Lag Baomer une occasion de sortie pour les écoliers juifs de la région parisienne, venus des plusieurs écoles grace à un service de cars importants.

Draveil, jeudi 7 mai 2015. Près de 2000 écoliers juifs ont passé la journée sur l’île de loisirs du Port aux Cerises.

 

Un franc soleil de mai, des rires d’enfants, des pique-niques improvisés. L’île de loisirs du Port aux Cerises de Draveil a pris un air d’été ce jeudi. Près de 2000 élèves venus d’écoles juives de toute l’Ile-de-France ont pris possession pour la journée des activités de la base de loisirs.

 

Un rassemblement organisé par l’association Torah Land dans le cadre de la journée Lag Baomer, rendez-vous annuel incontournable pour les enfants de la communauté juive.

« Cette journée est destinée à rendre hommage à un rabbin décédé  (Rabbi Meir Baal Haness) , explique Yona Attal, président de l’association Torah Land. Son souhait était que l’on célèbre son souvenir dans la joie et non dans la tristesse. »

En réponse, l’association met tous les ans sur pied des animations festives pour les scolaires de la région. Cette année, elle a jeté son dévolu sur les activités UCPA et le parc Le Royaume des enfants rassemblés sur le site du Port aux Cerises.

 

Pourtant, derrière l’innocence des jeux d’enfants et le folklore d’élus et personnalités religieuses convoyés en calèche, l’événement véhicule une autre réalité. Organisé pendant six mois dans la plus grande confidentialité, il n’a pu se tenir qu’encadré de mesures de sécurité draconiennes.

Dans un contexte tendu depuis les attentats contre Charlie Hebdo et l’épicerie casher de Vincennes en janvier dernier suivis du déploiement du plan Vigipirate à son plus haut niveau, réunir plusieurs centaines d’enfants juifs relevait du pari.

« Si on annulait, on avait perdu la partie »

Ce jeudi, une compagnie de CRS était mobilisée sur place, encadrée de plusieurs dizaines de policiers patrouillant à pied, à VTT ou à cheval. Des membres du Service de protection de la communauté juive (SPCJ) complétaient l’imposant dispositif. Si l’île de loisirs est restée ouverte au public ce jeudi, aucun véhicule non officiel n’était admis dans les parkings du Port aux Cerises.

« Bien sûr que nous avons pris peur après les attentats de janvier, admet Yona Attal. Mais nous nous sommes engagés avec le Port aux Cerises dès octobre. Nous avons dialogué avec les parents et sommes tombés d’accord pour dire que si on annulait, on avait perdu la partie. »

JForum.fr-Le Parisien.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.