Qui saura protéger efficacement le réseau Dôme de Fer?

Photo: Reuven Castro

Près d’une décennie s’est écoulée depuis que Tsahal a appuyé sur le bouton rouge pour la première interception mondiale de Qassam. Les ingénieurs iraniens étant à l’affût de la moindre faille, l’enjeu des conflits balistiques est devenu de d’abord tenter de neutraliser le système de défense anti-aérienne de l’adversaire (ici Dôme de Fer), puis de mettre en joue la cible réelle… De fait, le réseau du Dôme de Fer est autant en danger que les cibles qu’il protège…

« Il y a presque dix ans, le but des batteries Dôme de Fer était d’intercepter les roquettes. Aujourd’hui, chaque commandant de batterie doit d’abord s’occuper de la survie de ses systèmes, puis intercepter. »

Au début, cela aurait ressemblé à de la science-fiction. Le commandant de la batterie du dôme de fer, le major Maor, est entré dans les pages de l’histoire militaire lorsqu’il a appuyé sur le bouton rouge le 7 avril 2011 et a approuvé la première interception au monde d’une roquette Qassam. Il connectait entre eux les esprits créatifs, l’innovation révolutionnaire et le courage impérieux.

Alors que l’armée de l’air et les industries de défense en Israël, dirigées par Rafael, applaudissaient au succès vertigineux de la batterie «Ido», un processus d’apprentissage lent mais très dangereux des organisations terroristes dirigé par les meilleurs ingénieurs iraniens a commencé. Le processus comprenait non seulement le développement de systèmes d’armes avancés, mais aussi le système d’apprentissage de ce que faisait l’armée israélienne dans son ensemble, pour essayer de trouver où se situaient les vulnérabilités, de façon à frapper des sites stratégiques en Israël.

En quatre mois, les défenses aériennes commandées par le général de brigade Ran ont commencé à intercepter les premières roquettes, de façon routinière. On peut écrire que la batterie Dôme de Fer a changé de visage de manière presque méconnaissable en 2020. Le taux de réussite moyen des combattants du Dôme au cours de la mission est actuellement d’environ 94%.

 

Visite du commandant de l'armée de l'air, le général de division Amikam Nurkin, et du commandant du système de défense aérienne, le général de brigade Ran Kochav (Renko) aux unités du GNA.22 novembre 2020

Une décennie après la première interception. Le général de brigade Ran Kochav et le commandant du corps, le général Amikam Nurkin, en novembre (Photo: porte-parole de Tsahal)

Le commandant de l’armée de l’air, le général Amikam Norkin, met au défi les commandants de la batterie et leur demande d’atteindre un état de réussite parfaite à 100%. «C’est possible», ont expliqué les officiers de réserve des forces de défense aérienne, «mais les défis deviennent de plus en plus complexes et dangereux concernant le Dôme de fer. Ce ne sont plus de simples roquettes d’antan mais des méthodes complexes que l’ennemi envisage de mettre en œuvre et des modèles de missiles et de roquettes qu’il tente de développer. « .

L’un des défis émergents dans le monde contre les systèmes de défense aérienne est la menace directe pour les batteries et l’effort visant à nuire à la technologie qui prend en charge les opérations de détection, de surveillance et d’interception. « Il y a presque dix ans, le but des batteries Dôme de Fer était d’intercepter les roquettes. Aujourd’hui, chaque commandant de batterie doit d’abord veiller à la survie de ses systèmes puis intercepter », a expliqué un officier de réserve du système de défense aérienne. « Regardez ce qui s’est passé en Arabie saoudite, en Irak, en Afghanistan, en Arménie et ailleurs. Il s’agit d’abord d’attaquer les systèmes de défense. Les radars aussi. Ce n’est pas par hasard que les Américains ont acheté des batteries Rafael Dôme de Fer à l’entreprise. « Tout à coup, tout le monde a découvert qu’il y avait une attaque sur les éléments de défense aérienne, puis sur les cibles principales. »

 

À partir de la date de livraison de la batterie Iron Dome à l'armée américaine le 30 septembre 2020

« Ce ne sont pas seulement les Américains qui ont acheté. » Livraison de la batterie Dôme de Fer aux États-Unis, en septembre (Photo: Ariel Hermoni, ministère de la Défense)

Selon l’officier, «sur la base de publications étrangères, il est possible d’estimer ce que l’Iran, le Hezbollah, le Hamas ou le Jihad islamique tenteront d’apporter lors la prochaine campagne, pour mettre en péril le système de défense aérienne en Israël, qui est l’un des meilleurs au monde. « Ils tireront un grand nombre de roquettes sur le pan statistique, ou d’obus de mortier sur une zone définie en utilisant une méthode efficace, des véhicules aériens sans pilote et des kamikazes et éventuellement procéderont à des infiltrations. Un ennemi comme le Hezbollah, par exemple, n’a plus besoin de cent mille missiles et roquettes. Il lui suffit d’ajuster les tactiques entre elles ».

