Iran: le chef du programme nucléaire, cible n°1 du Mossad, a été éliminé dans la région de Téhéran

Qassem Soleimani, éliminé par un missile intelligent américain, le 2 janvier, en compagnie d’un homme donné comme étant Mohsen Fakhrizadeh sur cette vidéo (apparemment ce n’est pas lui), qui vient d’en suivre le chemin, le 27 novembre… L’année la plus rude pour l’exportation de la révolution, à coup de terrorisme, et le programme missilier et nucléaire iranien, de mémoire de gardien de la révolution… 

Fakhrizadeh serait le 6ème et le plus important sur une liste de hauts scientifiques iraniens du nucléaire militaire et balistique à laisser la vie dans la quête de la Bombe.

Les médias d’État ont rapporté que le scientifique, Muhsin Fakhrizadeh, avait été tué avec son garde du corps da,s sa voiture blindée. L’Agence iranienne de l’énergie atomique a démenti les informations, mais les gardiens de la révolution ont promis de le venger. Netanyahu: J’ai fait beaucoup de choses cette semaine, je ne peux pas tout dire.
Une fourgonnette piégée dans laquelle des explosifs ont été enterrés a été cachée parmi les arbres et a explosé avant que le véhicule de Fakhrizadeh ne le dépasse. L’explosion a été si intense, selon le rapport, que des éclats d’obus ont été projetés à une distance de 300 mètres et des dommages ont été causés aux poteaux électriques dans la région.
Après l’explosion, a-t-on également rapporté, un groupe de cinq ou six hommes armés est descendu d’un un SUV noir, un autre véhicule garé sur le bord de la route et a ouvert le feu sur le véhicule du scientifique iranien. Une violente fusillade s’en est suivie entre eux et ses gardes du corps. Des habitants de la région auraient déclaré avoir entendu une forte explosion, puis des coups de feu.

Carte de l'assassinat en Iran

( Carte: BBC )
Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des pare-brise blindés transpercés par des balles dans le véhicule dans lequel circulait Fakhrizadeh, qui a été évacué des lieux par hélicoptère et est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital. Cela suggère qu’il était déjà cliniquement mort dans son véhicule, sans quoi l’équipe de professionnels sur-place ne l’aurait pas laissé partir.. L’évacuation a été renseignée par l’un des habitants, qu’on a entendu dire dans une vidéo diffusée sur les réseaux que « plusieurs personnes ont été tuées« . La télévision iranienne en arabe a affirmé que l’escouade de liquidateurs étaient des membres du Mossad. Selon l’agence de presse iranienne Fars, les gardes du corps de FaKhrizadeh ont également été blessés et évacués vers l’hôpital.
Notre commentateur sécurité Ron Ben-Yishai note que Fakhrizadeh circulait dans un petit convoi de voitures sur la route où il passe souvent et qui était relativement désertée à cause de la Covid-19, pour un vendredi, jour de fête musulmane et d’encombrements par des files de voitures, en temps normal.
L’explosion initiale de la bombe – on ne sait pas si l’information que les médias iraniens rapportent, disant qu’il s’agissait d’une fourgonnette piégée, est exacte – a frappé une autre voiture dans laquelle circulaient ses gardes du corps, provoquant l’arrêt de la voiture derrière elle, dans laquelle Fakhrizadeh était assis sur la banquette arrière, se transformant alors en cible immobile.

