Une 6ème explosion en Iran dans une usine de Téhéran fait deux morts – rapport

Conséquences d'une explosion dans l'usine de Sepahan Boresh près de Téhéran, 7 juillet 2020 (crédit photo: AGENCE FARS NEWS / MAHDI KHANLARI)
Conséquences d’une explosion dans l’usine de Sepahan Boresh près de Téhéran, le 7 juillet 2020 (crédit photo: FARS NEWS AGENCY / MAHDI KHANLARI)

Une “usine de découpe” dans le sud de Téhéran a été secouée mardi matin par une explosion, rapporte le site d’information saoudien Al Arabiayah sur les réseaux sociaux iraniens. Deux personnes ont été tuées et trois blessées. Les sources ont suggéré qu’elle avait été causée par l’explosion de réservoirs d’oxygène dans l’usine Sepahan Barish à Bagershahr et qu’elle aurait endommagé le bâtiment Saipa Press. Il n’y a eu aucun commentaire des autorités iraniennes. Il s’agissait du sixième événement majeur qui a frappé l’Iran ces dernières semaines, certains ayant gravement endommagé des sites et des installations sensibles. Le gouverneur du district de Kahrizak a déclaré que l’explosion avait été causée par “une négligence dans le remplissage des réservoirs d’oxygène“, Saipa est la deuxième plus grande usine de production automobile d’Iran.

Another explosion in Iran at a factory in Tehran kills two – report

Explosion signalée dans une usine près du site d’archives nucléaires iranien

Une grande explosion aurait été entendue dans les quartiers au sud de Téhéran et dans la région de Kahrizak.

Explosion près de Téhéran, 26 juin 2020 (crédit photo: SCREENSHOT FARS NEWS AGENCY)
Explosion près de Téhéran, 26 juin 2020
(crédit photo: SCREENSHOT FARS NEWS AGENCY)

Au moins deux personnes ont été tuées et trois autres blessées dans une grande explosion dans l’usine de Sepahan Boresh dans la ville de Baqershahr près de Téhéran lundi soir, selon des informations iraniennes et étrangères.

L’explosion a été causée par “une négligence dans le remplissage des réservoirs d’oxygène”, a déclaré mardi à Radio Free Europe / Radio Liberty le gouverneur du district de Kahrizak. Les murs de la société Saipa Press, situés à côté de l’usine, ont également été endommagés par l’explosion.

Une importante explosion aurait été entendue par des habitants de régions au sud de Téhéran et dans la région de Kahrizak.

Le lieu de l’explosion n’est pas loin de l’entrepôt où les archives nucléaires de l’Iran ont été découvertes et exfiltrées par Israël en 2018. La Saipa Press Company est située à environ 11 km au nord-est de la zone où les archives nucléaires ont été trouvées, dans la zone commerciale de Shurabad. Un entrepôt où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé que l’équipement et les matières nucléaires étaient stockés est également situé à proximité, dans la région de Turouzabad. L’Agence internationale de l’énergie atomique a trouvé des traces d’uranium dans l’entrepôt en 2019 et a commencé à enquêter sur son origine, selon Reuters.

Le blog du renseignement IntelliTimes a rapporté que l’usine de Sepahan Boresh appartient au constructeur automobile iranien SAIPA. Il coopère avec le ministère iranien de la Défense; le Corps des gardiens de la révolution iraniens est également impliqué dans l’entreprise.

Il s’agit de la troisième explosion signalée dans la région de Téhéran au cours des deux dernières semaines et la plus récente d’une série d’explosions et d’incendies signalés dans des zones industrielles et des infrastructures à travers l’Iran .
Le 26 juin, une explosion a été signalée dans une installation de stockage de gaz près de Téhéran. Les médias iraniens ont rapporté que l’incident s’était produit dans une “zone publique” à Parchin et non sur un site militaire situé à proximité. Les services de sécurité occidentaux pensent que Téhéran a effectué des tests concernant les explosions de bombes nucléaires à Parchin il y a plus d’une décennie; L’Iran le nie.

Quelques jours plus tard, le 30 juin, une autre explosion s’est produite dans un établissement médical à Téhéran, tuant 19 personnes. Certains reportages initiaux ont également attribué l’explosion aux réservoirs d’oxygène.

Samedi, un incendie s’est déclaré dans la centrale électrique de Shahid Medhaj Zargan, dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, et une fuite de chlore a envoyé des dizaines d’employés aux urgences d’une usine pétrochimique de la même région samedi, selon les médias iraniens. 

L’incendie de la centrale a éclaté après l’explosion d’un transformateur, selon l’agence de presse semi-officielle Fars. Un porte-parole de l’industrie électrique iranienne a déclaré plus tard aux médias iraniens que la “connexion” de l’un des transformateurs avait provoqué l’incendie, et non une explosion.

Environ une heure après l’incendie de la centrale électrique, 70 personnes ont été blessées par une fuite de chlore gazeux à la Karun Petrochemical Company, située au sud d’Ahvaz, selon l’agence de presse iranienne IRNA. La fuite s’est produite après la rupture d’un tuyau d’un réservoir. La cause de la rupture est à l’étude, selon un responsable local.

L’explosion au site nucléaire de Natanz s’annonce pire pour l’Iran en pleine crise interne

Pour l’Iran, cet embarras est aggravé par un crescendo croissant d’articles qui mettent, non seulement, en évidence la destruction qui a frappé le site, mais indiquent également qui l’a fait.

Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei (crédit photo: KHAMENEI.IR)
Le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei (crédit photo: KHAMENEI.IR)

Les preuves s’accumulent pour le leadership de l’Iran: une mystérieuse explosion dans un entrepôt de son installation nucléaire sensible et avancée de Natanz a causé des dommages profonds et durables qui ont fait reculer son travail nucléaire. Pour l’Iran, cet embarras est aggravé par une montée croissant crescendo d’articles qui mettent non seulement en évidence la destruction sur le site, mais indiquent également qui l’a fait. Les médias d’Al-Jarida au Koweït avaient d’abord allégué qu’il s’agissait d’une cyberattaque ; maintenant, le New York Times a déclaré qu’Israël en était responsable.

L’Iran avait déjà commencé à détourner l’attention en alléguant qu’il s’agissait d’un «accident», car il a d’abord affirmé que l’explosion mystérieuse avait eu le 2 juillet, avant d’admettre à demi-mots qu’il s’agissait incident plus grave.

Téhéran a dû peser les conséquences d’avoir trompé les inspecteurs et responsables internationaux de l’énergie atomique. Après tout, si l’Iran l’a présenté comme un accident et a ensuite déclaré qu’il avait été attaqué, cela pourrait démontrer qu’il est incompétent, en matière de sécurité et de diagnostic. Ayant abattu “par erreur” un avion de ligne civil en janvier, voilà déjà à quoi ressemble le régime.

L’article du New York Times allègue qu’une bombe puissante a été à l’origine de l’attaque. L’explosion a endommagé un domaine lié aux centrifugeuses avancées. L’Iran a déclaré au cours de la dernière année qu’il augmentait le nombre de centrifugeuses IR-6 à Natanz. L’année dernière, il y aurait eu environ 60 centrifugeuses avancées IR-6 utilisées par l’Iran, et du gaz hexafluorique d’uranium était injecté dans certaines d’entre elles. Le site d’actualités iranien Tasnim a montré un camion contenant une bouteille de gaz sortant de l’usine d’enrichissement de Natanz l’année dernière. Aujourd’hui, une installation centrale de la chaîne d’approvisionnement et le développement de ces travaux avancés ont été gravement endommagés ou détruits, indiquent les rapports.

Pour l’instant, l’Iran est préoccupé par l’embarras lié à l’incident de Natanz. ISNA, Fars News, Tasnim et d’autres médias iraniens gérés par l’État ou liés à l’État ne pointent aucune nation du doigt ou ne discutent pas de l’ampleur de l’incident. Le message de l’Iran est resté que l’explosion était un accident et qu’il enquêterait, déterminerait si elle était intentionnelle et ensuite évaluerait sa réponse.

Les pays voisins retiennent leur souffle. Les médias du Koweït ont cessé de couvrir l’incident; Les médias du Golfe attendent également de voir ce qui pourrait arriver. L’Iran se trouve au milieu d’une série de crises politiques. Le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif était au Parlement ce week-end où il a été insulté et chahuté. Il a été qualifié de «menteur» par les principaux médias et officiels.

Zarif projette toujours un air de joyeuse arrogance à l’étranger où il se sent le plus à l’aise et est souvent adoré par les diplomates occidentaux. Mais à domicile, Zarif ne peut pas toujours jeter de la poudre aux yeux de tout le monde et il a été fustigé. En outre, le président du parlement Mohammed Bagher Qalibaf semble jouer un rôle croissant dans la politique étrangère. Il s’est entretenu récemment avec des factions palestiniennes, exhortant à la haine d’Israël. L’Iran a également déclenché le mécanisme de règlement des différends sur le nucléaire – étrangement un jour seulement après l’incident de Natanz.

Pour comprendre la réaction de l’Iran à “l’incident” de Natanz, nous devons donc comprendre qu’il y a un chaos politique interne bouillonnant sous la surface de la République islamique. Il y a une incertitude économique. Il y a une variété d’autres problèmes là-bas, et la volonté liée au programme nucléaire d’ajouter des centrifugeuses et du gaz – et tout cela – n’est qu’une pièce du puzzle.

Le CGR iranien est impatient de se battre. Il a perdu son principal responsable, le chef de la Force Quds, Qasem Soleimani, lors d’une frappe aérienne américaine en janvier. Son nouveau commandant, Esmail Ghaani, est un expert de l’Afghanistan, mais pas d’Israël et du monde arabe. Pourtant, il était en Syrie en juin pour superviser le plan de manœuvre  régional de l’Iran. Mais l’Iran sait que son allié en Syrie subit une catastrophe économique à cause des sanctions américaines, et son allié du Hezbollah au Liban est également confronté au chaos économique à Beyrouth.

La seule véritable victoire de l’Iran se joue sur la scène mondiale où la Russie et la Chine veulent l’aider à mettre fin à l’embargo sur les armes. Téhéran aimerait que cela se produise afin qu’il puisse continuer à acheminer des armes à des groupes comme les Houthis au Yémen. Même dans ce dossier, l’Iran a subi l’interception de deux expéditions d’armes par la marine américaine au cours de l’année dernière.

Natanz est important, et l’attention croissante portée aux dommages subis et aux accusations évoquant qui l’a fait va agacer le CGRI iranien ainsi que faire monter les enchères quant aux exigences de réplique. Mais l’Iran devra choisir avec soin ses prochaines actions – dans une région qui est un baril de poudre et où il essaie d’ouvrir des voies diplomatiques.

7 Commentaires

  1. Oh!…. une négligence…. comme c’est triste. Triste pour les négligents qui seront certainement pendus à moins que ce ne soient les morts dus à l’explosion.

  2. C’est le peuple iranien qui détient les clés du dénouement d’une crise qui couve depuis des années et qui devra forcément trouver une issue.

    Le peuple iranien se laissera-t-il entraîner par les ayatollahs dans une guerre ? C’est toute la question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.