Erdogan humilie John Bolton et refuse de le recevoir!

3
1400

Nouvelle crise turco-américaine : Erdogan refuse de rencontrer le conseiller américain à la Sécurité Nationale, menace de nouveau les Kurdes

Le président turc, Tayyip Erdogan, a attendu mardi 8 janvier que John Bolton, conseiller américain pour la sécurité nationale, se rende à Ankara avant de refuser de le voir et de plonger ses relations dans une nouvelle crise. Bolton est arrivé en compagnie du général Joseph Dunford, président des chefs d’état-major américain et de James Jeffrey, conseiller spécial de Trump pour la Syrie et la guerre contre l’Etat islamique. Il revenait de pourparlers à Jérusalem. Les hauts responsables américains ont dû se contenter de ne rencontrer que le porte-parole présidentiel Ibrahim Kalin, tandis qu’Erdogan utilisait un discours au parlement pour réfuter toute proposition américaine voulant que le groupe kurde soutenu par les États-Unis joue un rôle-clé en Syrie après le retrait des États-Unis.

Selon les sources militaires et de renseignements de DEBKAfile, Bolton avait prévu d’informer le président turc du consentement de Washington au fait que l’armée turque envahisse la Syrie pour rester dans des zones extérieures aux cantons régis par les Kurdes. Cela aurait évité à l’armée turque de prendre le contrôle des régions évacuées par les forces américaines. Erdogan a déjà critiqué les récentes déclarations de Bolton comme une “grave erreur” et a répété que la Turquie ne pourrait jamais faire de compromis sur la question de la milice kurde du YPG.

Erdogan a ensuite annoncé que son armée «se mobilisera très bientôt pour éliminer les organisations terroristes en Syrie», en référence transparente, à la fois, à l’Etat islamique et aux combattants kurdes syriens, qu’il qualifie de «terroristes» et qu’il projette d’expulser de leurs terres le long de la frontière avec la Turquie. Cette déclaration, disent nos sources, rendra difficile le processus de retrait de l’armée américaine du nord de la Syrie par l’administration Trump, compte tenu de l’engagement répété des États-Unis envers la sécurité de leurs alliés kurdes.

Adaptation : Marc Brzustowski

   ,  ,  ,  , 

Fresh Turkish-US crisis: Erdogan refuses to see visiting US adviser, again threatens Kurds

Crise USA-Turquie: Erdogan refuse de recevoir John Bolton!

Le dictateur turc Recep Erdogan a refusé mardi de recevoir le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton en tournée dans la région. Ce dernier a subi une humiliation en quittant la capitale turque sans avoir été reçu par le président turc comme c’était prévu.

Ce qui a déplu à Recep Erdogan est le fait que John Bolton ait déclaré en Israël que les troupes américaines ne quitteront la Syrie que lorsqu’Ankara aura donné des garanties quant au sort des Kurdes dans le nord de la Syrie, lorsque l’armée turque y entrera pour combattre l’organisation Etat Islamique [qui en aura disparu, grâce aux Kurdes!]. John Bolton avait pris soin de faire cette demande par écrit, précisant que lors de l’offensive turque annoncée contre les résidus de Daech, l’armée turque devra collaborer avec le groupe kurde YPG, soutenu par les Américains. Ce groupe kurde a joué un rôle important pour défaire Daech mais il est considéré comme “terroriste” par Ankara.

Avec son langage outrancier typique, Recep Erdogan a opposé une fin de non-recevoir catégorique à la demande américaine: “Ces déclarations de John Bolton sont pour nous inacceptables et impossibles à digérer. John Bolton a commis une très grave erreur” a-t-il éructé avec arrogance lors d’une discours devant le Parlement turc. Puis, de manière théâtrale il a déchiré cette lettre sous les ovations.

Celui qui se prend pour un nouveau sultan a indiqué que les derniers préparatifs pour la grande offensive sont en cours et a martelé que “la Turquie continuera à combattre tous les terroristes qui tentent de déstabiliser le pays”, y compris [et surtout] l’YPG. Ankara compte en fait prendre prétexte du combat contre Daech en Syrie du Nord pour “nettoyer” la région – sans prendre de pincettes – des groupes kurdes qui revendiquent une autonomie. “Nous allons exterminer tous les groupes terroristes en Syrie” a assuré Erdogan qui a une nouvelle fois assuré que l’armée turque ne “tue pas de civils”.

Son nez a dû passablement se rallonger. Une fois de plus.

Photo illustration

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.