Une femme publie des photos de son «  Christian Seder  », se heurte à la réaction de la communauté juive.

Les juifs du monde entier ont commencé à célébrer la Pâque samedi soir dernier, et elle est considérée comme l’une des fêtes les plus importantes du calendrier juif. Le Seder est un dîner traditionnel et commun où l’histoire de l’exode des Israélites d’Egypte où ils étaient esclaves est racontée, et la nourriture joue un rôle central dans la narration. Et tandis que de nombreuses familles juives accueillent des non-juifs pour célébrer et dîner avec eux pendant la Pâque, une nouvelle émergence de «Christian Seders», où les non-juifs réinterprètent les traditions et le symbolisme de la fête, fait que certaines personnes secouent la tête d’incrédulité, tandis que d’autres sont carrément scandalisés par l’idée.

Dimanche, Twitter s’est éclairé lorsqu’un utilisateur @clapifyoulikeme a tweeté une capture d’écran d’un « repas du Seder modifié » posté par Carly Friesen, coach de style de vie chrétienne, sur Facebook.

«Je pense que je viens de faire une panne de courant», a-t-elle tweeté, faisant un lien vers la publication Facebook, restreinte ou supprimée depuis, qui présentait des scènes du «Seder», y compris une photo d’une challah, un pain juif traditionnel, tressée en forme de de l’autre côté. (Il est interdit aux Juifs de manger du pain au levain le jour de la Pâque, ce qui reflète le fait que lorsque les Hébreux ont fui l’Égypte, ils n’ont pas eu le temps de laisser lever leur pain et de manger de la matzo pendant les vacances.)

«Aujourd’hui, nous avons célébré la Pâque à notre manière pour la première fois en famille», a posté Friesen avec les photos de son repas. «Nous avons eu un repas du Seder modifié pour commencer par une lecture de la première Pâque et en reconnaissant Jésus comme l’agneau de la Pâque finale sacrifié pour nous. J’ai tressé du pain de challah et nous avons mangé de l’agneau rôti pour le souper par la suite et avons eu du pavot au citron [sic] gâteau pour un dessert amusant. Merci à notre Sauveur d’avoir payé le sacrifice ultime pour nous! « 

« DÉFI POUR PASSOVER. DÉFI. POUR. PASSOVER. I-« , a répondu une personne au tweet, soulignant le fait que l’une des principales traditions de la fête consiste à ne pas manger de pain.

« Je veux dire, ce qui est drôle, c’est que si elle voulait juste avoir un bon dîner du dimanche des Rameaux avec une lecture de la Bible et du pain aux œufs tressé pour ressembler à une croix, ce serait bien? » a répondu un autre utilisateur.

« Les seders chrétiens sont, très malheureusement, une chose », a déclaré quelqu’un d’autre.

« Un seder est un rituel juif », a écrit l’affiche originale du tweet. « Ces gens sont chrétiens. Ils se l’approprient … »

Selon The Forward, certains considèrent Christian Seders comme un moyen de réinterpréter l’Ancien Testament, tandis que d’autres le voient comme une appropriation culturelle. Dans un Seder chrétien, l’afikomen, ou azyme moyenne cassée, qui est mangé pour le dessert, est repensé comme le pain de l’Eucharistie, symbolique du Christ. Parce que la dernière Cène de Jésus était un Seder, certains chrétiens ont commencé à célébrer la fête pour ressembler davantage au Christ.

Mais est-il acceptable de réinterpréter l’histoire d’une autre culture, en particulier celle qui inclut la souffrance, et de changer les traditions pour se l’approprier? Beaucoup de gens disent que donner au Seder un nouveau récit efface l’histoire originale, tandis que certains chrétiens y voient une autre occasion de se réunir pour un repas et d’enrichir leur propre communauté.

Ce n’est pas une découverte, le catholicisme a emprunté une grande partie du patrimoine juif et l’a détourné.

Mais ce processus a connu en 2021 de nouvelles initiatives dans ce domaine. Malheureusement n’est pas juif qui veut, cela demande une longue initiation, la pensée juive est complexe et la langue juive à savoir l’Hébreu est une langue beaucoup plus complexe que ce que l’on peut croire.

