Le SU-57, une rock-star trop chère pour la Russie

11
31050
JForum : Ceci expliquerait cela : alors qu’Israël possède déjà 12 F-35 opérationnels, dont plusieurs ont déjà effectué des missions à longue distance (y compris le survol de l’Iran, selon des médias étrangers) et qu’Heyl Ha’avir va en recevoir 18 autres en 2019, la Russie n’a pas les moyens de faire voler le dernier bijou de son aéronautique et a déjà limité sa mise en circulation à une douzaine d’avions maximum. Pendant ce temps, les Etats-Unis ont patiemment attendu les premiers survols israéliens avant de risquer leurs propres F-35A, au nombre d’au moins neuf, depuis les pistes d’Abu Dhabi. Même avec tous les défauts qu’on voudrait attribuer au F-35 (et qui ne sont pas démontrés en phase opérationnelle et d’adaptation en Israël), ce modèle est à présent en “surnombre” au-dessus du territoire plus ou moins contrôlé en Syrie, par la Russie. D’un côté, des sources anonymes de l’armée syrienne critiquent les Russes, pour leur trop grande affabilité face à Israël, de l’autre, ceux-ci ne sont pas en mesure de risquer de jouer à armes égales, ni avec l’US Air Force, qui aligne près de 3000 avions, contre 1.000 côté russe, ni même avec l’expérience acquise des pilotes israéliens, sans enclencher un bras-de-fer où Moscou n’aurait rien à gagner.
Le S-400 lui-même cumule des failles nombreuses, notamment en terme de trop courte distance pour frapper des cibles en mouvement, dont nous reparlerons plus tard… Mauvaise pioche, pour le Sultan Erdogan?
L’avion de combat furtif Su-57 de Russie pourrait n’être qu’une rockstar médiatique, car il rencontre un gros problème
Le Su-57 est magnifique. Il est également trop coûteux pour que la Russie s’en achète des quantités significatives.

Le problème est simple. 

Le ministère russe de la Défense a organisé une séance vidéo impressionnante avec quatre de ses prototypes de chasseurs furtifs Su-57. Mais l’affichage spectaculaire ne rend pas le Su-57 plus pertinent, en terme d’efficacité et de défense.

 

Le Su-57 est magnifique. Il est également trop coûteux pour que la Russie puisse s’en acheter des quantités significatives

Dans les vidéos de novembre 2018, produites par la chaîne de télévision Zvezda du Kremlin, quatre des Su-57 bimoteurs volent en formation rapprochée avec l’avion An-12 chargé de réaliser les clichés. Deux des prototypes évitant les radars atterrissent en même temps. Un seul Su-57 effectue une rotation à plat.

Les quatre Su-57 de la vidéo représentent près de la moitié des 10 avions de combat furtifs acquis par l’armée de l’air russe, depuis le vol du prototype en 2010. Deux Su-57 ont été brièvement déployés en Syrie en février 2018. Le Kremlin a affirmé sans preuve, que les avions ont effectué des missions de frappe pendant leur bref déploiement.

Le Kremlin a commandé sa première douzaine de Su-57 conformes aux normes de production en août 2018, dans l’espoir de constituer le premier escadron régulier en 2019. Face à la compression des budgets militaires dans un contexte de crise économique, Moscou a décidé de ne pas acquérir cet avion en grand nombre.

On ne sait pas exactement combien le développement du Su-57 a coûté jusqu’à présent, de combien le programme aurait besoin pour mener à bien le développement et de combien chaque avion conforme aux normes de production ramènerait en arrière le niveau de vie des contribuables russes. L’armée américaine a dépensé plus de 60 milliards de dollars pour acquérir environ 180 F-22 et s’attend à dépenser 400 milliards de dollars pour l’achat de 2 300 F-35.

