Anne Hidalgo

Procès des attentats de 2015 : le témoignage d’Anne Hidalgo suscite un tollé au tribunal

Par 

Auteur

/ Lundi 21 septembre 2020 à 19:426

Anne Hidalgo © Alfonso Jimenez/Shutterstock/SIPA

La maire de Paris s’est fait critiquer lors de sa venue au procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher survenus en janvier 2015. La quasi-totalité des avocats de la défense a même quitté l’audience. 

« Clientélisme », « récupération », « très satisfaite d’elle-même »… Anne Hidalgo fait face à une véritable grogne après son passage à la cour d’assises de Paris en tant que témoin. En effet, la maire de la capitale a participé au procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher de janvier 2015 pour « parler d’elle ». C’est notamment ce que lui a reproché Me Caty Richard, qui assiste le fils du journaliste Bernard Maris, partie civile. « J’ai entendu quelqu’un qui est venu faire du clientélisme, parler d’elle, de son programme, de ce qu’elle avait fait », a-t-elle cinglé à la presse à la sortie de l’audience. L’avocate a estimé qu’Anne Hidalgo était « très satisfaite d’elle-même », notant que l’édile de gauche était « venue faire de la récupération », un acte qu’elle juge au passage « épouvantable et terrible pour les parties civiles ». « Instrumentaliser un tel drame à des fins politiques, c’est lamentable », a terminé Me Caty Richard.

Quant à Me Christian Saint-Palais, l’avocat de l’un des accusés, Amar Ramdani – suspecté d’avoir fourni des armes à Amedy Coulibaly – a argué aux médias qu’Anne Hidalgo avait tenu « des propos qui ont une autre finalité ». Il a assuré avoir « vu le plaisir qu’avait ce témoin (Anne Hidalgo ndlr) à venir s’exprimer ». Or, « le procès ne sert pas à cultiver une image », a-t-il lâché. Il réagissait au fait qu’Anne Hidalgo ne veuille pas connaître les noms des accusés.

Ce lundi 21 septembre, l’élue de Paris est venue à la barre « d’abord pour les Parisiens et les Parisiennes », a-t-elle promis. Anne Hidalgo a d’ailleurs déclaré : « Je préfère m’attacher à la mémoire des victimes, je ne suis ni avocate, ni juge, ni procureure. Notre pays s’honore d’être dans un pays de droit où toute personne a droit à une défense et au respect, mais je préfère m’attacher au nom des victimes. » Comme le rapporte la journaliste de franceinfo présente sur place, Catherine Fournier, Anne Hidalgo a répondu aux questions des avocats. Lors de l’audition, elle a été interrogée sur l’islamisme radical et a répondu : « Ce qui s’est passé avec ces attentats, c’est l’abandon de la boussole qu’est la République qui porte des valeurs universelles. » Anne Hidalgo en a profité pour rappeler son soutien auprès de Charlie Hebdo. Lorsque les locaux ont brûlé en 2011, des manifestants s’étaient rassemblés devant l’hôtel de ville : « J’y étais, j’y ai participé. Je me suis engagée à les reloger au 10 rue Nicolas-Appert, un immeuble de la régie immobilière de Paris », a-t-elle revendiqué. Elle a enfin ajouté s’être montrée « utile » lors de l’attaque de l’Hyper Cacher : « Je discute avec Bernard Cazeneuve, il me dit : ‘Ça recommence, le cauchemar recommence’. Je demande en quoi je peux être utile, à ce stade : c’est d’avoir les plans de l’Hyper Cacher. »  Il y a déjà plusieurs jours, la simple annonce d’Anne Hidalgo aux assises avait généré une tempête médiatique. Les avocats de la défense et des parties civiles, entre autres, s’accordaient sur une question : pourquoi ? Si certains s’interrogeaient, d’autres dénonçaient une forme de « récupération » de la part de la maire de Paris.

valeursactuelles.com

5 Commentaires

  1. Ce qui nous manque à Paris ?

    C’est un Rudolph Giuliani l’ancien maire de New York qui a mis au pas la racaille et la mafia de New York .

    Un maire à poigne qui ne reculait devant personne .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.