Israël pourrait partager la technologie nucléaire avec les États des accords d’Abraham – Le chef de l’atome israélien

« L’Iran obtenant des armes nucléaires n’est pas une option que le monde peut tolérer. » – Moshé Edri

Israël pourrait partager des aspects de sa technologie et de ses connaissances nucléaires avec des pays qui font partie des accords d’Abraham, a déclaré mercredi le chef de la Commission israélienne de l’énergie atomique, Moshe Edri, dans un discours devant l’AIEA à Vienne.

S’exprimant lors de la conférence, il a déclaré : « Nous espérons que le nouvel esprit dans notre région, tel que démontré dans les « Accords d’Abraham », marquera la voie à suivre pour un dialogue direct significatif au sein de notre région, y compris dans les forums nucléaires. »

« La technologie de pointe d’Israël nous fournit des niveaux significatifs de connaissances et de capacités, que nous sommes prêts à partager avec d’autres, bien sûr sous l’égide de l’AIEA », a déclaré Edri.

« La technologie de pointe d’Israël nous fournit des niveaux significatifs de connaissances et de capacités, que nous sommes prêts à partager avec d’autres, bien sûr sous l’égide de l’AIEA. »

Moshé Edri

Passant à l’Iran, le chef de l’énergie atomique a déclaré : « Un pays est le principal facteur d’instabilité de la région. Il est maintenant clair que l’Iran a mené un programme nucléaire militaire , gagnant en technologie et en connaissances, visant à produire des éléments pour un dispositif d’arme nucléaire. Ces activités ont eu lieu dans de nombreux sites non déclarés, utilisant diverses matières nucléaires.

En outre, il a déclaré : « À cet égard, le programme d’armes nucléaires iranien fait l’objet d’une enquête de l’Agence depuis de nombreuses années. L’Iran n’a cessé de fournir des explications ou des éclaircissements crédibles sur la nature de ces activités passées et continue de tromper l’Agence et la communauté internationale concernant ses activités nucléaires clandestines.

Qu’est-ce qu’Edri a dit d’autre ?

Ensuite, il a fait référence à la résolution du Conseil des gouverneurs de juin « condamnant le manque de coopération de l’Iran avec l’Agence et… les préoccupations internationales croissantes concernant la mauvaise conduite de l’Iran ».

En parallèle, il a prévenu que « l’Iran continue de développer, tester et déployer des missiles balistiques à longue portée, en violation directe des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU , et soutient des organisations terroristes dans tout le Moyen-Orient. L’Iran, obtenant des armes nucléaires, n’est pas une option qu’Israël, ni le monde, peut tolérer.

De plus, il a lié la discussion de certaines menaces iraniennes aux questions de sécurité nucléaire qui ont attiré l’attention mondiale en Ukraine après l’invasion russe.

« La discussion sur la sécurité nucléaire est particulièrement importante aujourd’hui à la lumière des récents événements en Ukraine « , a-t-il déclaré. « Les menaces à la sécurité et à la sûreté nucléaires n’ont pas de frontières. »

« Nous ne devons pas ignorer les menaces répétées et explicites d’attaquer les installations nucléaires d’Israël par l’Iran et ses mandataires. L’année dernière, les centres de recherche nucléaire d’Israël ont de nouveau été directement visés », a-t-il déclaré.

Selon Edri, « ces menaces obligent Israël à agir et à continuer de protéger ses installations nucléaires. Des installations modernisées et renforcées conformément aux normes de sûreté de l’AIEA, afin de faire face à toute attaque.

La principale installation nucléaire d’Israël se trouve à Dimona. Selon des sources étrangères, l’État juif pourrait avoir entre 800 et quelques centaines d’armes nucléaires.

Tout en exprimant son espoir pour l’avenir, Edri s’est plaint que « Malheureusement, le Groupe arabe continue ses efforts sans fin, pour abuser de ce forum professionnel pour une seule raison – pour isoler Israël ».

« Le point de l’ordre du jour intitulé « Capacités nucléaires israéliennes », inscrit à l’ordre du jour année après année, est politiquement motivé et contredit le Statut et le mandat de l’AIEA. Nous nous opposons fermement à son inscription à l’ordre du jour », a-t-il déclaré.

Généralement, la position d’Israël est celle de l’ambiguïté nucléaire, affirmant qu’il ne sera pas le premier à introduire des armes nucléaires au Moyen-Orient, tandis que les reportages des médias concernant son arsenal sont utilisés pour dissuader les adversaires d’entreprendre des attaques au-delà d’un certain seuil contre Israël.

Edri a succédé à Ze’ev Snir le mois dernier pour un mandat de sept ans après avoir servi 31 ans dans l’armée israélienne et à divers postes de défense.

Source : jpost.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.