Mort du Franco-Israélien Jean Frydman, résistant et cofondateur d’Europe 1.

L‘homme d’affaires est mort dans la nuit de samedi à dimanche à l’âge de 95 ans à Savyon, près de Tel-Aviv.

Jean Frydman, le 11 mai 1991 en Israël. L’homme d’affaires franco-israélien, ancien résistant et cofondateur d’Europe 1, est mort dans la nuit de samedi à dimanche. (Esaias Baitel/Gamma-Rapho via Getty Images)

L’homme d’affaires franco-israélien Jean Frydman, ancien résistant et protagoniste d’une affaire retentissante l’opposant à L’Oréal dans les années 80 et 90, est décédé en Israël à l’âge de 95 ans, a-t-on appris ce dimanche de sources concordantes. Jean Frydman, qui était aussi l’un des organisateurs de la manifestation pour la paix de Tel-Aviv à l’issue de laquelle le Premier ministre Yitzhak Rabin avait été assassiné en 1995, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à son domicile de Savyon (centre), a annoncé à l’AFP Michael Bar-Zohar, écrivain et ancien député travailliste.

«Grand homme de communication et de médias»

«C’était un ami très cher. Il a eu une place incroyable dans l’histoire de France et dans celle d’Israël. Il avait une connexion profonde avec Israël et était un grand patriote israélien car il avait la double nationalité», a ajouté M. Bar-Zohar, qui connaissait Jean Frydman depuis des années. Une porte-parole de la famille en France a confirmé ce décès et souligné que Jean Frydman vivait en Israël depuis quarante ans. «Engagé en résistance en 1940 à l’âge de 15 ans, [] grand homme de communication et de médias, il a notamment fondé la régie publicitaire Mediavision et cofondé Europe 1», a expliqué cette porte-parole dans un communiqué.

Jean Frydman était aussi l’un des protagonistes d’une affaire qui avait fait grand bruit au tournant des années 90, et qui l’opposait au géant des cosmétiques L’Oréal. L’affaire avait débuté avec le boycott par les pays arabes en 1988 des produits de L’Oréal, qui était sur le point de racheter Helena Rubinstein. Jean Frydman avait alors été évincé de son poste d’administrateur de Paravision, une filiale de L’Oréal spécialisée dans l’audiovisuel, et il avait estimé que, parce qu’il était juif, cette démission constituait un gage inadmissible donné aux pays arabes. Cette affaire avait donné lieu à de multiples rebondissements judiciaires avant que Jean Frydman et le dirigeant historique de L’Oréal François Dalle (décédé en 2005) se désistent de leurs plaintes réciproques.

https://media.sudouest.fr/1641750/1000x500/capture-de-cran-2021-03-14-a-14-02-45.png

Jean Frydman, né le  à Varsovie en Pologne et mort le , est un résistant, déporté, survivant de la Shoah, homme d’affaires et homme de communication franco-israélien.

Jean Frydman, naît le  à Varsovie en Pologne de parents d’origine juive polonaise, Jean Frydman grandit dans le quartier de Belleville où sa famille tient une petite fabrique de lingerie féminine.

En 1940, Jean Frydman rallie la France libre. Apprenant en 1942 qu’une grande rafle se préparait, il regagne la capitale pour demander à ses parents de se mettre à l’abri. Arrêté en 1944, emprisonné à Fresnes, sa dernière adresse est au 4 rue Martel dans le 10e arrondissement de Paris, il est condamné à mort. Il attend chaque jour la mort mais échappe au peloton d’exécution grâce à l’intervention inattendue d’Aloïs Brunner. Transféré au camp de Drancy, il est évacué vers Buchenwald dans le dernier convoi à destination des camps de la mort, le convoi No. 79, en date du 17 août 1944 (où il fait la connaissance de Marcel Dassault), mais réussit à s’évader du train.

Il est impliqué dans l’organisation de l’assassinat de Philippe Henriot.

L’homme de communication

Jean Frydman fréquente le Saint-Germain-des-Prés des existentialistes de l’après-guerre.

Il commence son aventure dans le monde naissant de l’audiovisuel par un stage dans une petite station de télévision au Canada. Ensuite, il participe à la création de la première télévision privée francophone au Maroc.

De retour en France, il est le cofondateur de la station Europe 1, devenant l’un de ses premiers dirigeants, entre 1957 et 1962. Il crée l’émission Salut les copains.

En 1969, Jean Frydman prend la direction de Télé Monte-Carlo et, dans le but d’alimenter la grille de la chaîne, devient propriétaire d’un important catalogue de films. Mais son plus grand projet, la création d’une nouvelle chaîne de télévision commerciale, « Canal 10 », n’arrive pas à aboutir. Il prend ensuite la direction de l’agence de publicité Régie n°1. Il s’impose comme le « jardinier secret du paysage audiovisuel français ».

Il produit deux films documentaires concernant la Seconde Guerre mondiale : Le Chagrin et la Pitié de Marcel Ophüls (1969) et De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif (1989).

L’homme d’affaires

Actionnaire évincé du conseil d’administration de Paravision, filiale audiovisuelle de L’Oréal, Jean Frydman révèle le passé d’André Bettencourt et celui de plusieurs autres dirigeants de L’Oréal sous l’Occupation, contraignant André Bettencourt à se retirer des affaires en 1995, officiellement pour raison d’âge, et à exprimer ses regrets pour ce qu’il qualifie d’« erreur de jeunesse ».

L’homme de paix

Jean Frydman, le franco-israélien, met son expérience au service des responsables politiques israéliens soucieux d’une paix de compromis. Il conseille Yitzhak Rabin et Ehoud Barak. Il joue un rôle dans l’organisation de la manifestation du , au cours de laquelle Yitzhak Rabin est assassiné.

Distinctionman

Le , Jean Frydman est nommé chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur par le président de la République française François Hollande.

Télévision

En 2014, dans la mini-série Résistance, c’est Tom Hudson qui joue le rôle de Jean Frydman.

DSK et Anne Sinclair

Quelques heures après sa libération sur parole, c’est avec eux que Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sont allés déguster des pâtes aux truffes au Scalinatella, l’un des plus chics restaurants de New York, situé dans l’Upper East Side. Jean et Danielle Frydman sont des amis de longue date. Ils sont très proches de l’ancienne journaliste vedette de TF1. Elle s’était réfugiée chez eux, à Neuilly (Hauts-de-Seine), le 14 mai, en apprenant l’arrestation de son époux à New York.

Affaire DSK: La communauté noire de New York exige un procès pour  Natifassou Diallo

Le couple Frydman se serait ensuite installé dans un hôtel non loin de TriBeca pour soutenir le couple et, surtout, Anne, la petite fille du marchand d’art Paul Rosenberg. Car Jean Frydman, âgé à l’époque de 85 ans, est d’abord un proche du grand-père d’Anne Sinclair. On l’a d’ailleurs aperçu  arrivant au 153, Franklin Street avec Marion Rosenberg, une cousine d’Anne Sinclair.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.