On peut estimer que les missiles de précision sont au sommet des menaces pour les batteries Dôme de Fer. «Les missiles précis sont définis dans l’armée israélienne pour la question traitée comme la plus haute priorité, peut-être après les armes de destruction massive. C’est une arme stratégique qui peut atteindre tous les coins du pays », a expliqué un officier supérieur de l’armée de l’air lors d’une conversation avec Walla! NEWS à propos de la campagne de Tsahal, avec des instructions claires du chef d’état-major Aviv Kochavi contre les efforts des ennemis d’Israël pour obtenir des missiles précis.

« Les commandants du système de défense aérienne en Arabie saoudite ont examiné les menaces de l’Iran et ont pensé qu’en cas de problème, il atteindrait un angle de 180 degrés. Ils n’ont pas estimé que la menace viendrait de l’arrière parce que les missiles de croisière, les drones et les avions habités savent comment atteindre la cible sous tous les angles. »

Les principales menaces sont divisées en deux. La première et la plus sérieuse est la capacité des puissances du monde à lancer des armes qui savent comment transporter des missiles à d’énormes distances et atteindre des cibles dans un rayon de moins de 50 mètres. Certains peuvent même atteindre un rayon de quelques mètres. D’autre part, une autre menace est la capacité des organisations terroristes telles que le Hezbollah et le Hamas, qui font un effort énorme pour mettre la main sur des missiles précis et en même temps développer des capacités de production. Les industries de défense iraniennes, dirigées jusqu’à récemment par l’ingénieur Muhsin Fahrizadeh, sont devenues une locomotive technologique dans le domaine de la précision et depuis de nombreuses années également, des exportateurs de connaissances militaires et de systèmes d’armes vers le Moyen-Orient.

Dans certains endroits comme la Syrie, le Yémen ou le Liban, ils ont fait passer en contrebande des armes de pointe et dans une autre partie des processus, ils ont tenté d’assimiler des connaissances pour convertir des roquettes en missiles ou pour produire des missiles de précision en série. Cette connaissance, combinée à des renseignements précis sur l’emplacement des batteries de défense aérienne, rend palpable la menace qui pèse sur le front intérieur israélien.

« La précision à un certain niveau de puissance peut atteindre n’importe quel point et frapper là où elle fera mal à l’Etat d’Israël : contre la Défense aérienne, des symboles du gouvernement et l’infrastructure nationale », a expliqué un haut responsable de la sécurité. «La précision relative pour les armes massives (capacités de précision pas aussi élevées que les organisations terroristes – AB) est encore plus dangereuse. Sa portée est vaste. « Elle est très bon marché à produire et elle n’est pas exploitée par un pays qui a quelque chose à perdre, mais par des armées terroristes telles que le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique ou des émissaires iraniens en Syrie. »

 

מל"ט ישראלי חולף לאחר הפצצה של צבא ארמניה בקרבות נגד אזרבייג'ן בנגורנו-קרבאך, 1 באוקטובר 2020

« Regardez ce qui s’est passé en Arménie. Attaquer les défenses. » Attaque d’UAV sur le Haut-Karabakh, octobre (Photo: Ministère azerbaïdjanais de la Défense)

«Ce qui a renforcé la compréhension de l’importance des attaques contre les éléments de défense aérienne, ce sont les attaques de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie et je n’ajouterai rien de plus.

Les experts du monde de la défense aérienne en Israël définissent le monde des missiles de précision comme un défi technologique important pour ceux qui se défendent contre les roquettes et les missiles à courte portée. En effet, ils doivent comprendre en quelques secondes ce qu’est une roquette statistique et à quel point elle est exacte. Surtout s’il s’agit de tirs de roquettes lancées dans le même temps.

Les Iraniens de la force Qods ont commis une grosse erreur. Depuis plusieurs bonnes années, ils ont investi leurs meilleurs systèmes d’armes chez les Houthis au Yémen pour saper la stabilité du pays, les rapprocher du courant chiite mais défier surtout son ennemi juré: l’Arabie saoudite. Les Iraniens ont mené à travers les Houthis en septembre 2019 une attaque chronométrée et combinée de diverses armes de précision contre les installations de la plus grande compagnie pétrolière du monde – « Aramco ».

 

שריפה במתקני נפט בסעודיה, 14 בספטמבר 2019

« L’erreur a été de penser que le problème viendrait à un angle de 180 degrés. » L’attaque d’Aramco, 2019 (Photo: Reuters)

Ce la a sonné comme un appel au réveil pour tous les commandants des systèmes de défense aérienne dans le monde. Une lumière rouge expliquant pourquoi et comment une arme précise peut affecter les systèmes de défense. Cela a donné des indications, non seulement sur la qualité de l’attaque contre les systèmes de défense à maintes reprises, mais aussi sur la combinaison de ruse et de subterfuge qui incluent : la collecte précise de renseignements, les cyberattaques et la paralysie de tout ce qui se trouve sur le spectre (comme les communications, Internet et le sans fil).

