L’Etat palestinien, maintenant.

    0
    15

    « Le droit naturel des Palestiniens à l’ auto-détermination est reconnu par la communauté internationale ».
    Il admet à ce sujet sans difficultés que les Israéliens, dans leur majorité, pensent comme la « communauté internationale . »
    Il oublie (?) cependant qu ‘une autre idée consensuelle sur le sujet est « Le droit naturel des Israéliens à vivre en
    paix dans des frontières sûres et reconnues ».
    L’ex diplomate souhaite donc que l’Etat palestinien soit créé. Maintenant. Mais il ne dit pas par qui. Fatah ? Hamas ?
    L’un et l’autre ? La tendance « dure » se soumettant aux « modérés » de l’Autorité Palestinienne ?
    Il y aurait à faire la preuve que l’ entente entre les parties est non seulement possible mais qu’ elle sera de nature,
    par la suite, à résister à l’ épreuve du pouvoir.
    Elie Barnavi n’ est pas avare de conseils et en a prodigué aux Palestiniens présents à la réunion de Doha à laquelle
    il assistait . Par exemple :  » Un Etat çà ne se donne pas, çà s’arrache. Comme Ben Gourion a su le faire. »
    Mais le plus important, peu-être, est que Elie Barnavi fait suivre ce dernier conseil de cette révélatrice :
     » Peut-être aurais-je dû m’en abstenir. Les leçons d’ histoire de l’ occupant sont mal supportées par l’ occupé  »
    Occupant, occupé : ces mots d’ un singulier israélien, singulier diplomate.

    L’ article est paru dans Marianne (6 / 15 Mars.) L’ auteur est universitaire, professeur et écrivain, mais aussi…
    ancien ambassadeur d’Israël en France.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here