L’officier supérieur américain sonde Israël, les Saoudiens et les Emiratis sur la lutte contre l’agression iranienne

Au cours de la visite de deux jours du président des chefs des Etats-Majors conjoints américains, le général Mark Milley en Israël, il s’est entretenu à deux reprises avec le premier ministre Binyamin Netanyahu, a rencontré le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d’Etat-Major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kohavi, pour discuter de «l’évolution de la situation opérationnelle dans les pays du Moyen-Orient » et a eu des entretiens avec d’autres hauts responsables de l’armée et de la sécurité israélienne.

Leur programme était surchargé par les menaces émanant de l’Iran, tout comme les entretiens du général Milley lors des voyages qu’il a effectués plus tôt en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Le général était-il en mission de sondage de propositions pour une éventuelle action américaine et / ou alliée contre les installations nucléaires iraniennes, au cas où Donald Trump déciderait de lancer ce dernier avant de quitter la Maison Blanche le 20 janvier?

Téhéran semble croire que ce scénario est possible et se prépare au pire – à la fois en creusant et en enfouissant les installations les plus sensibles de son programme nucléaire, et en accélérant l’accumulation d’uranium enrichi.

De nouveaux travaux de construction ont été révélés cette semaine par des images satellites dans le coin nord-ouest du site nucléaire souterrain sensible de Fordow en Iran. Il a été conçu «pour éviter les attaques militaires américaines ou israéliennes», a déclaré un responsable iranien sans révéler son objectif.

L’Iran a déclaré en septembre qu’il avait commencé à augmenter l’enrichissement d’uranium à Fordow comme l’une des cinq mesures prises pour se débarrasser de ses obligations au titre de l’accord nucléaire de 2015, en réponse à la décision de Donald Trump en 2018 de retirer les États-Unis de l’accord. Téhéran a également stocké plus de 2,4 tonnes d’uranium enrichi, 12 fois le plafond fixé par l’accord, et a commencé à utiliser des centrifugeuses avancées pour un enrichissement accéléré dans sa nouvelle usine souterraine de Natanz, où l’accord indique qu’il ne peut utiliser que les machines IR-1 de première génération.

L’usine de centrifugation de Natanz, depuis coulée sous terre, était l’un des cinq sites nucléaires et militaires sabotés par des mains inconnues l’été dernier.

L’Iran maintient qu’il est en droit de se débarrasser de ses obligations en vertu de l’accord pour freiner son programme nucléaire, signé avec six pays du monde, puisque les États-Unis ont opté pour le non-respect et que les signataires européens, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, n’ont pas été à la hauteur de leurs engagements pour compenser les besoins de l’Iran par un commerce préférentiel. Mercredi dernier, les représentants des cinq signataires restants ont exhorté que le cours des choses puisse s’en tenir aux termes de l’accord et à ouvrir la voie à la diplomatie avec la future présidence de Biden.

D’innombrables obstacles s’opposent à cette voie. Rafael Grossi, chef de la surveillance nucléaire de l’ONU (AIEA), a déclaré vendredi, qu’il y avait trop de violations iraniennes pour que l’accord nucléaire de 2015 se rétablisse purement et simplement : «Il y a plus de matières (nucléaires),… il y a plus d’activité, il y a plus de centrifugeuses et d’autres sont annoncées. Alors que se passe-t-il avec tout ça? C’est à eux de décider au niveau politique », a déclaré Grossi. Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait qu’il devrait y avoir un «accord dans l’accord», il a répondu: «Oh oui, oh oui. Indubitablement. »

L’Allemagne et le Royaume-Uni appellent à un accord de suivi, tandis que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d’autres pays du Golfe veulent élargir ses conditions pour couvrir le programme de missiles de l’Iran, y compris les projectiles conçus pour livrer des armes nucléaires, ainsi que l’agression de déstabilisation de la République islamique, souvent via des milices supplétives. On s’attend à ce qu’Israël, qui partage leurs préoccupations, adopte une position similaire, soutenue par l’immense puissance de son système antimissile à plusieurs niveaux.

Mardi dernier, Israël, en collaboration avec la direction américaine des missiles, a effectué ses premiers tests sur la capacité de ce système à communiquer pour l’interception simultanée d’un mélange de menaces entrantes, notamment des roquettes, des drones, des missiles balistiques et de croisière. Arrow ou Hetz, La flèche à longue portée d’Israël, la fronde de David d’altitude intermédiaire et le dôme de fer à courte portée, qui sont devenus des missiles de croisière, ont tous réussi face aux défis qui leur étaient imposés.

Téhéran rejetant catégoriquement toute stipulation de retour à la table des négociations, certains sénateurs démocrates font pression sur Biden pour qu’il revienne inconditionnellement à l’ancien accord, affirmant que les conditions préalables ne mèneront qu’à une impasse.

Washington en transition est entraîné dans des directions opposées par de multiples acteurs, dans une atmosphère déjà chargée de tensions, face aux menaces de l’Iran de venger le meurtre de son principal scientifique nucléaire. Ces acteurs ont l’intention de deviner ce qui attend l’un des deux présidents américains – le belliciste Trump sur son départ et l’arrivée de Biden, -dont les  conditions sont toujours inconnues.

Top US soldier sounds out Israel, Saudis & Emiratis on countering Iranian aggression

1 COMMENTAIRE

  1. programme trop chargé pour simplement rappeler ces funestes barbus a la raison

    repas de midi pour abréger : Champignons a la Juive, servis en entrée

    il n’ y a que ça qui calmera leur fringale d’ emmerdes depuis des décennies

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.