Ils ont défendu le ciel de l’Etat d’Israël et opéré à proximité d’un radar géant, connu sous le nom de « Chipser » et de « Grille-pain », pour insister sur le fait que la morbidité n’est normale en aucun cas. L’enquête «7 jours » de Yedioth Ahronoth .

Un groupe de soldats qui ont servi sur le Dôme de fer et ont contracté le cancer vers la fin du service militaire ou peu de temps après leur libération des FDI affirment maintenant qu’il existe un lien entre le service des batteries et leur état de santé. Tsahal, en revanche, présente d’autres données et recherches qui lui sont propres, et insiste sur le fait que les données ne sont pas exceptionnelles. L’enquête «7 jours », qui sera publiée en intégralité demain dans Yedioth Ahronoth, raconte les histoires d’une dizaine de ces soldats. Certains d’entre eux sont à différents stades de poursuites contre le ministère de la Défense. D’autres affirment qu’ils sont trop faibles pour gérer le problème.

« Le Chipser » ou « Le Grille-pain ». C’est ce que les gars de Ran Mazur ont appelé l’énorme radar de l’Iron Dome. Environ un an après sa libération, Ran a été diagnostiqué avec une tumeur maligne. Cancer des os. J’ai dû « pleurnicher » », dit-il.

Un orthopédiste militaire l’a envoyé pour une IRM, mais un tel test de cartographie osseuse qu’il subirait plus tard et dans lequel la tumeur serait découverte n’a pas été approuvé. Ce n’est qu’après sa libération de l’armée, lorsqu’il a dû interrompre un voyage à l’étranger en raison de douleurs, qu’il s’est rendu chez un orthopédiste en oncologie – et a été envoyé pour une opération complexe pour enlever la tumeur.

Pourquoi pensez-vous qu’il existe un lien entre le cancer et le service dans la batterie Iron Dome ?

« Le nombre de personnes qui ont un cancer et qui ont servi dans le Dôme de fer doit être testé. Tous les généraux veulent s’attribuer le mérite du succès du Dôme de fer, mais qu’en est-il de prendre la responsabilité des soldats ? Qui prend nous prend en considération ?

Jonathan Haimovich, aujourd’hui âgé de 31 ans, est arrivé au dôme après près de deux ans de service dans le système de défense aérienne. « Lorsque vous êtes près d’un radar, vous sentez littéralement votre corps bouillir de l’intérieur », dit-il. Vous sentez la chaleur venir par vagues. « 

À 22 ans, la tumeur a été découverte. « Une balle dans le cou de la taille d’une balle de ping-pong qui reposait sur l’artère principale et qui a en fait arrêté mon flux sanguin. J’ai subi une chimiothérapie et une radiothérapie. »

Nous n’avons jamais été protégés par des équipements à rayonnement », explique Shir Tahar. Dix mois après la libération, la douleur est apparue. « C’était dans le bas de mon dos et mes jambes », dit-elle, « on m’a diagnostiqué une leucémie. Un de mes amis, feu Avraham Ben-Zaken, qui faisait partie du système de défense aérienne à l’époque, est venu me voir à l’hôpital. Et m’a dit qu’il était également malade. Il m’a dit qu’il connaissait d’autres personnes qui avaient un cancer et que quelque chose ici n’avait pas de sens. Je ne l’ai pas trop écouté, je ne pensais pas que ça avait quoi que ce soit à voir avec l’armée. Puis après un an, le cancer lui est revenu et il est mort

Livna Levy est la mère de feu Omar Healy Levy, un soldat du Dôme de fer décédé il y a environ deux ans. « Elle a contracté le cancer dans les huit mois suivant sa libération », dit Livna. « Nous ne l’avons pas cru, nous avons aucun antécédent de cancer dans la famille. Je me souviens être allé lui rendre visite à la base et lui avoir demandé : « Dis-moi, n’est-ce pas dangereux que tu sois si près des radars ? »

Le cancer s’était propagé au système lymphatique et son état était défini comme humain. Elle a subi une série de chimiothérapie exténuante et, après 12 traitements, elle a semblé vaincre le cancer, mais deux mois plus tard, il l’a de nouveau attaquée au niveau du système nerveux. À l’âge de 23 ans, elle est décédée.

L’article complet apporte également les témoignages d’autres combattants, dont Andrei Simnovsky (cancer du lymphome de Hodgkin), Lior Cohen (une tumeur du tronc cérébral près de l’œil) et Ben Weissman (une tumeur du testicule).

Et voici une statistique pas si simple : en 2011, par exemple, trois cycles de recrues se sont enrôlés dans l’Iron Dome, chacun avec environ 80 recrues. Sur ces 240 soldats, au moins six à notre connaissance ont développé un cancer pendant ou immédiatement après le service.

