Quand des Gilets jaunes collent des étoiles jaunes

10
6840

Aux clichés qui suivent, on ne devrait ajouter qu’un profond mépris et dire que cela n’émane certainement que de quelques incendiaires d’extrême-droite dont le seul but est de récupérer un “noble” mouvement nourri de belles aspirations solidaires. Cela se déroule sur l’autoroute A 6 et a été mis en ligne par le site soit-disant interdit : “Démocratie Participative” de Boris Le Lay

Cela dit, en l’absence de toute représentativité légitime, qui pourrait se porter garante pour le comportement des marges de cet agglomérat? On ne peut que souligner que ce type d’inorganisation risque de déboucher sur des dérapages en masse, par la casse ou l’appel au lynchage.  Certaines minorités sont désignées comme bouc-émissaire du manque de compréhension des causes complexes à l’origine de la “colère” (avec ou sans objet négatifs à charger). D’autres cassent les boutiques d’honnêtes commerçants “même pas”Juifs -et peut-être “Français innocents” comme disait l’impayable Raymond Barre-, mais appartenant aux classes intermédiaires et donc devant payer pour les autres…

On a aussi appris que samedi dernier, Dieudonné incitait ses disciples à “aller faire des quenelles” dans le Marais,réputé être encore un quartier Juif, bien que beaucuop d’anciens l’aient quitté….

Ce regroupement protéiforme rassemble hélas, toutes les tendances d’une société où l’antisémitisme a été le lot commun depuis plus de 18 ans, se manifestant fréquemment par l’appel au meurtre ou le meurtre tout court.

Bref, honte à ce mouvement de laisser les pires instincts s’exprimer en son nom.

Marc Brzustowski pour JForum


Pour rappel : l’expression présente sur cette affiche remonte à l’affaire négrophobe Binti, impliquant Alain Soral : 

CHAMUSSY/SIPA

CHAMUSSY/SIPA

Affaire Binti : Alain Soral condamné pour menaces à l’encontre d’une jeune femme

Poursuivi pour “injure”, “envoi réitéré de messages malveillants”, “menace d’atteinte à la vie privée” et “harcèlement” contre Binti Bangoura, une jeune femme de 34 ans rencontrée sur les réseaux sociaux deux ans plus tôt, Alain Soral a échappé à une peine de prison ferme mais pas à une condamnation. Habituellement prompt à transformer ses procès en tribune, l’idéologue anti-système a préféré ne pas faire la publicité de celui-là.

[Edit 29 novembre] Le verdict est tombé ce mardi. Malgré les six mois de prison ferme requis par la procureur, Alain Soral n’a pas été condamné à une peine d’emprisonnement. Il écope de 6 000 euros d’amende et 5 000 euros de dommages et intérêts pour “menaces d’atteinte à la vie privée” et “envoi réitéré de messages malveillants”. Cette amende peut se transformer en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas de la somme dans son intégralité. Il a été relaxé pour les autres infractions.

L’article qui suit a été publié le 21 octobre, au lendemain du procès.

 

Alain Soral est un habitué des prétoires. Condamné à six reprises depuis 2008, le polémiste qui aime à se présenter comme « judéophobe » connaît comme sa poche le chemin qui conduit à la 17ème chambre du Palais de Justice de Paris, celle qui tranche les délits de presse. A chaque nouvelle convocation, il en profite pour parader et faire son show devant une audience souvent acquise à sa cause. Rien d’étonnant : les rendez-vous de Soral devant les juges font systématiquement l’objet d’une communication sur son site Egalité & Réconciliation, très suivi par ses fans.

Pas cette fois. A la rubrique « procès en cours », aucune mention de l’audience de ce jeudi 20 octobre. Rien non plus sur la page Facebook de l’idéologue proche de Dieudonné. Pour l’auteur de Misères du désir, s’afficher dans un dossier où une femme noire l’attaque pour « injure publique » et « raciale », « envoi réitéré de messages malveillants », « menaces d’atteinte à la vie privée » et « harcèlement », ne correspond pas au plan com’ habituel. Absent à l’audience, Soral a laissé le soin à son conseil, Maître Drici, de se dépatouiller face à la plaignante d’origine franco-guinéenne de 34 ans, et son avocat, Maître Honegger.