L’Hébreu est la seule langue qui intègre à la fois les mots et les chiffres avec leur propre signification. Les mots sont chiffres et les chiffres sont mots et chacun d’eux est porteur de sens. L’Hébreu est la seule langue capable de parler du Saint dans la mesure où elle intègre les mots et les chiffres dans des combinaisons entrelacées ce qui est impossible dans d’autres langues. Alors le Catholicisme peut toujours essayer de singer le Judaïsme, ses mots ne sont pas les mêmes que ceux du Judaïsme, car en l’espèce tout traduction n’est que trahison. L’hébreu reste incessible au non hébraïsant. Si l’hébreu est inaccessible, les récits en hébreu le sont encore plus, en particulier celui du Seder de Pessah. Reste aux non juifs à singer les juifs, en mangeant du pain levé à Pâques ce qui est l’interdit absolu pour cette célébration. Le monde de Twitter et de Facebook est dans la Com souvent stupide. Quelle société avons-nous fabriqué, celle d’une société à la pensée paresseuse et incroyablement prétentieuse.

11 Commentaires

  1. Pendant 20 ans, j’ai cherché le vrai Dieu. A 36 ans, j’en ai reçu la révélation par une collègue de travail qui m’a fait lire dans les Saintes Ecritures Esaie 53
    Elle était Juive. Elle même avait reçu que Yeshoua était bien le Messie, le Fils du Dieu vivant.
    Je suis donc une « Goi » de France devenu chrétienne.
    Depuis 30 ans, je marche dans les voies d’Adonai. J’ai été bénie de toutes bénédictions, dans mon corps en très bonne santé, dans mes finances – je suis à la retraite et veuve mais j’ai une très bonne rente qui me permet d’aider les autres et particulièrement Israël, le peuple du seul Dieu vivant fidèle et bon.
    Cette année en ce jour de Pâque, Il m’a fait partagé ce sentiment bizarre que vous avez en voyant les chrétiens (dont je suis) imitant le Seder de Pessah. En fait, ce n’est qu’une mode. Le peuple de Dieu Israël est unique. Son histoire est unique. Et je ne suis pas plus juive si je fête Pessah à la manière juive. Alors, Il m’a fait fêter Pâque/Pessah avec mes amis chrétiens. Nous avons mangé de l’agneau de Nouvelle Zélande avec du pain français. Nous avons bu ensemble à une coupe de bon vin français, le vin symbole de Son sang versé à la croix de Golgotha. Et avant le repas, nous avons rendu grâces et nous avons élevé notre verre, en disant : « Voici la coupe de bénédiction, voici la coupe de délivrance pour nous gens de nations et pour nos frères d’Israël Son peuple. » Une grande joie nous a saisi et nous sommes allés porter dans notre village la Bonne nouvelle qu’Il est ressuscité et qu’Il revient. Car le salut est pour tous, pour toutes les nations et pour Israël Son peuple.

    • Lisez donc « La dispute de Barcelone » de Nahmanide, édité en Français.
      Nahmanide s’y connaît infiniment mieux que votre « amie Juive » aux opinions étranges…
      Le contexte en résumé : l’Église du début de l’inquisition obligea les Juifs à désigner un Sage qui devait défendre la Thora lors de son procès (quelle effronterie !). Nahmanide était sélectionné, il exposa au péril de sa vie les arguments de la Thora ainsi que les non sens inclus dans les thèses dite Chrétiennes.
      Vous pourrez ainsi choisir le côté qui vous paraîtra le vrai.
      Mais mélanger la Thora avec la Chrétienté et la prétendre compatible, n’est qu’illusion.

      Sur Torah box ont été récemment diffusés des films d’une demi-heure chacun qui réfutent les prétendues confirmations de la Chrétienté à partir des écrits saints de la Thora (ancien testament).
      Regardez les!

      Bonne chance et bonnes recherches !

  2. Une critique á faire que je retrouve souvent et qui me choque, c’est d’écrire l’ancien testament. La Thora n’est pas ancienne c’est surtout pas le même texte .

    • Votre critique est tout à fait exacte. Ancien testament est un terme très souvent employé par les chrétiens et plus particulièrement les catholiques. Dans les assemblées protestantes, juives messianiques et autres on parle d’Ancienne Alliance qui se termine avec »Malachie »et de Nouvelle Alliance qui débute avec l’évangile de Mathieu.

