HaNouCCa : Le combat de la Torah contre l’obscurantisme (vidéo)

Chers Amis,
Ce soir nous continuerons à fêter Hanoucca pour perpétuer 8 jours durant le miracle de la fiole d’huile de Hanoucca et pas seulement car HaShem a fait pour nous des miracles pour permettre à une poignée de Hasmonéens  de combattre et de vaincre les Séleucides qui n’aspiraient, eux aussi, qu’à nous voir nous fondre dans la masse idolâtre qui constituait le monde d’alors. A la fin de cette semaine fera son entrée le mois de Téveth.
Joyeuse fête de Hanouka et régalons-nous de soufganyoth, sfenjes, latkés, bombolonis, churros et autres fritures délicieuses et caloriques :::
Hanoucca Saméah 

 

On a coutume de définir Hanoucca comme la fête des lumières mais ceci est une définition simpliste car, en effet, pendant 8 jours nous allons chaque jour allumer des bougies (chaque jour sera ajoutée une nouvelle bougie/veilleuse) pour perpétuer le miracle de la fiole d’huile qui illumina le Beith HaMikdash 8 jours durant alors que la quantité d’huile contenue dans la fiole, qui résista à tous les combats, était égale et suffisante à une seule journée !!!

Aucune description de photo disponible.D’autres raisons se dégagent de cette fête qui n’est pas une solennité décrétée dans la Torah mais, c’est tout de même une célébration qui mobilise toutes les attentions et qui possède ses propres halakhoth, ses propres usages.
Si donc, effectivement il n’est pas inscrit à aucun moment dans la Torah que nous devons chaque année observer la fête des lumières le 25 du neuvième mois, (le mois de kislev), les exégètes de toutes les époques ont collecté des allusions à cette festivité tout au long du texte de la Torah et même de la Bible entière et, ont trouvé des allusions très nettes à Hanoucca, tel le Sefath Emeth qui trouve une correspondance à Hanoucca en la fête de Souccoth, festivités qui s’étirent toutes deux sur 8 jours !!!
Ainsi, nous démontrent les penseurs de toutes les époques confondues, que, dès le tout début de Bereshith, lorsque la Torah rapporte le récit de la création du monde, il est écrit :
וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם ; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם
Or la terre n’était que solitude et chaos ; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
Ces mots sont les étapes qui seront celles que le peuple juif devra suivre dans son histoire avec les 4 exils et l’ère messianique. Si ces termes employés ne décrivent rien de réjouissant, le troisième est encore plus fermé car les ténèbres ne permettent aucune existence.
En général Tohu et Bohu (solitude et chaos) représentent les exils de Babylone et de Médée, les ténèbres/obscurité font allusion à la Grèce et l’abîme à Rome quant à l’ensemble de : « et le souffle de D planait à la surface des eaux » c’est l’ère messianique, lorsque la Toute Puissance de D sera reconnue dans la terre entière.
Pourquoi les ténèbres correspondent-elles à la Grèce ? Bien que des philosophes tels que Socrate ou Platon ont influencé et éclairé le monde par leur sagesse, les Grecs, en envahissant la Judée ont cherché à annihiler toute forme de sagesse, de réflexion, de dogme. C’est pourquoi le Judaïsme, avec l’étude de la Torah fut contraire à l’Hellénisme et c’est pour cette raison que la petite armée des Macchabées s’est révoltée contre l’occupant grec qui rêvait de tuer le judaïsme, la pratique juive, et la pensée juive en interdisant totalement, la pratique : shabbat, fêtes, circoncision, et bien entendu, l’étude de la Torah.
Parmi les métaux précieux réclamés comme offrande lors de l’élaboration du Tabernacle sont cités l’or, l’argent et le cuivre lorsque les deux premiers sont Babel et la Médée et le troisième est la Grèce, ainsi qu’on le note dans le rêve de Nabuchodonosor…