La scène de l'assassinat à Téhéran

( Photo: AFP )
Scène de l’élimination, pare-brise blindés perforés dans un véritable guet-apens de haute lutte et très brutal
Trois sources du renseignement ont déclaré au New York Times qu’Israël serait à l’origine de cette opération de guet-apens en plein jour. L’ancien responsable de la sécurité d’Obama, John Brennan, proche des Frères Musulmans, du temps de l’éviction d’Hosni Moubarak, en Egypte, s’est permis un commentaire, disant que le coup porté était « imprudent » et dangereux pour la région ». 
Selon le Times, on ne sait pas quel est le rôle des États-Unis dans l’opération – et s’ils y ont effectivement participé – mais le rapport souligne que les services de renseignement des deux pays coopèrent à propos de l’Iran. La Maison Blanche a refusé de commenter. Donald Trump a partagé sur Twitter un tweet concernant l’attaque – un tweet rédigé en hébreu par un journaliste israélien, Yossi Melman, mais dénué de toute tonalité personnelle.
Aux États-Unis, a rapporté le Times, certains se sont demandés si le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait l’intention d’agir dans le peu de temps restant au règne sympathique de Trump envers Israël, lequel quittera la Maison Blanche dans moins de deux mois.
Donald Trump n’a pas commenté le tweet de l’analyste Yossi Melman qu’il a retweeté. Affaire « sensible » donc… 
Sa voiture aurait d’abord été endommagée par une explosion sur la route sur laquelle il circulait et lui-même aurait été immédiatement tué par des coups de feu tirés par plusieurs inconnus s’approchant du véhicule et criblant de balles ceux qui l’accompagnaient, près de la ville d’Absard. À la suite de l’explosion, plusieurs de ses agents de sécurité ont été apparemment blessés par les éclats. Le ministère iranien de la Défense a confirmé la mort de Muhsin Fakhrizadeh dans un hôpital de Téhéran.
Fakhrizadeh, professeur de physique nucléaire, a dirigé le « programme d’armes » iranien, dans lequel il a également géré le projet de développement de missiles à longue portée. De plus, il avait survécu à une tentative de liquidation, il y a plusieurs années.
Fakhrizadeh est apparu comme le n°1 dans une présentation donnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2018, à la suite de son annonce de la divulgation des archives de documents nucléaires iraniens. Il constituait la toute première cible du Mossad et des services de renseignements américains.
Même avant la confirmation de l’identité de Fakhrizadeh en tant que scientifique éliminé, les Gardiens de la Révolution ont rapidement menacé de se venger. Un message sur Twitter a déclaré que l’Iran se vengerait des « assassinats de scientifiques » (sic) « comme il l’avait fait dans le passé ». L’attentat  de Bourgas en Bulgarie, tuant 5 toursites israéliens et leur chauffeur local est considéré comme la seule vengeance connue de la Branche Al Quds contre des civils israéliens.
Le chef d’état-major de l’armée iranienne, Muhammad Bakri, a menacé de «vengeance brutale» après l’opération réussie en plein jour, qui représente une véritable gifle pour les services de contre-espionnage iraniens et la protection des principales personnalités du régime, potentiellement protégée avec les mêmes « précautions » que la cible ambulante Mohsen Fakhrizadeh. .

La scène de l'assassinat à Téhéran

Du sang près de la voiture blindée. Fahrizadeh s’y est souvent rendu
( Photo: AFP )
L’Iran a également envoyé une lettre au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et au Conseil de sécurité de l’ONU, affirmant qu’il a des « indications sérieuses » qu’Israël est responsable de l’a liquidation de Fakhrizadeh.
Le Hezbollah a également envoyé une réponse à l’élimination spectaculaire. Le secrétaire général adjoint de l’organisation, second d’Hassan Nasrallah, Naim Qassem, a condamné l’assassinat mais a souligné que « la réponse à ce crime est entre les mains de l’Iran, c’est une question d’honneur« . Est-ce une indication que le mouvement chiite lui-même souhaiterait s’en tenir à l’écart, après les dégâts politiques encaissés, lors de l’énorme explosion dans le port de Beyrouth, faisant plus de 200 morts civils. 
Pendant ce temps, CNN a rapporté hier soir que l’armée américaine avait décidé de renvoyer le porte-avions USS Nimitz dans le golfe Persique, ainsi que d’autres navires de guerre. Des sources de sécurité ont déclaré au réseau de presse américain que l’objectif était de fournir une «couverture aérienne» pour le retrait partiel des forces américaines d’Irak et d’Afghanistan, comme Trump l’a récemment ordonné. Une source a précisé que la décision de retrait avait été prise avant même la réception des rapports de liquidation, mais a noté en même temps que dans tous les cas, le mouvement des forces américaines dans la région sert de dissuasion à tout ce qui pourrait se passer à présent. 

