Les 100 ans de la déclaration Balfour vus de GB ©

2
662

Le 2 novembre 2017 marque le 100e anniversaire de la déclaration Balfour, déclaration publique publiée par le gouvernement britannique durant la Première Guerre mondiale. Le secrétaire aux Affaires étrangères Arthur Balfour a écrit à Lord Walter Rothschild pour soutenir la création d’un «foyer national pour le peuple juif» dans ce qui était alors la région ottomane de Palestine. (Vous pouvez en lire plus sur l’histoire de la Déclaration Balfour ici.)

Par Simon Plosker

Source : Honest Reporting

Le gouvernement britannique d’aujourd’hui se prépare à commémorer officiellement cet anniversaire et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé sa présence au Royaume-Uni pour les célébrations.

Le descendant de Lord Rothschild, Jacob Rothschild, écrit dans The Times of London :

“Qu’une telle lettre ait été écrite au nom du gouvernement britannique est certainement l’un des événements les plus surprenants et les plus improbables de l’histoire de l’humanité. Étonnamment, après 3 000 ans de civilisation et 2 000 ans de persécution, les Juifs auraient une maison en Palestine, fournissant la première pierre de l’État d’Israël.

Mon ancêtre, lord Rothschild, à qui la lettre était adressée, la décrivit comme «le moment le plus important de l’histoire juive des 1800 dernières années».

Chaim Weizmann, le premier président d’Israël, l’a décrit comme “la Magna Carta de la libération juive”.

La Grande-Bretagne avait donné aux Juifs la première reconnaissance extérieure de leur droit à un renouveau national sur la terre de leurs pères.”

Le point de vue des ennemis d’Israël et de certains autres médias est cependant nettement moins positif à mesure qu’ils se préparent à marquer la Déclaration Balfour.

Ian Black du Guardian publie ainsi un article long métrage dans lequel il ne peut dissimuler ses sympathies:

“Cette promesse de 1917 – connue par la postérité comme la déclaration Balfour – a eu des conséquences fatales pour le Moyen-Orient et le monde. Il a ouvert la voie à la naissance d’Israël en 1948 et à la défaite et à la dispersion des Palestiniens.

C’est pourquoi son centenaire du mois prochain fait l’objet d’une importante et féroce contestation.”

Plutôt que de considérer la Déclaration Balfour comme un engagement à l’autodétermination juive, Ian Black la considère comme l’origine d’un conflit et la fin des aspirations palestiniennes.

En réalité, ce n’est pas la Déclaration Balfour qui a provoqué la situation des Palestiniens d’aujourd’hui, ni même celle de 1948. Le rejet palestinien et arabe de cette déclaration a contrecarré toutes les tentatives au fil des ans pour parvenir à un arrangement amical qui aurait pu coexister un Etat palestinien à côté d’un juif.

Black poursuit en déclarant:

“La bataille autour de Balfour a beaucoup en commun avec d’autres disputes sur des excuses historiques ou des réparations pour les torts du passé.

Il en est ainsi des statues de Cecil Rhodes à Oxford et au Cap et aux monuments commémoratifs confédérés aux États-Unis, compensation pour les mauvais traitements infligés aux rebelles Mau Mau au Kenya et expiation française pour les atrocités commises en Algérie.

Mais la question israélo-palestinienne est beaucoup plus difficile à traiter. Son passé n’est pas un autre pays. La vérité et la réconciliation sont des fantasmes lointains.

Contrairement à l’esclavage, à l’apartheid, à la famine irlandaise et au colonialisme occidental – tous, du moins formellement, consignés dans la poussière de l’histoire – le conflit judéo-arabe entre la Méditerranée et le Jourdain ne montre aucun signe de déclin. En effet, il reste aussi amer que jamais, coincé dans un statu quo instable d’occupation interminable et d’impasse politique.”

Encore une fois, Black associe la Déclaration Balfour à ce qu’il considère comme des torts ou des crimes historiques, en particulier de la variété colonialiste.

Il est impossible de ne pas se référer au soutien du gouvernement britannique au sionisme dans le contexte de l’époque.

La Déclaration Balfour se distingue cependant non pas comme une tentative d’imposer le colonialisme à un peuple autochtone, mais comme une autodétermination nationale d’un peuple qui entretient un lien historique, culturel et religieux intime avec la terre depuis plus de 3 000 ans.

Ce que Black et The Guardian exploitent, c’est le récit qui cherche à délégitimer l’existence même d’Israël en l’associant à un «péché originel».

C.P. Scott en 1919 (via Wikimedia Commons)

Peut-être que Black essaie d’atténuer le rôle positif de son propre journal dans la Déclaration Balfour, qui, étant donné le mépris actuel du Guardian pour Israël, est quelque peu ironique.

Le Dr Azriel Bermant décrit l’amitié de Chaim Weizmann avec C.P. Scott, le rédacteur en chef du Manchester Guardian (plus tard, The Guardian):

“La relation de Weizmann avec Scott fut essentielle pour assurer le soutien du Guardian aux aspirations sionistes dans les mois précédant la déclaration Balfour.

En juillet 1929, à l’occasion de la retraite de Scott en tant que rédacteur en chef, Isidor Sandler de la Manchester Zionist Association lui écrivit pour exprimer sa gratitude.

La réponse de Scott à Sandler ne souffre aucune ambiguïté quant à son état d’esprit :

“Dès le premier jour où j’ai discuté du projet sioniste avec mon vieil ami, le Dr Weizmann, j’étais convaincu de sa valeur non seulement pour le peuple juif mais pour les autres nations comme un lien entre l’Orient et l’Occident” “.

Revenons au présent. Qui mieux que Manuel Hassassian, l’Ambassadeur de Palestine au Royaume-Uni, peut illustrer la campagne contre la Déclaration Balfour, par un autre article du Guardian:

“Il y a eu une dissimulation de 100 ans de crimes d’Israël: le nettoyage ethnique de la majorité de la population palestinienne en 1948; ses années d’agression implacables et son occupation brutale actuelle.”

Etant donné qu’Israël n’a existé que pendant près de 70 des 100 années auxquelles Hassassian se réfère, il semble que la question soit moins une question territoriale qui a surgi en 1947-48 qu’avec tout ce qui a à voir avec le rejet palestinien des droits juifs remontant avant la naissance effective de l’Etat d’Israël.

En fin de compte, la campagne contre la déclaration Balfour et les demandes d’excuses du gouvernement britannique (qui ont été catégoriquement rejetées) font simplement partie de la vaste campagne de délégitimation contre Israël.

Ce dernier aspect à l’occasion du 100ème anniversaire de la déclaration Balfour ira en l’augmentant.

© Adaptation JFORUM


Lire aussi : Balfour : la nouvelle fronde des Palestiniens ©

Les palestiniens veulent poursuivre la GB pour la loi Balfour

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here