L’avocat Yonatan représente une fois de plus certains des soldats du Dôme de fer qui ont eu un cancer. Il est bien conscient de la situation psychologique difficile dans laquelle ils se trouvent et du fait qu’ils renoncent souvent à leur droit de poursuivre le ministère de la Défense. Il dit : « Il est impossible de ne pas comparer que même dans ce cas, ces guerriers Iron Dome se sentent embarrassés ou honteux lorsqu’ils en viennent à épuiser leurs droits. «  Je pense qu’en ces jours de réflexion au nom du ministère de la Défense concernant le traitement et la réadaptation des meilleurs fils et filles blessés pendant et pour leur service, l’attitude dans le traitement de la réclamation devraient être modifiées pour reconnaître ceux qui sont touchés par cette maladie. « 

La personne à l’origine de l’initiative visant à localiser les soldats atteints d’un cancer et ayant servi dans le Dôme de fer est Moran Ditch, PDG et fondateur de l’Association Zohar.

La réponse du porte-parole de Tsahal : « Tsahal considère que la santé des soldats est d’une importance primordiale et s’efforce de maintenir et de détecter les cas exceptionnels de maladie. Après un examen approfondi, aucun taux de morbidité anormale n’a été trouvé parmi les techniciens du Dôme de fer et du GNA. Avec le déploiement de chaque batterie sur le terrain et périodiquement, le respect des plages et du niveau de rayonnement de chaque batterie est vérifié par des enquêteurs qualifiés, qui examinent les caractéristiques du site où le radar est déployé conformément à la directive du médecin-chef sur protection contre les radiations.

L’armée a également déclaré que « lors de l’inspection, le rayonnement non ionisant autour du radar est surveillé et les mesures de sécurité, telles que la signalisation ou les clôtures, sont testées. Le personnel médical de Tsahal, et l’armée de l’air en particulier, ont procédé à un examen approfondi fondé sur des données détaillées afin d’examiner les allégations formulées à ce sujet et d’examiner la prévalence de la morbidité parmi les serviteurs du Dôme de fer. « Les types de morbidité constatés étaient courants parmi les caractéristiques de la population examinée. « 

Jforum – Ynet – Yédioth Aharonot

12 Commentaires

  1. Je ne comprends pas qu’avec toute leur technologie avancée , le ministère de la défense, le chef des armées ne pensent pas aux répercussions sur les soldats, des radiations nocives des radars.et ils réfutent en plus! Tant pis pour la vie des jeunes ? Pas foutus de leur donner une protection, ne serait-ce que par prudence ? Ils sont immondes!
    Qu’ils aillent eux-mêmes au pied des radars !

  2. Chavoua tov
    Bravo pour les connaisseurs.
    Le pèlerinage à des tzadikim est une complète idolâtrie, que je refuse depuis toujours.
    Pas la peine de critiquer les goyim si on fait pareil infine…

  3. Je rejoins le post de Lachkar Norbert. Equiper les soldats du dome de fer de combinaison ad-hoc pour faire face a des radiations cancereuses est une necessite incontournable. Par rapport au prix d’un dome de fer, une combinaison de protection n’a aucune influence. J’epere que Tsahal va reagir promptement et ne pas s’enliser dans des etudes a n’en plus finir. Il s’agit de la vie de soldats.

  4. JE CROIS QU’IL N’Y A QU’UNE CHOSE A FAIRE,MEME S’IL Y A UN DOUTE,C’EST DE FAIRE PORTER UNE COMBINAISON DE PROTECTION AUX SERVEURS DU DOME DE FER ET DE TOUS CES RADARS CAR IN NE S’AGIT PAS DE TUER NOS SOLDATS MAIS BIEN CEUX D’EN FACE !!!!!!

  5. les mêmes cinglés goyim présentent leurs maladies comme dues aux « Ondes » sans aucune raison solide.. de n’importe quel appareil « moderne » mais ignorent somptueusement celles du Radon très invasif en Bretagne et Centre de la France notamment, où ils vivent ou passent leurs vacances, sans craintes..

  6. Oui, maintenant, D´ieu seul peut les guérir! Elevons nos voix et elles seront entendues! Quant aux responsables de Tsahal, il ne sert à rien de réfuter car D.ieu les mettra un jour au pied du mur! Il FAUT protéger tous nos soldats!

  7. il faut surtout arrêter ces « pèlerinages » qui ressemblent à des pratiques païennes!
    cela devrait être absolument interdit.
    Ces pratiques pseudo-religieuses n’ont rien à voir avec une spiritualité digne de ce nom.

    • Exact! En contradiction absolue avec le Mosaïsme. Moshé a interdit toutes ces pratiques d’idiots païens déjà lors de l’Exode…Par précautions des sages du temps, aucune sépulture de Moise n’est connue..Les hystériques-psychotiques existent partout aux mêmes taux…
      Les juifs n’y font pas exception!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.