Téhéran menace Israël et la région de «vengeance terrible», le Hezbollah condamne mais reste à l’écart. Un porte-avions américain en route vers le golfe Persique. Les chancelleries occidentales restent muettes, alors qu’elles attendent l’adoubement de Biden avant de redéfinir une politique. Mais les tensions entre l’Iran, Israël et les pays sunnites, d’autre part, ne pouvant que s’accroître, très au-delà de la dénonciation rhétorique, on voit mal le JCPOA reprendre sans encombre ou comme si de rien n’était, dans un avenir prévisible… 

Guy Elster
Ravid éclair

Le père du programme nucléaire a été éliminé près de Téhéran (Photo: GPO, édité par: Assaf Drori)

Le père du programme nucléaire militaire iranien a été éliminé dans la région de Téhéran, ont rapporté les médias du pays aujourd’hui (vendredi). Le scientifique, Muhsin FaKhrizadeh, aurait été tué après l’explosion d’une bombe, stoppant le véhicule, avec ses gardes du corps, alors qu’une escouade de liquidateurs s’approchaient du véhicule, à Damavand près d’Absard et de Téhéran. Le poseur de bombe et ses quatre à cinq acolytes ont frappé peu après midi devant un centre de recrutement de la police à Kisak.

L’Agence iranienne de l’énergie atomique n’a pas tardé à nier le reportage, affirmant qu’il n’y avait eu aucun incident impliquant des scientifiques nucléaires. Cependant, le commandant des Gardiens de la révolution, Hussein Salami, a averti que l’Iran vengerait la mort des scientifiques nucléaires du pays.

Fakhrizadeh, 59 ans, a été professeur de physique dans les rangs des gardiens de la révolution, et par le passé a même survécu à une tentative d’assassinat contre lui. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a mentionné comme un facteur déterminant lorsque les archives nucléaires iraniennes ont été dévoilées il y a environ deux ans et demi. Aujourd’hui, peu de temps après les informations sur l’élimination, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une vidéo dans laquelle il mentionne son travail et souligne: « J’ai fait beaucoup de choses cette semaine – je ne peux pas tout dire ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une déclaration spéciale sur les développements importants concernant l'accord nucléaire avec l'Iran, Kiryat Ono, Tel Aviv, 30 avril 2018
La scène de l'assassinat du scientifique nucléaire iranien Muhsin Fahrizadeh. 27 novembre 2020

La voiture où a explosé la bombe, après l’explosion. La scène de l’élimination ciblée

 

Les informations faisant état de la liquidation du chef du programme interviennent en plein changement de gouvernement aux États-Unis et indiquent que le président américain Donald Trump a l’intention d’agir (ou d’agir de concert) contre Téhéran vers la fin de son mandat.

Les responsables israéliens ont dit à Walla! News que l’échelon politique a chargé ces dernières semaines, Tsahal de se préparer à un scénario d’action « américaine » contre l’Iran avant que Trump ne quitte ses fonctions le 20 janvier.

Un avion décolle du porte-avions Avraham Lincoln dans le golfe Persique, le 16 mai 2019

 

Muhsan Fahrizadeh, le père du programme nucléaire militaire iranien

Commandant du programme nucléaire près de Téhéran. Fahrizadeh

Le secrétaire à la Défense Benny Gantz s’est entretenu à deux reprises au cours des deux dernières semaines, avec le secrétaire à la Défense par intérim Christopher Miller, qui a remplacé Mark Asper, limogé par Trump quelques jours après l’élection présidentielle. De hauts responsables israéliens ont déclaré que ces discussions portaient également sur la question iranienne, la situation en Syrie et le mémorandum d’accord sur la sécurité entre Israël et les États-Unis.

 

תיעוד מזירת החיסול של המדען הבכיר בתכנית הגרעין של איראן. 27 בנובמבר 2020

Documentation de la scène de l’élimination à la bombe. Près de Téhéran, aujourd’hui

De hauts responsables ont déclaré que si l’administration Trump agit contre l’Iran, Israël devrait recevoir un avertissement préalable. Cependant, en raison de la grande incertitude, l’armée a été chargée de s’assurer dès à présent qu’un certain nombre de forces réunissent toutes les compétences pour faire face à toute éventualité. La crainte en Israël est qu’en cas d’attaque américaine, les Iraniens puissent répondre militairement contre Israël directement, par le biais des milices pro-iraniennes en Syrie ou au Hezbollah

walla.co.il 

et autres publications dont Maariv, Ynet,
Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

Le père des programmes nucléaires et de missiles iraniens éliminé près de Téhéran