Le gouvernement russe a tenté d’annuler la décision de limiter l’effort de production du Su-57. “Vous savez qu’aujourd’hui, le Su-57 est considéré comme l’un des meilleurs avions produits au monde”, a déclaré à la télévision Yuri Borisov, vice-ministre russe de la Défense, devant un auditoire en juillet 2018. ” Par conséquent, cela ne rimerait à rien d’accélérer le rythme des travaux sur la production en série de l’avion de cinquième génération “.

Pourtant, le temps presse pour l’aviation russe d’intégrer le Su-57 à la structure de ses forces aériennes. Le chasseur furtif de «cinquième génération» a commencé son développement au début des années 2000, mais sa bonne fortune est liée à la stratégie de défense du Kremlin pour 2009, qui visait à effacer les années de coupes budgétaires et de déclin de la préparation militaire.

En mai 2009, Dmitriy Medvedev, alors président de la Russie, a annoncé une nouvelle stratégie de sécurité nationale jusqu’en 2020. Cette stratégie louait l’ancien et le futur président Vladimir Poutine pour avoir conduit la Russie à sortir de sa “crise systémique politique et socio-économique”. Et elle anticipait que la Russie “allait consolider son influence sur la scène mondiale” en tant que puissance politique et économique de premier plan.

De nouvelles dépenses “sans précédent” ont conforté la nouvelle stratégie, selon l’édition 2017 du rapport “The Military Balance” (l’équilibre des forces militaires) de l’Institut international d’études stratégiques. “La proportion des dépenses militaires a augmenté lorsque mesurée par rapport au PIB, plaçant la Russie dans un petit groupe de pays dépensant plus de 5% de son PIB dans la défense”.

“Après près de deux décennies de détérioration et de négligence de l’armée russe, Moscou a commencé à développer une force militaire plus moderne capable de projeter une puissance hors des frontières de la Russie”, a rapporté l’agence de renseignement de défense américaine en 2017.

Les dépenses ont servi à financer cinq lignes de production de chasseurs – une produisant le Su-57, trois variantes de fabrication du Su-27, dont le Su-30, le Su-34 et le Su-35 et une cinquième version de fabrication du MiG-29. Les forces aériennes russes ont reçu environ 200 avions neufs et modernisés en 2017 et environ 100 autres en 2018. À titre de comparaison, les forces armées américaines ont commandé plus de 400 nouveaux avions en 2018.

Un ralentissement économique, qui a réduit de près de 4% le PIB en 2015, a obligé Moscou à reconsidérer ses priorités. “Lors de la préparation du budget 2016, il était clair que ce niveau de dépenses ne pouvait plus être maintenu”, a déclaré l’IISS.

Quelques années de dépenses plus élevées ont eu un effet dramatique sur l’aviation russe. “Les livraisons substantielles de nouveaux avions de première ligne et leur utilisation intensive en Syrie ont donné à l’armée de l’air russe un visage entièrement nouveau en peu de temps”, écrit l’analyste Keir Giles dans un rapport publié en 2017 par le Carnegie Endowment for International Peace.

“Les commentateurs russes optimistes, comparant leur puissance aérienne à celle des États-Unis, notent une parité quantitative approximative avec l’US Air Force”, a poursuivi Giles.

En fait, la DIA a estimé en 2017 que les armes aériennes russes ne maintenaient que 1 000 avions tactiques. Dans le même temps, l’US Air Force, la Marine et le Corps de la Marine possédaient à eux trois plus de 3 000 avions de combat.

Pour soutenir la stratégie de 2009, le Kremlin devait acquérir 1 000 nouveaux avions et hélicoptères d’ici 2020, a estimé la DIA. La pression des réductions budgétaires pourrait contraindre les forces armées russes à se contenter d’un nombre beaucoup plus réduit de nouveaux avions et d’une douzaine de Su-57.

En revanche, en 2018, les Américains ont exploité plusieurs centaines de chasseurs furtifs de cinquième génération de F-22 et de F-35, avec beaucoup plus de F-35 commandés ou en production. “Les experts de la puissance aérienne occidentale (…) constatent que l’absence d’avions de cinquième génération en Russie, notamment en raison de leur capacité à informer les forces amies de la situation, constitue un manque de capacité critique“, a déclaré Giles.

