Peut-on humilier les femmes dans les synagogues consistoriales ?

4
517

Après avoir alerté les dirigeants de notre communauté et, après avoir constaté leur immobilisme pendant plus d’un an, j’avais décidé de dénoncer – par une lettre ouverte publiée le 22 septembre 2015 sur JForum ( Une femme juive dévouée traitée de Femen ) – les humiliations subies par les femmes dans certaines synagogues consistoriales dont la grande synagogue de Lyon, quai Tilsitt. J’avais également dénoncé les agissements du G.R. Richard Wertenschlag dans cette synagogue.

Sachant que, dans deux jours les insignes de la légion d’honneur seront remis à ce dernier et que, dans deux semaines aura lieu une cérémonie en l’honneur de Monsieur Nissim Malka marquant sa prise de fonction officielle en tant que rabbin de la synagogue quai Tilsitt, Lyon, j’ai adressé un courriel à Messieurs Haim Korsia, Grand Rabbin de France, Joël Mergui, président du Consistoire Central et de Paris, Alain Sebban, Président du Consistoire Israélite de la Région Rhôe-Alpes Centre, Marcel Dreyfuss, président du consistoire de Lyon, Nissim Malka, nouveau rabbin de cette synagogue (et rabbin de facto en place depuis un an), Richard Wertenschlag, G.R. régionale, leur demandant de saisir cette occasion et de profiter de leur présence à cette cérémonie afin de réparer le tort causé à l’administratrice qui a subi les humiliations du G.R. Wertenschlag :

  1. en donnant la parole à cette femme administratrice de Lyon dans le cadre de cette cérémonie qui se tient précisément dans le lieu de l’humiliation ;
  1. en exprimant clairement – dans leurs discours – leurs positions respectives sur la question posée dans ma lettre ouverte :

OUI ou NON, la parole des femmes dans les synagogues consistoriales sera-t-elle encore interdite, directement ou indirectement ? 

  1. en invitant le G.R. Richard Wertenschlag à mettre en pratique les commandements de la Torah, les hilkhot teshuvah (lois relatives au repentir) qu’il a sans aucun doute enseigné lui-même, précisément à cette période de l’année juive et selon lesquelles l’humiliant a l’obligation présenter ses excuses à l’humilié-e.

Par leur silence assourdissant, les dirigeants interpellés au sujet de ce problème général que l’on rencontre dans de nombreuses synagogues consistoriales et l’affaire de Lyon en particulier CAUTIONNENT les agissements du rabbin Wertenschlag et ceux de ses collègues dont le comportement est similaire.

Ils encouragent ainsi l’humiliation des femmes par les rabbins en/de France. Ceux-ci étant assurés de jouir d’une impunité totale, voire de bénéficier de la « protection » de l’establishment.

Voulons-nous de tels rabbins ?

Voulons-nous transmettre à nos enfants un judaïsme ségrégationniste à l’image de tels rabbins ?

Par Liliane Vana

Spécialiste en droit hébraïque, Talmudiste, Philologue

Contact : divorce.juif.france@hotmail.fr

4 COMMENTS

  1. Oui, il y a vraiment de quoi s’inquiéter….
    Richard Wertenschlag et tous les rabbins qui le cautionnent en se taisant sont de méprisables exemples pour le peuple juif.
    Et bravo à Liliane Vana !

  2. Bravo à Liliane Vana pour son courage et ses prises de positions , je suis écœurée par l’attitude des instances consistoriales . j’espère qu’elle ne lâchera pas !!!!! quand nos rabbins commencent à agir et à réagir comme des imams et à faire preuve de la même misogynie et du même obscurantisme je m’inquiète !!!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.