A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil Israel En Israël, une première éclaircie sur le front vaccinal

En Israël, une première éclaircie sur le front vaccinal

1 402 vues
0

En Israël, une première éclaircie sur le front vaccinal Par Pierre-Simon Assouline, correspondance à Tel-Aviv — 

Vaccination dans une maison de retraite de Ramat Gan, en Israël, ce mercredi.
Vaccination dans une maison de retraite de Ramat Gan, en Israël, ce mercredi. Photo Oded Balilty. AP

Une étude préliminaire portant sur 200 000 vaccinés âgés de plus de 60 ans tend à indiquer une chute du taux d’infection après quatorze jours et que le sérum de Pfizer préviendrait aussi la transmission de la maladie asymptomatique.

Israël confirme son rôle de pays test pour le vaccin Pfizer, et commence à récolter les fruits de sa campagne de vaccination à grande échelle (22,5% de sa population, soit plus de 2 millions de vaccinés à ce jour) affinée par l’utilisation extensive des bases de données médicales de patients, collectionnées depuis le début des années 2000.

Les premières données – partielles – relatives à l’efficacité du vaccin Pfizer pour juguler la pandémie du Covid-19 sont tombées. Leur analyse s’avère réconfortante, mais la prudence reste de mise pour tirer des enseignements plus poussés.
Mardi soir, l’Institut de recherche de la principale caisse de santé israélienne, la Clalit, a rendu publics les éléments d’une étude préliminaire des effets du vaccin Pfizer sur un groupe de 200 000 personnes âgées de plus de 60 ans, seuil d’âge prioritaire en Israël.

«Préliminaires et inédits»

L’analyse des données indique qu’après quatorze jours, on enregistre une chute de 33% du taux d’infection des personnes vaccinées. Le professeur Ran Balicer, directeur de l’Institut de recherches de la Clalit, qui dirige cette étude toujours en cours, précise à Libération qu’il s’agit «de résultats préliminaires, encore inédits, que nous avons observés ces derniers jours. Ils suggèrent que les résultats positifs parmi ceux testés pour le Covid-19 sont constants dans les cinq à douze jours suivant la vaccination parmi ceux vaccinés, vis-à-vis du groupe de comparaison non vacciné (200 000 chacun)».
La bonne nouvelle est que «les graphiques divergent au jour 14, avec une baisse de 33% chez les personnes âgées vaccinées, sans tendance similaire chez les non vaccinés». Il faut noter que les données ne révèlent pas, mais confirment tout d’abord, que le vaccin diminue le taux d’infection avec symptômes, ce qui était l’objet des essais menés par Pfizer dans leur troisième phase.
Mais ce test en conditions réelles révèle que le vaccin prévient aussi la transmission de la maladie asymptomatique. Cette forme du Covid-19 rendant plus ardue la lutte contre la transmission du fait de son invisibilité, cette nouvelle pourrait présager une lutte contre le virus plus efficace.

Questions en suspens

Ran Balicer, qui préside également l’équipe consultative d’experts nationaux israéliens sur le Covid-19, cité cette fois par le site Ynet, avise que le vaccin n’apporte pas de protection complète contre l’infection, «même dix-sept jours après la vaccination. Par conséquent, les personnes qui administrent le vaccin doivent continuer à faire attention, porter un masque et observer les précautions d’usage».
Parmi les questions qui restent en suspens, et que les résultats ultérieurs viendront sans doute éclairer, il faudra surveiller si le nombre de malades admis en soins intensifs diminue significativement après administration du vaccin.
Il sera également intéressant d’observer à quel degré les personnes ayant reçu le vaccin, mais ayant été contaminées après son administration, transmettent à leur tour le Covid-19. «Des articles scientifiques dans le cadre d’une étude plus élaborée sont en cours de rédaction, promet Balicer. Ils apporteront plus de lumière sur ce sujet.

Pierre-Simon Assouline correspondance à Tel-Aviv

Premier résultats encourageants de l’étude menée auprès des centaines de milliers d’Israéliens vaccinés.

La campagne de vaccination menée par Israël pourrait permettre d’apporter rapidement des résultats à grande échelle sur l’efficacité du vaccin.
Aujourd’hui Israël vaccine toute les 4h l’équivalent du nombre de personnes testées dans le cadre des essais cliniques de la phase 3 du laboratoire Pfizer, soit environ 25000 personnes.
Les données relatives à l’efficacité du vaccin Pfizer n’étaient basées jusqu’à présent que sur les essais cliniques conventionnels et commun à tous les vaccins effectués par les laboratoires.
L’institut de recherche KSM a examiné les données d’infection de 430 000 individus ayant reçu la première dose du vaccin Pfizer contre le Corona dès les premiers jours de la campagne de vaccination.
L’institut de recherche et d’innovation de Maccabi KSM a découvert que le vaccin corona de Pfizer est efficace pour prévenir l’infection à partir du 13e jour après avoir reçu la première dose.
KSM a utilisé les données réelles des 430 000 premiers vaccinés du Maccabi HMO, et a examiné le pourcentage de ceux infectés dans les premiers jours après avoir reçu la première dose, lorsque le vaccin n’est pas encore efficace.  
Ensuite, ils ont comparé ces données avec le pourcentage d’infections au 13e jour – et ont constaté que le pourcentage d’infections avait chuté de 60%.
Ce sont des résultats encourageants, mais l’enquête soulignent toutefois qu’il y avait encore des cas de personnes infectées même après que les 13 jours s’étaient déjà écoulés depuis la première dose.
Les chercheurs insistent sur le fait que, même après avoir reçu la première dose, les règles de distance sociale et le port du masque doivent être respectées.
Les chercheurs rappellent en outre que pour obtenir l’efficacité maximale du vaccin (95%, comme l’a déclaré Pfizer), il faut recevoir la deuxième dose du vaccin et attendre au moins une semaine.
Dans le temps, le chef des services de santé publique au ministère de la Santé, a déclaré hier dans un briefing « nous avons dépassé le seuil de mille patients difficiles et critiques dans les hôpitaux – 17 pour cent d’entre eux avaient reçu la première dose du vaccin.
Elle a ajouté: «Toutes les données que nous examinons, ainsi que le nombre de personnes qui sont tombées malades après avoir reçu un première dose, ne nous surprennent pas. L’efficacité à 95% du vaccin est liée à le deuxième injection ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.