Cette sombre histoire débute au mois de mars 2014. A l’époque, Binti Bangoura prend contact avec Alain Soral pour « qu’il poste sur sa page » Facebook un article sur l’Afrique, selon les explications que la jeune femme livre à la barre du tribunal. Son interlocuteur feint de s’y intéresser puis passe à autre chose : « Il commencé à poser des questions sur moi ». Un échange virtuel et courtois s’engage avec celui qui se comporte alors comme un « gentleman ». SMS, messages Skype, courriels,… la relation, d’abord formelle, prend un tour plus personnel, ainsi que nous l’avions déjà largement détaillé.

“Ecoute-nous bien crasseuse…”

Au cours d’un flirt 2.0 de près de quatre mois, et sur une idée originale d’Alain Soral, des photos intimes sont échangées. Une rencontre est même envisagée. Jusqu’à ce que Binti Bangoura décline la proposition, le 16 août 2014, provoquant la fureur du dragueur. Les textos d’insultes tombent aussitôt en rafale : « Tu peux aller te faire foutre » ; « Ton destin est d’être un fantasme à vieux blanc juif pervers… » ; « Les blancs prennent les blacks pour des putes (ce qu’elles sont le plus souvent) » ; « Finalement il ne te reste de sûr que les juifs et les pédés ! » ; « Les pédés comme amis pour t’écouter chialer que ton destin c’est d’être une pute à juifs… »

Le lendemain, la jeune femme reçoit un mail de Soral avec une photo d’elle en pièce jointe : « Je te renvoie cette photo, j’ai trop peur qu’elle se perde et se retrouve sur Facebook, les gens sont si méchant. » Puis un autre envoyé, cette fois, depuis une boîte mail anonyme : « Salut, notre ami vient de nous filer tes photos…pas mal… Alors écoute nous bien crasseuse et passe le message à qui tu veux : Si on entend reparler de toi : 1) Diffusion publique de tes photos et crois-nous on a du fan sur youtube et nos sites (…) Donc un conseil, oublie alain (…) et ne t’avise pas de venir sur paris quoique l’angleterre c’est pas loin. »

Isolée, Binti décide de prendre attache avec un Jo Dalton, un rappeur et ancien membre du gang des Blacks Dragons, en guerre ouverte avec Soral. Début novembre, « Jo» met en ligne sur Youtube une vidéo directement adressée à son rival titrée « C ki la négresse ? ». Dans la foulée, un selfie de l’éconduit complètement nu est publiée sur le blog du paparazzi Jean-Claude Elfassi. Les menaces redoublent. Une page facebook – « Binti machiavélique » – est créée et alimentée par des photos de la jeune femme ; des articles à charge sont publiés sur Egalité & Réconciliation ; une vidéo intégralement consacrée à cette histoire est tournée par l’homme au t-shirt « Goy »…

“Soral a beaucoup de pouvoir sur internet”

« Je me suis senti harcelée et menacée, témoigne devant le tribunal l’ex-mannequin aux longues tresses noires. Je devenais complètement paranoïaque… ma manière de vivre a changé. » Binti tombe en dépression. Elle est suivie par un médecin psychiatre. « Soral a beaucoup de pouvoir sur Internet, poursuit-elle, visiblement émue. Quand il dit quelque chose, il est suivi par plein de gens. Eux aussi ont commencé à m’insulter, cela devenait ingérable pour moi ». Son avocat évoque « une campagne de harcèlement avec un but bien précis : faire taire Mme Bangoura ».