    • Quand on mentionne l’Ancien Testament on parle bien du Tanakh et pas uniquement de la Torat Moshe.
      Testament est la traduction française du latin testamentum de la Vulgate, lui-même traduit du terme grec diathêkê dans la version grecque des LXX. Diathêkê signifie testament, contrat, convention et enfin alliance au sens religieux du terme. Testament est donc un terme malheureux, maladroit et même trompeur à mon sens mais que j’utilise par habitude dans ma communauté. Ani mitstaër…

  3. Les Chrétiens prétendent être le nouveau peuple élu. S’ils croient en notre Thora, ils n’ont qu’à se convertir à 100% (de leur propre bonne volonté, pas de croisades ou de Djihad chez nous).
    Mais vivre des expériences purement contradictoires avec leur foi (ou avec la nôtre) en brandissant une pseudo compatibilité interculturelle n’a pas vraiment de sens…

  4. Les chrétiens sont parfaitement libres de fêter le Séder pour tenter de se rapprocher du Rabbin Yéshua Ben Yossef s’ils le souhaitent. Espérons seulement que cela soit l’occasion pour eux d’apprendre la Torah comme le faisait leur maître et d’abandonner également les erreurs fondamentales qui obscurcissent leur religion.

  5. Votre charité vous honore mais ce que vous préférez et la réalité diffèrent. Bien que la consommation de matsa fabriquée avec le sang des enfants chrétiens soit de ‘très mauvais goût’, il reste un certain nombre d’écrits et de vidéos traitant de cette exception culinaire, laquelle est encore remise au goût du jour par les mêmes demeurés, pas seulement Chrétiens, qui n’ont aucun doute sur les crasseux anthropophages que nous sommes.
    Je salue toutefois votre optimisme, Alex.

  6. Peut être ne faut-il pas accorder de l’importance à ce qui semble relever, de la part de ces chrétiens, d’un moment de fantaisie dans leur vie religieuse.

    Et puis, comme dit l’autre, l’original vaut toujours mieux que la copie.

  7. Il est bien évident qu’entre le Seder de pessah et le Seder chrétien, je dirais plutôt inventé ou même peut-être imité de celui des Juifs, il y a une différence énorme. Je n’irai pas jusqu’à dire de Séder singé comme le souligne l’auteur de cet article dont je ne retrouve pas le nom. Toutefois, certaines communautés et familles non-juives attendent avec impatience la Pâque juive pour faire un repas qui ressemble non a une réinterprétation de l’histoire juive, car réinterprétation évoque une modification de l’histoire mais bien à une évocation de ce qui s’est passé ce fameux soir prélude de l’exode. Et bien évidemment, ce pain fermenté n’a rien de commun avec le pain azyme des Juifs. Pour les chrétiens ce pain distribué lors du « dernier » repas de Yéshoua avec ses apôtres est peut-être un pain levé, mais certaines communautés chrétiennes respectueuses de la tradition juive mangent du pain azyme et récitent le même texte que les Juifs lors de ce Séder. Bien évidemment l’hébreu récité par ces non-Juifs lors de cette fête importante n’est probablement qu’une approximation de ce qui doit être récité correctement, mais le grand mérite réside dans la pensée de ces gens qui la respectent à la lettre. De plus, le texte hébreu fait face à une traduction française la plus proche possible de la réalité. Ces récits en hébreu sont par ailleurs traduits le plus sérieusement dans d’autres langues par des organisations juives officielles bien connues et établies par le monde. Quand au catholicisme qui essaye de singer le judaïsme, je n’en crois rien puisqu’ils ont quitté dès leurs origines les racines juives pour s’en détacher sérieusement. D’autre part, certaines communautés ont parmi leurs fidèles des professeurs qui pratiquent l’hébreu et qui le dispensent à leurs élèves lors de cours pour ceux que cela intéresse.
    Domaine qui demande bien sûr de la persévérance et de la bonne volonté.

  8. Entre le Pessah que nous fêtions en consommant du matzot confectionné avec le sang d’enfants chrétiens assassinés (ainsi que disaient autrefois les chrétiens) et le plagiat bon-enfant de ces braves gens radicalement ignorants de notre religion et de nos traditions, je préfère ce qui se produit aujourd’hui par rapport à ce que fut hier. Il vaut mieux voir les goyims nous accueillir dans la joie que de les entendre nous dire « sale juif ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.