Ce sont les Grecs qui ont également exigé la traduction de la Torah en Grec…. Car ils voulaient vérifier que rien n’était noté contre eux dans le texte de la Torah. Et, ne fut-ce le miracle survenu lors de cette traduction : en effet, il est de notoriété que les 70 sages réunis dans une résidence particulière dans laquelle chaque Sage se vit attribuer une chambre d’où il ne pourrait partir qu’après avoir remis sa traduction en grec de tout le texte et, lorsque tous conclurent leur traduction on put remarquer que tous les mots concordaient exactement mot pour mot jusqu’à l’énoncé des noms des animaux permis et/ou interdits à la consommation car, le texte présentait, effectivement, un gros problème : en énonçant les règles de casherout des mammifères, 4 animaux furent cités comme étant ruminants mais sans sabots fendus ou ayant les sabots fendus sans être ruminant et, il s’agit donc du chameau (gamal), du lapin (shafane), du lièvre (arnéveth) et du porc (hazir).
Or ces animaux ont des noms dont la traduction en hébreu peut être mal perçue comme le lièvre ou arneveth car, il se trouve que certains prénoms peuvent désigner des animaux ainsi, chez certains peuples on peut appeler un garçon « loup » (zeev en hébreu) et, en grec on peut appeler une fille « arnéveth » (soit lièvre en hébreu) le miracle se produisit à ce même niveau de traduction où cet animal fut décrit comme possédant de courtes pattes (tséïrat raglayim) pour que les autorités grecques ne trouvent pas de prétexte à renier la Torah parce que le nom de la reine se trouvât être celui d’un animal interdit à la consommation.
Le bris des tables de pierre gravées et taillées par HaShem, par Moïse, contraignit celui-ci à remonter sur le mont Sinaï pour y faire pénitence et recevoir les secondes tables taillées et gravées cette fois par le prophète et, il redescendit vers le camp d’Israël, c’était le jour de Kippour. Moïse enjoignit le peuple de procéder aux teroumoth (offrandes) du peuple pour la construction du Tabernacle. Le peuple, fut saisi d’un zèle si exemplaire que toutes les offrandes furent rassemblées en un temps record et, l’élaboration suivit elle aussi tant et si bien que le 25 du neuvième mois, le Tabernacle fut prêt à être inauguré !!!
Cependant, HaShem, avait programmé cette inauguration au 1er jour du 1ermois (soit Nissan). De même qu’HaShem fit une promesse au peuple qui se lamentait un 9 av sans qu’il n’y ait de raison véritable pour autant de pleurs en promettant que viendrait un temps où le peuple se lamenterait un 9 av pour un motif véritable, ici, HaShem promit de récompenser Son peuple pour avoir obéit aux injonctions divines avec tant de zèle, que viendrait, une occasion pour festoyer un 25 du neuvième mois soit kislèv. En ce cas, il nous faut considérer que Hanoucca ou inauguration, est une récompense ou un « paiement » qui aura lieu le 25 kislèv chaque année pour commémorer l’inauguration du Temple purifié…..
Les Grecs pénétrèrent par effraction dans l’enceinte du Temple et y sacrifièrent un porc, ils souillèrent tout le Temple et tout ce qui s’y trouvait et les Sages se demandèrent pour quelle raison les Hellènes firent preuve de tant de sauvagerie et de mépris en pénétrant jusque dans le Saint des Saints et d’y souiller là-bas tout ce qui s’y trouvait… Leur réponse est celle-ci, à cette époque, les Cohanim et les Léviim s’acquittaient de leur tâche en la bâclant, sans y apporter la moindre dévotion (d’après la guemara de Soucca).
Au retour des Juifs de leur exil en Babylonie, se réveilla le besoin de reconstruire le Temple détruit par Nabuchodonosor. Cette reconstruction dura de longues années puis le Temple fonctionna de l’an 417 avant l’ère courante jusqu’à sa destruction en 70 de l’ère actuelle.
La révolte des Hashmonaïm (Macchabées) dirigée par Yéhouda HaMaccabi et ses frères Yonathan et Shimon notamment. Yéhouda fut tué en -160.
En raison de l’acte de bravoure de Judith qui tua Holopherne qui imposait de rudes mesures sur le peuple juif on a coutume de consommer des produits lactés car elle avait hébergé Holopherne chez elle et lui servit des mets lactés et l’abreuva d’un excellent vin ce après quoi il s’endormit et elle le tua libérant ainsi tout le peuple de ce joug insupportable.
Joyeux Hanoucca à tous et à toutes !