Après avoir écouté patiemment le récit de la partie civile, Lahcène Drici, l’avocat de Soral, sert une défense toute trouvée : les SMS, messages Facebook ou mails versés au dossier n’ont pas fait l’objet d’un constat d’huissier, ils ne constitueraient donc en aucun cas des éléments de preuve. D’autant que son client « conteste tout ». Et l’avocat de convoquer Euclide : « Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve. » 

Après deux heures d’échanges, c’est au tour de la procureur de prendre la parole. Estimant que les délits d’injure doivent être abandonnés pour cause de prescription, elle requiert tout de même une peine de six mois de prison ferme à l’encontre d’Alain Soral. Le jugement est mis en délibéré au 29 novembre.

marianne.net

10 COMMENTS

  1. Le mouvement des Gilets jaunes, me fait penser au printemps Arabes en Egypte. (Pourvu que sa ne finisse pas de la même manière). D’abord mouvement populaire, rapidement récupéré par des lobbys (certains étrangers), très bien organisés. Avec de gros moyens financiers pour faire continuer a faire monter la mayonnaise. Ecarter (éliminer physiquement) certains leader qui aurait pus trouver un accord avec Moubarak.
    Je me souviens de témoignages de manifestants de la première heure qui ont laissé tombé le mouvement a l’époque, car les revendications n’avaient plus aucun rapport avec les demandes du début. Et qu’en plus elle se sentaient menacés par des manifestants très virulents qui ne parlaient même pas l’arabe égyptien.

    Prions pour que ce mouvement ne soit pas récupéré par des instances étrangères qui n’ont que faire du bien être des Français.

  2. Il y a malheureusement beaucoup de Français qui pensent cela même s’ils ne l’expriment pas ouvertement mais seulement à certaines occasions où ils ne risquent pas grand chose.
    Je les entends et je peux dire que les propos sont assez terribles. Ils pensent que les juifs sont responsables de tous les maux de la terre et s’en prendre à eux c’est moins dangereux que s’en prendre à la racaille arabe qui est nettement plus nombreuse

  3. […] Aux clichés qui suivent, on ne devrait ajouter qu’un profond mépris et dire que cela n’émane certainement que de quelques incendiaires d’extrême-droite dont le seul but est de récupérer un “noble” mouvement nourri de belles aspirations solidaires. Cela se déroule sur l’autoroute A 6 et a été mis en ligne par le site soit-disant interdit : “Démocratie Participative” de Boris Le LayLire la suite sur jforum.fr […]

  4. Pour rencontrer fréquemment des gilets jaunes, je pense qu’il ne faut pas confondre les gilets jaunes avec ceux qui profitent de la situation pour se montrer (Dieudonné et Ryssen par exemple). Avec la complicité de la presse: Paris Match montre en couverture Ryssen et prétend ensuite ne pas l’avoir reconnu alors que tout vrai journaliste sait qui il est, ce salopard. Il y a de vrais nazis qui infiltrent comme Ryssen et ses amis mais la police les connaît et n’a rien fait pour les arrêter, au contraire. Il y a aussi des justes chez les gilets jaunes.

  5. Parmi les gilets jaunes, il y a de tout, la preuve !!! encore une belle bande de neuneu qui mettent le mot “Juifs” a toutes les sauces, a mon avis, leur QI ne doit pas dépasser celui d’une moule. lamentable !!!
    Comme le disait Albert Einstein, “ce n’est que par erreur que ces gens là ont reçu un cerveau, la moelle épinière leur suffirait largement”

  6. Pourquoi parler de quelque incendiaires d’extreme droite ?????
    Je pencherai plus sur quelque incendiaires d’extrême-gauche …… ‍♀️

    • Soral par exemple, est un ancien communiste devenu Lepéniste, puis qui a fui le FN en rupture avec Marine, trop respectabilisante, pour mener son bonhomme de chemin sous Egalité et Réconciliation. Où faites-vous la différence, sinon qu’il a choisi des slogans d’extrême-gauche (égalité- réconciliation donc cohésion sociale de tous contre les “Sionistes”) et pour drainer les “minorités” de la diversité et les liguer contre les Juifs?

    • Pour répondre à la Marie : Pour moi, c’est l’atavisme français !
      Tous, de gauche, de droite, peu importe l’obédience politique, ils sont anti-juifs.
      C’est simple, clair, concis (et non pas circoncis, je vois d’ici le jeux de mots pathétique) et précis.
      C’est vraisemblablement la dernière année en France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.