votre style qui est par endroits illisible voire incompréhensible.
    N’y connaissant rien sur le sujet, je n’ai pas compris, en lisant votre article, en quoi Molko fut un faux messie… S’est-il déclaré lui-même comme étant le messie ?

  3. Merci pour ce post. Sur cet url il n’y a pas de pause alors j’en profite. Qu’est ce qu’un Messie ? En des periodes troubles nous le savons certains finissent toujours par surgir. A passer de l’ombre a la lumiere sans aucune legitimite pour… l’eclairagiste 🙂 Comme certains franchissent le mur du son. Sans aucun papier officiel du…sonorisateur ! Cela a ete le cas de Jesus et des Esseniens pour les Juifs. Mais pour les premiers Chretiens cette secte etait legitime. Pour Jesus c’est aussi comme pour beaucoup de prophetes qui comme lui en des temps difficiles donnent confiance parce qu’ils semblent stables. Et quelle lecon ce maitre a t il voulu laisser ? Celle d’apprendre a se mefier. A faire attention aux faux prophetes et aux autres oiseaux de mauvaise augure… Ou de bonne augure d’ailleurs. Car le faux chef est celui qui fait d’abord passer son interet prive avant le public, ses desideratas individuels avant l’interet general. Et il y en a quelques uns… Peut etre a commencer par moi. Profitez de cette liberte d’expression. C’est rare de pouvoir dire ce qu’on a sur la patate et un psy ca coute cher !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.