Sergueï Lavrov : « La Russie encourage la tenue de pourparlers directs entre Israël et la Palestine »

Les ministres des affaires étrangères russe et israélien ont également discuté, lors de leur entrevue à Moscou, de la crise syrienne et de l’accord sur le nucléaire iranien.

La Russie a exprimé, jeudi, son soutien à la reprise de pourparlers directs entre Israël et la Palestine, se disant prête à faciliter le processus.

Lors d’une conférence de presse tenue à Moscou à l’issue d’une rencontre avec son homologue israélien Yair Lapid, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que son pays était prêt à contribuer soit à l’organisation d’une réunion bilatérale, y compris sur son territoire, « si les parties y sont prêtes », soit à participer aux travaux du Quartet pour le Moyen-Orient (ONU, États-Unis, UE et Russie).

« Nous sommes tout à fait favorables à ce qu’une telle réunion ait lieu après une longue interruption. À ce stade, nous évoquons la possibilité de discussions au niveau ministériel », a-t-il déclaré.

Sergueï Lavrov a ajouté que tous les partenaires du Quartet avaient convenu de relancer les travaux de ce dernier.

« La date de la reprise (des discussions) dépend de tous les membres du Quartet. Nous sommes prêts à le faire à tout moment car nous considérons qu’il est utile d’échanger des points de vue sur la manière dont la communauté internationale peut contribuer à créer les conditions d’un accord entre Israël et la Palestine », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie israélienne a pour sa part indiqué qu’une telle réunion ne se tiendra pas en marge de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre car, pour l’instant, « il n’y a rien à discuter. »

A la question de savoir si des pourparlers de paix étaient en cours avec la Syrie, Yair Lapid a répondu par la négative, ajoutant : « Nous ne restituerons pas le plateau du Golan à la Syrie ».

Abordant l’accord sur le nucléaire iranien, Lapid a déclaré qu’Israël ne laissera pas l’Iran devenir une puissance nucléaire et que si le reste du monde ne prend pas de mesures, Israël agira.

« C’est le problème du monde entier. Un Iran nucléaire entraînera un nouveau cycle de la course au nucléaire, une course aux armements au Moyen-Orient. La dernière chose que l’on souhaite, c’est que des armes nucléaires tombent entre de mauvaises mains. Le monde doit empêcher l’Iran de développer son potentiel nucléaire. Si le monde ne fait pas face à cette situation, Israël se réserve le droit d’agir. Israël ne permettra pas à l’Iran de devenir une puissance nucléaire », a-t-il déclaré.

Les pays qui soutiennent les Palestiniens se font de moins en moins nombreux. Les pays du Golfe, l’Inde, de nombreux pays d’Afrique, le Maroc, l’Egypte, et même une promesse de reconnaissance de la Libye, montre que les « amis » des palestiniens en ont assez de se priver d’une relation bénéfique avec Israël pour peu de choses. Tout le monde semble comprendre que les slogans palestiniens sont creux et utopiques. Avant que tous les soutiens qui pendant des années n’ont servi à rien, se désintéressent totalement des 3 millions d’Arabes vivant en Cisjordanie et Gaza, les palestiniens sont à présent acculés à la négociation pour obtenir ce qu’ils peuvent encore obtenir.

Chirac a été le plus mauvais conseilleur des Palestiniens et d’Arafat en particulier. Leur gros problème – aux palestiniens – sera de se réveiller, de voir la vérité en face, eux qui se sont habitués à vivre dans un roman qu’ils s’étaient fabriqué de toute pièce. Mais les plus déçus seront les antisémites de gauche entre-autres qui perdront un argument de poids contre les juifs.

JForum

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.