Une séance photo pour la galerie ne peut pas inverser un marasme économique ni faire apparaître par magie des centaines de nouveaux avions de combat furtifs. Le Su-57 de Russie pourrait bien être une star des médias. Mais il est sur le point de ne jouer aucun rôle significatif dans la stratégie militaire de Moscou.

par David Ax Suivez @daxe sur Twitter

David Axe est le rédacteur en chef de la défense d’intérêt national Il est l’auteur des romans graphiques  War Fix ,  War Is Boring et  Machete Squad .  

Image : Creative Commons. 

nationalinterest.org

11 COMMENTS

  1. Marc, bonjour.
    Un de mes posts a eu la surprise d’être bloqué, avec attente de modération, puis a simplement disparu.
    Il n’avait rien de répréhensible, excepté qu’il révélait des carences réelles quant à la sécurité parisienne. En revanche, ce robot censeur,rav askimet barmachin, devait être furieusement occupé à chercher son levain pour laisser passer l’etronique monnerville du dessous…
    Qu’elle soit russe ou yankee,faites tirer la chasse…
    Merci d’avance.
    NB beaucoup d’experts sur ce site.

    • Bonjour Elie,

      si cela concerne un post après le fil sur les pompiers de Paris, je n’ai rien trouvé en “attente de modération” : y avait-il des liens dans le message, interprétables par le robot comme spam?
      Repostez-le, voire renvoyez le moi en marc@jforum.fr pour comprendre ce qui a pu le mettre au rebut sans autre forme de procès. Monnerville est retourné apprendre la belle jactance ailleurs aux alentours de 7h 30 au réveil effectif du robot-censeur… Ces animaux-là chargent la nuit, où ils se croient exonérés de tout. Erreur.

  2. Je vois que les bolchos papy-boomers sont de sortie… et qu’ils n’ont toujours pas compris qu’ils sont devenus des has-been … que leur vieille grille de lecture est obsolète… que le monde a changé … que Donald et Vladimir ne sont plus des ennemis mais des amis … qui ont vocation à faire front commun contre la nouvelle donne hégémonique chinoise et le délire prosélyte coranique … !

  3. Non seulement les russes sont largués au niveau des avions ( y compris par rapport au rafale qui a demontré sa maturité etonnante ) mais ils sont surtout largués sur le plan de la gestion globalisée du champs de bataille , car une seule composante , si pertinente qu elle soit , n a plus aucun interet hors du maillage technologique indispensable a la guerre du 21 eme siecle : dans ce domaine ils sont loins des americains et ne peuvent meme pas s aligner sur Tsahal ! Donc dr poutine, le mieux est de continuer a fourguer sa quincaillerie aux abrutis plein de petrodollars et autres sultan ottoman un peu illuminé

    • Amoyal
      Les Russes avec le Su-35S sont capable de faire la fête à la catastrophe volante F-35… et rafale sans problème… Il faut arrêter de dire des âneries… Le Su-35S a même effectué des test pour détecter des des avions furtifs en Syrie avec un système basé sur les métamatériaux… Qui a fait apparaître le F-22 sur le radar… Il faut arrêter de dire des bêtises et s’informer un peu plus… les américains et leurs valets n’impressionnent personne…

      • Justice , pour juger la technologie russe , il suffit de voir comment Tsahal frappe ou il veut et quand il veut .
        N oubliez pas l avion russe abattu par un avion turc : il ne disposait pas d alerte missile !! Les occidentaux les utilisent depuis 40 ans

        • T’es complétement paumé Amouyal, alerte missile 🙂 Donc du coup, du moment qu’il y a un alerte missile dans avion, impossible de l’abbatre ? plus aucun avion occidental ne sera abatu du coup

    • Quand on n’a aucun argument, on peste dans le vide… Ceci est recoupé par des services de renseignements. Quelles sont vos “ressources”? Sputnik? RT?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.