Des milliers de Juifs leur doivent la vie (Mendes)

2
539

Des milliers de Juifs leur

doivent la vie

Juin-juillet 1940

Par Marc-André Chargueraud 

« Mon gouvernement a rejeté les demandes de visa des réfugiés, mais je ne peux laisser ces gens mourir. Beaucoup sont Juifs et notre constitution stipule que la religion et les opinions politiques ne constituent pas un motif pour qu’on leur refuse l’asile au Portugal (…) Même si je suis démis de mes fonctions, je ne puis agir autrement qu’en chrétien et ne pas respecter ce que me dicte ma conscience. » [1]

Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux, tint ces propos en juin 1940, quelques jours après la défaite française. Les instructions de Lisbonne étaient pourtant claires : elles n’octroyaient de visa qu’aux personnes possédant des moyens financiers et un permis d’entrée dans un pays de destination finale. Quant aux Juifs « expulsés des pays dont ils ont la nationalité ou dont ils sont résidents » et qui se trouvent dans l’impossibilité de retourner « librement là d’où ils viennent », rien ne devait leur être accordé.

Trente mille Juifs s’étaient repliés dans la région de Bordeaux. En une quinzaine de jours, Mendes établit des visas pour le Portugal pour près de 10 000 d’entre eux. Après une attente souvent longue et difficile, la quasi-totalité de ces réfugiés put quitter le Portugal pour une destination finale outre-mer. Dix mille sauvetages grâce à un seul homme : un exploit. Mendes prit sa décision à la suite d’une discussion avec un rabbin orthodoxe, Chaim Kruger, qu’il avait logé avec sa famille pendant quelques heures. Catholique pratiquant, Mendes était un descendant de Marranes.[2]

Devant un tel acte d’insubordination, le gouvernement portugais dépêcha deux collaborateurs de haut rang pour ramener rapidement Mendes à Lisbonne et endiguer un flot de réfugiés dont il ne voulait pas. En route vers Lisbonne, arrivant à la frontière espagnole, à Hendaye, les trois hommes observèrent que les douaniers espagnols, surpris pas un tel afflux de Juifs, mettaient en question la validité des visas portugais. Mendes, malgré la présence de ses deux compagnons, se fit connaître et confirma que ces visas étaient parfaitement en ordre, et que lui-même les avait établis. Après une enquête, il fut renvoyé du ministère des Affaires étrangères. Il mourut dans le dénuement en 1954. Ce n’est qu’en 1967 que le Yad Vashem, l’organisation israélienne pour la mémoire des Martyrs et des Héros, planta vingt arbres à sa mémoire dans la forêt des Martyrs à Jérusalem. [3] Ce « juste parmi les nations» à lui seul sauva plus de Juifs que n’importe quelle autre personne.

Mendes avait compris qu’il fallait aussi rapidement que possible mettre ces Juifs bloqués à Bordeaux à l’abri de leurs oppresseurs allemands. N’aurait-il pas été possible, comme le fit Mendes, de forcer plus souvent l’entrée de ces terres de refuge pour qu’un plus grand nombre de gens soit soustrait aux persécutions les plus abjectes ?

D’autres auraient dû suivre son exemple. En 1940, il ne s’agissait pas d’un acte de résistance envers les Allemands avec toutes les conséquences tragiques qu’il pouvait entraîner, mais d’un geste humanitaire exemplaire qui ne mettait en danger qu’une carrière diplomatique. Mendes perdit sa situation, mais ne risqua pas sa vie. On estime à 50 000 le nombre de Juifs qui passèrent par l’Espagne et le Portugal, dont 25 000 en 1940 et 15 000 en 1941. Ces chiffres soulignent le rôle capital joué par Mendes.[i][4]

Par Marc-André Charguéraud

———————————————————————————–

[1] BEJSKI Moshé, The « Rightous among the Nations » and their part in the Rescue of Jews. dans Y. Gutman et E. Zuroff éditeurs, Rescue Attempts during the Holocaust, Proceedings of the Second Yad Vashem International Historical Conference, Jerusalem, 1977, p. 646.

[2] RUI Afonso, Le ” Wallenberg Portugais ” : Aristides de Sousa Mendes, Revue d’Histoire de la Shoah, Centre de Documentation Juive Contemporaine, Janvier-avril 1999, No 165, p. 9. Le terme de Marranes désigne des Juifs convertis de force au christianisme ou à l’islamisme, mais qui continuèrent à être très proches du judaïsme.

[3]LIPSCHITZ Chaim, Franco, Spain, the Jews, and the Holocaust, New York, KTVA Publishing House, 1984, p. 48 et 49

[4] BAUER Yehuda, American Jewry and the Holocaust : The American Joint Distribution Committee, 1939-1945, Detroit, Wayne University Press, 1981. p. 48.

[i]

2 COMMENTS

  1. Cet homme est mort dans le dénuement du fait de l’esprit étroit des siens. Il est respectable au plus haut niveau et mérite tous les hommages.

    Aujourd’hui, en Israël, nous avons un problème important auquel il faut trouver une réponse humaine, les immigrés d’Erythré et d’Ethiopie…..

    Ils sont un véritable défi pour notre communauté. Nous ne sommes pas un pays riche, nous devons penser à nos enfants, à nos familles, à notre sécurité, tout cela coûte très cher…. Mais nous sommes un peuple humain et refusons que ces gens là soient traités comme partie infime.

    Ne les renvoyons pas à leur malheur, créons de nouvelles lois, si c’est nécessaire, pour gérer ce défi pour le bénéfice et le bien être de tous…

    Merci à nos dirigeants qui, j’en suis certaine, trouveront les moyens de tendre la main à tous ces malheureux tout en continuant à construire notre magnifique pays.

    Il est important que nos enfants et toute notre descendance soient fiers de leur patrie !

  2. Bravo et que D… Le prenne au ( gan éden ) paradis car son rôle dans le monde il la fait et bien plus beaucoups lui doivent la vie au moins il aura transmit des valeurs à toute ses personnes qu’il a sauvé qui eux le retransmettra et c’est ainsi que và la vie grâce a un être humain homme ou femme le multiplicateur est énorme , MR Mendes bravo a vous ét que votre geste reste un symbole pour toutes les générations , merci ,merci ét merci .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.