Emmanuel Macron « s’entoure de tocards » : les proches du président balancent.

Dans leur nouveau livre-enquête Le traître et le néant (Fayard), Gérard Davet et Fabrice Lhomme tirent le portrait d’Emmanuel Macron et de son ascension à l’Élysée. D’après les auteurs, le chef de l’État s’entoure de collaborateurs « qui ne lui feront pas de l’ombre », ont-ils affirmé sur le plateau de Quotidien, ce mardi 12 octobre.

C’est un nouveau brûlot que s’apprêtent à sortir Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Déjà auteur de Sarko m’a tuer (2011) et d’Un président ne devrait pas dire ça (2016), les deux journalistes d’investigation assurent actuellement la promotion de leur ouvrage Le traître et le néant (Fayard), un livre consacré à l’ascension d’Emmanuel Macron à l’Élysée. Pour les besoins de leur enquête, les reporters du Monde ont sondé plus de 100 sources, afin de nourrir leurs pages d’anecdotes et de confessions. Parmi leurs conclusions, il semblerait que le président s’entoure sciemment « de tocards », par peur de se faire trahir à son tour, ont-ils révélé sur le plateau de Quotidien, ce mardi 12 octobre.

D’après les deux auteurs, Emmanuel Macron prendrait soin de s’entourer de collaborateurs qui ne vont pas « lui faire de l’ombre ». « C’est ce que nous ont dit beaucoup de ses proches et aussi de ses adversaires« , a révélé Fabrice Lhomme, qui évoque un pouvoir « très personnel et personnalisé » de l’hôte de l’Élysée. Le journaliste du Monde cite en exemple ses deux Premiers ministres : Édouard Philippe, « plutôt inconnu des Français » (qui finira par devenir plus populaire que son président), puis son successeur, Jean Castex, dont l’accent chantant du Sud a été raillé à son entrée à Matignon. « Quand on a trahi quelqu’un, on a peur d’être trahi soi-même », a résumé Fabrice Lhomme sur le plateau de Yann Barthès, en référence à la relation déçue entre François Hollande et son ancien ministre de l’Économie.

 

Emmanuel Macron, sa femme Brigitte Macron et l’ancien président de la République François Hollande, à l’Élysée, le 30 septembre 2019.

« Emmanuel Macron m’a trahi avec méthode »

Fidèle de François Hollande, Emmanuel Macron avait 36 ans quand l’ex-président l’a propulsé à la tête de Bercy. Le jeune énarque, ancien banquier de Rotschild, s’est émancipé de son mentor, tout en dissimulant ses intentions présidentielles. Quand son ex-secrétaire général adjoint à l’Élysée a créé son mouvement En marche !, François Hollande n’avait pas « imaginé » que son futur successeur « puisse préparer une candidature », avait assuré le principal intéressé dans son ouvrage Les leçons du pouvoir (Stock), en 2018. Pour la première fois de la Ve République, un président sortant ne s’est pas présenté à sa propre réélection. « Emmanuel Macron m’a trahi avec méthode », aurait glissé François Hollande à certains proches, d’après des propos rapportés par Le Monde.

« Il visait tout le monde » : le recadrage sévère d’Emmanuel Macron en plein conseil des ministres.

Emmanuel Macron a pris la parole pour recadrer les membres de son gouvernement, lors du Conseil des ministres. BFM TV rapporte que le chef de l’État a dénoncé le « narcissisme » de certains.

Emmanuel Macron n’a pas sa langue dans la poche. La preuve, lors du dernier Conseil des ministres. Le chef de l’État n’a pas hésité à prendre la parole pour réprimander des membres de son gouvernement, comme le rapporte BFM TV dans un article paru mercredi 13 octobre. Certaines actions politiques n’ont vraisemblablement pas plu à Emmanuel Macron, qui a tenu à le faire savoir. « Si vous êtes à cette table, c’est parce que les Français ont cru au dépassement politique et au rassemblement », aurait déclaré le président. « Les chapelles, le narcissisme des petites différences, sont inutiles et funestes s’agissant des membres du gouvernement. »

Mais à qui était adressée cette remarque, lourde de sens ? Il visait « tout le monde », a assuré un ministre à BFMTV. Reste à savoir qui s’est senti concerné par cette pique lancée en Conseil des ministres.

Un nouveau parti pour Edouard Philippe

Il faut dire que du côté de l’échiquier politique français, les rebondissements sont nombreux. A l’approche de l’élection présidentielle, les enjeux sont grands, alors ils sont nombreux à vouloir sortir leur épingle du jeu. Notamment, l’ancien Premier ministre d’Emmanuel MacronEdouard Philippe, qui a annoncé la création de son nouveau parti : Horizons. Pourtant, Edouard Philippe l’assure, il soutiendra le Président s’il se lance dans la course, comme il l’avait déclaré dans Sept à Huit sur TF1, en septembre dernier. « Emmanuel Macron est fait d’un métal dont je ne vois pas beaucoup la trace dans tous ceux qui sont aujourd’hui candidats à l’élection présidentielle », plaidait le maire du Havre.

Closer

 

 

4 Commentaires

  1. La France n’est qu’un pays de pervers et corrompus, ratés, jaloux des Juifs et haineux, gouverné par la force et la fraude. Des politicaillons n’hésitent pas à voler le bien d’autrui, et les magistrats, coûteux au contribuable, ont couvert durant des décennies, la criminalité et les comptes en Suisse de la médicaillerie.

    La majorité de la population n’attend rien de l’État, ce piège de la multitude, même-pas la sécurité, ni le Droit de Vivre, ni les prétendus services publics, réservés aux copains des copains, ni l’instruction, ni la formation, et encore moins la santé, comme l’ont montré les milliers de morts non nécessaires de la crise sanitaire. Les lois fondamentales dans ce pays sont chacun pour soi et Dieu pour tous, et voles et arnaques qui tu peux.

    Comme les gens n’attendent rien de l’État, ils ne voient aucun intérêt à se déplacer pour voter et il y a eu 27 millions d’abstentions pour la dernière présidentielle.

    Le collectivisme n’est qu’un piège à cons pour mieux se faire croquer. Il est donc inefficace. Ainsi la majorité des votants vote à droite, pour les libertés et l’individualisme. Dans l’hypothèse où Macron se présente et est au second tour face à Zemmour, il y aura un affrontement entre mondialistes soutenus par l’électorat musulman, et nationalistes, souverainistes, opposés aux migrations actuelles. Je vois mal des électeurs souverainistes du RN ou LR, voter pour le mondialisme et le métissage, donc la majorité de la droite votera Zemmour au second tour et il gagnera l’élection.

    Mais, on ignore ce que les macronistes ont prévu comme contre-attaque. Philippe vient des LR et se situe plus à droite que Macron. Dans l’hypothèse d’un second tour Zemmour-Philippe, le journaliste ne ferait plus le plein des voix de droite, dont certaines iraient à Philippe qui en cumulant avec les voix de gauche peut gagner.

    Dans tous les cas, et quel que soit le vainqueur de la Présidentielle, la France est irrécupérable et s’effondrera économiquement. La meilleure solution pour les Juifs est de partir vers des pays en fort développement. Vos valises sont-elles prêtes?

    • Bonjour Asher,

      Il est sûr que la France est en train de s’effondrer sur un plan moral, social, économique mais je ne pense pas que les Juifs trouveront prospérité et sécurité ailleurs car le monde est à l’image de la France, une Babylone.

      Le véritable Alya n’est-ce pas un retour vers Dieu finalement? N’est-ce pas en Lui qu’on peut trouver la sécurité dans ces temps troublés?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.