«La grande erreur des commandants du système de défense aérienne en Arabie saoudite a été d’examiner les menaces de l’Iran et de penser que si des problèmes surviennent, ils atteindront un angle de 180 degrés. Ils n’ont pas estimé que la menace proviendrait de l’arrière », a déclaré un officier de réserve des Forces de défense aérienne. « Tout à coup, les forces de défense aérienne ont compris le pourquoi de la politique de défense à 360 degrés de l’armée de l’air israélienne. Ce qui a renforcé la compréhension de l’importance des attaques contre les éléments de défense aérienne, ce sont les attaques de l’Azerbaïdjan contre l’ Arménie et je n’ajouterai rien de plus. »

« La Défense de la défense aérienne »

Au crédit du commandant de l’armée de l’air Norkin, on dira que l’attaque d’Aramco l’a rattrapé en 2019, alors qu’il était au cœur d’une procédure de combat intitulée: «Défense aérienne». Il y a quelques mois, le Hamas a déclaré ses intentions en utilisant un drone particulièrement rapide et en l’utilisant pour larguer un obus de mortier sur un char, à la frontière de la bande de Gaza. Les commandants de batterie opérant dans la zone frontalière de l’État ont compris qu’aujourd’hui il s’agissait d’une tentative de frapper le char et que demain, ce serait l’effort d’un planeur ou d’un autre véhicule aérien sans pilote pour traquer les batteries Dôme de Fer et les attaquer. « Personne ne sous-estime l’ennemi », a expliqué cette semaine un officier supérieur de l’armée de l’air. « C’est un ennemi sophistiqué dans le domaine des roquettes et c’est une course d’apprentissage. C’est un sujet très inquiétant« 

Le message de Nurkin était simple et clair: «Le système de défense aérienne est par définition un système de braconnage» et en tant que tel, il doit agir pour confondre l’ennemi et masquer ses traces d’une manière qui augmentera sa survie et améliorera sa légitime défense. Un travail d’état-major a été effectué, un plan d’action et un processus de suivi strict du commandant de la Force aérienne ont été établis, pour s’assurer que le processus progressait au bon rythme et dans la bonne direction..

L’idée d’attaquer le Dôme de fer est généralement décrite comme provenant d’un missile frappant la batterie, mais l’ensemble des menaces contre ces engins, menées par Tsahal comprend également des cyberattaques ou la paralysie des médias utilisant une attaque spectrale.

 

תת אלוף רן כוכב, מפקד מערך הגנה אווירי עם מפקד פיקוד אירופה של צבא ארצות הברית (EUCOM) ורס״ן רימון וייס, מפקד סוללת פלמחים בגדוד 136 (חץ)

« Réveillez-vous, face à la menace contre tous les systèmes de défense aérienne. » Le général de brigade Kochav avec le commandant de la défense aérienne des forces américaines en Europe (Photo: Avichai Socher)

«Tout le monde se souvient de ce que l’armée de l’air israélienne a fait au début de la première guerre du Liban, mais a oublié l’opération de destruction des batteries de missiles sol-air syriens dans la vallée du Liban. J’ai récemment fait venir le colonel Aviam Sela, qui nous en parlera.

À la suite de la procédure de combat, le système de défense aérienne a changé l’activité des batteries Dôme de Fer, augmenté la mobilité et amélioré la protection des lanceurs sans compromettre l’efficacité des intercepteurs. Un autre avantage significatif par rapport à la batterie du major Maor, qu’il commandait il y a une dizaine d’années, est un système de défense nationale qui permet à plus d’une seule défense d’intercepter la menace. Les batteries sont interconnectées et gérées en cas d’urgence par un directeur central., qui dirige tous les lanceurs le long de la bande de Gaza.

 

כיפת ברזל בגוש דן

« Serait-ce notre lanceur qui va frapper? Certainement. Nos combattants ont besoin de savoir comment absorber les attaques et changer rapidement de position, c’est pourquoi j’insiste sur le mot chasseurs de défense aérienne. » Batterie Dôme de Fer, 2019 (Photo: Reuven Castro)

« Nous avons construit le Dôme de Fer sur roues parce que nous avions peu de batteries. Par le passé, c’était à Be’er Sheva et demain à Haïfa. Aujourd’hui à Ashkelon, puis sur les hauteurs du Golan. Toute la journée, il était sur roues. Aujourd’hui, le nombre de sauts d’un en6droit à l’autre est devenu fou », a déclaré Kochav. « Se pourrait-il que notre lanceur frappe? Certainement. Nous devons préparer nos combattants à ce que cela se produise. Ils doivent savoir comment absorber, puis sauter d’une position à une autre. C’est pourquoi j’insiste sur le mot chasseurs de défense aérienne. »

news.walla.co.il

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.