Caroline Elishéva REBOUH

 

QUE SYMBOLISENT LES BOUGIES DE HANOUCCA ?

Aucune description de photo disponible.

La fête de Hanoucca est intimement liée au chiffre 36 et cela ne relève pas du hasard. Ce chiffre est en rapport avec la « Chékhina », la présence divine.
Par exemple, les Sages ont institué d’allumer 36 bougies (à l’exception du chamach) durant les 8 jours de la fête.
La prière que nous récitons au moment de l’allumage (hanérot halalou) comporte 36 mots (selon le rite ashkénaze).
Au moment de la création du monde, Adam, avant de fauter, vivait dans le Gan Eden et profitait du « Or Haganouz ». Cette lumière n’était pas celle du soleil. C’était une lumière spirituelle qui permettait de percevoir toute réalité sans les limites de nos sens. Cette lumière a brillé pendant 36 heures avant que D.ieu ne la retire.
Le Talmud nous enseigne également que chaque jour, 36 Tsadikim (Justes) reçoivent la face de la Chékhina.
Les lumières de Hanoucca ont pour mission d’illuminer le monde du « Or Haganouz ». Y rétablir la Présence Divine.
Ainsi, le chiffre 36 est l’essence même de Hanoucca.
36 bougies – 36 mots – 36 heures d’éclairage du Or Haganouz – 36 Tsadikim.
Hanouka Saméakh
Voir le site : www.espacetorah.com

Les Ségoulot de Hanouka


1/ Refoua des yeux: Regarder les bougies de Hanouka nettoie l’impureté des yeux, améliore la vue
 2/ Les 7 cieux sont ouverts* : C’est un moment propice pour prier pour tout ce dont on a besoin tant dans le domaine spirituel et matériel
 3/ Chaque jour Hashem fait descendre une mida donc chaque jour correspond à une demande précise dont il faut prier plus particulièrement :
1er soir: La puissance : Si on a besoin d’un coup de main dans quoi que ce soit, le demander le 1er jour Hashem aidera à son accomplissement
2eme soir: Mariage, enfants
3ème soir: En cas de procès, un conflit, besoin de retrouver de la confiance en soi, demander à Hashem la force de surmonter
4ème soir : donner beaucoup de tsedakot, car c’est un jour ou tout ce qu’on donne on le récupère au centuple
5ème soir: L’espoir : les délivrances de tout ce qu’on peut demander peuvent arriver ce soir la, l’ayin arah se tait
6ème soir: Refoua Chelema
7ème soir: les chants, les louanges, les tehilim qu’on peut faire montent directement au trône divin
8ème soir: (le plus important après le 1er soir) le Gaon de Vilna dit que ce jour est tellement puissant qu’il a la même kedoucha que Yom Kippour, demander TOUT ce dont on a besoin, il est possible de faire tomber tous les accusateurs dans le ciel ce soir la … il y’a une ségoula à faire ce soir là : récupérer les 8 mèches une fois qu’elles sont éteintes et les brûler dans un bol, ça tuera toutes les mauvaises choses qui entourent, les accusations, le ayin arah.
 4/ Refoua chelema
 5/ La Parnassa* et particulièrement le 8ème jour en citant le verset : « Ore’h yamim bemina bissmola ocher vehavod » « Longévité de la vie sur ma droite et sur ma gauche richesse et honneur » car pendant Hanouka une abondance extrême de richesse descend pendant la 1/2heure qui suit l’allumage
 6/ *Celui qui allume les bougies de Hanouka avec joie, il aura le mérite d’avoir des enfants dans le chemin de la Torah
 7/ *Enfants* : Propice pour avoir un enfant particulièrement pour les femmes stériles, prier particulièrement le 8ème soir pousse le Machiah à arriver en réalisant de la manière qu’il soit l’allumage*
9/ *Yetser Harah*: Celui qui veut se renforcer contre son yetser harah, il y arrivera en priant d’arriver à le combattre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.