Le reclus Dr. Mohsen Fakriazadeh, père réputé des programmes d’armes nucléaires et de missiles iraniens, a été liquidé près de Téhéran le vendredi 27 novembre. Il a été attaqué par des tueurs inconnus à Damavand, dans la province de Téhéran, qui ont provoqué une confrontation armée avec ses gardes du corps. Cela a été confirmé par les gardiens de la révolution iraniens au sein desquels le scientifique était également un général de brigade.
Shariar Heydari, vice-présidente de la Commission parlementaire de la sécurité nationale iranienne, a déclaré aux journalistes que le scientifique iranien était tombé en martyr lorsqu’une «voiture a explosé devant son véhicule, explosion suivie de coups de feu tirés par les terroristes» tuant le scientifique et l’un de ses gardes du corps.
Le rôle du physicien qui a opéré dans l’ombre, était identifié depuis au moins 2011,  et ila été nommé pour la première fois par le Premier ministre Binyamin Netanyahu en avril 2018, lors de sa révélation télévisée selon laquelle le Mossad avait exfiltré de vastes archives nucléaires de l’Iran d’un entrepôt secret à Téhéran. Il a présenté une photographie en disant: « Souvenez-vous de ce nom, Fakhrizadeh. »
Après que le Centre iranien de recherche en physique (PHRC) a été dénoncé en tant qu’organisation militaire, le centre a changé son nom pour devenir l’Institut de physique appliquée sous le nom de code AMAD. Fakhrizadeh a pris la tête de la recherche et a poursuivi le programme secret d’armes nucléaires après que l’Iran a signé son accord nucléaire de 2015 avec six pays du monde. Cela a également été révélé dans la présentation de Netanyahu.
Dans un effort pour protéger ce directeur crucial pour le développement des armes nucléaires contre les risques d’élimination ciblée, les photographies du scientifique nucléaire étaient rares et il était entouré d’un bouclier protecteur de sécurité. Les autorités iraniennes ont également rejeté de nombreuses demandes de l’Agence de l’énergie atomique pour l’interroger. Il est le dernier, sûrement et de loin, leplus important, d’une succession de scientifiques nucléaires iraniens qui ont été méthodiquement éliminés au fil des ans. La Houtzpah même de l’opération à plusieurs, en plein jour, sur une route qui aurait dû être balisée et passée au peigne fin avant le passage du véhicule-cible, restera dans les annales du service qui n’en revendiquera jamais l’éxécution.
debka.com

7 Commentaires

  1. Les mollahs doivent chier le l’huile aujourd’hui, j’espère que les usa et Israël iront détruire leur sites nucléaires , leurs pétrole et leurs bases militaires -mer terre air – ils ne doivent plus s’en lever pendent dix ans le temps qu’il faut à leur population se débarrasser de leur mollahs fou !

  2. Mes profonds remerciements à ceux qui ont éliminé cet être nuisible et malfaisant.
    Non, non ! Je ne veux pas de nom. Personne ne cafarde car il n’y aura pas de remise de Légion d’ Honneur pour cette action, pourtant, hautement courageuse et nécessaire de salubrité.

  3. Je viens de lire que l’UE vient de condamner ce « lâche » attentat.Eh oui les amis!!! vous vous rendez compte que Josef Borell le chef de l’UE vient d’envoyer ses condoléances aux familles? Je m’étonne que le minable de l’Elysée n’en ai pas fait autant. Je suis attérée.
    ROSA

    • L ‘europe c’ est la racaille ;des nazis antisémites ;Borell a fait des déclarations avant avant de prendre ses fonctions et il a été en Iran à peine en fonction , c’ est une honte ; on nous a vendu; et les immigrés arrivent toujours chez nous certains sont positif au corona virus ; mais pour nos dirigeant cela n’est pas grave ; mais pour les réveillons on nous limite en famille ;alors que l’on ne ferme pas les frontières on déconseille les zones rouge ; mais on interdit plus ; pour nous contaminer y a pas de problèmes .

  4. Un savant Iranien éliminé c’est bien mais cela ne fait pas avancer l’objectif final qui est de réduire totalement les infrastructures nucléaires.
    De plus l’Iran ne manque pas de scientifiques de haut niveau. A voir si ce mohsen fakhrizadeh est le plus compétent. D’autres docteurs sont tapis dans l’ombre.

    Et il y aura des représailles étalées dans le temps, quand la garde aura baissé.
    Représailles pour représailles Israël, les US et certains pays arabes auraient dû attaquer fermement. Les Iraniens sont intelligents et n’attaqueront pas massivement et frontalement alors demi victoire ou demi échec ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.