Comment un fier juif séfarade a-t-il construit un empire financier mondial ?

Rencontre avec l’écrivain Daniel Gross, dont le nouveau livre détaille la vie et l’héritage d’Edmond J. Safra, qui a apporté des contributions monumentales à Israël.

Le journaliste financier Daniel Gross est de fière souche juive syrienne du côté de sa mère. Pourtant, l’historien et auteur de neuf livres ne connaissait le très privé milliardaire Edmond J. Safra que dans les termes les plus vagues.

Le banquier JACOB SAFRA et son épouse, Esther, ont construit une grande famille qui était un pilier de la communauté juive de Beyrouth.(crédit photo : Courtesy Fondation Edmond J. Safra)

« Je le connaissais comme un homme riche et un banquier qui vivait dans des endroits différents », rit Gross. « Je pensais avoir un aperçu privilégié car premièrement, je suis journaliste financier depuis 30 ans, et j’ai interviewé beaucoup de grandes figures de la finance mondiale à un très haut niveau. Deuxièmement, Safra est le plus grand nom de la communauté juive syrienne.

Gross, l’auteur du récent A Banker’s Journey: How Edmond Safra Built a Global Financial Empire, s’est adressé au magazine pour aller au cœur de l’homme qui a apporté des contributions monumentales à l’État d’Israël, sans jamais revendiquer la citoyenneté ou posséder une maison ici.

Le moment était venu

Edmond J. Safra est mort depuis près de 23 ans. Lorsque Gross a reçu la demande de la Fondation Edmond J. Safra d’écrire cette biographie, elle est venue avec la coopération expresse de la veuve de Safra, Lily, qui est malheureusement décédée quelques semaines avant la sortie de ce livre.

Gross a eu accès à une mine d’archives privées et à plus de 300 interviews retraçant l’histoire de la vie de Safra, de son enfance à Beyrouth en tant que fils du propriétaire de la Banque de Crédit National, Jacob Safra, à sa mort choquante dans un incendie à son domicile. à Monaco en 1999.

À la fin des années 1940, alors qu’il était encore adolescent, Edmond Safra évoluait de manière confidentielle dans le monde des adultes – vivant dans des hôtels en Europe, représentant la banque de son père et concluant des marchés pour de l’or. Photo : Genève, 1948, 16 ans. (crédit : Courtesy Edmond J. Safra Foundation)

« Edmond avait été envoyé par son père à Milan à l’âge de 15 ans pour parcourir littéralement les banques centrales d’Europe en achetant de l’or. Quand il avait 20 ans et que la famille avait besoin de quitter Beyrouth, c’est Edmond qui a décidé que la famille allait au Brésil », dit-il. « Il n’a pas pu obtenir la nationalité européenne. L’Amérique ne prendrait pas les gens. Son père avait déjà la soixantaine et Edmond était en fait un père de substitution pour ses deux jeunes frères. Il a payé les frais de scolarité de son frère Joseph au pensionnat en Angleterre. Il y a une belle lettre qu’il a écrite au doyen de la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie en 1957 : « Joseph peut-il venir seulement deux ans et suivre des cours de banque ? Edmond avait ce sentiment de sang-froid. Il avait déjà fait des affaires au moment où il avait 22 ans avec les Rothschild, mais Wharton ne le connaissait de personne. La réponse était non.

Des papiers familiaux et personnels en sept langues ont constitué l’ossature de cette biographie. En plus d’offrir une plongée profonde dans le climat bancaire international de la seconde moitié du XXe siècle, Gross montre comment Safra était perçue par la communauté bancaire internationale dans les extrêmes. C’était un prodige de la finance dont l’éthique pénétrait profondément dans la Torah ; et en tant que concurrent redouté à l’échelle mondiale, il pourrait être vilipendé pour sa façon démodée de garder ses banques près de sa manche, en installant la famille et les membres des communautés syriennes et juives de Beyrouth déplacées dans des banques qui opéraient depuis le Brésil, les États-Unis, l’Europe et , éventuellement, l’Extrême-Orient et Israël.

« Une partie de ce qui le rend très convaincant pour moi, c’est qu’être juif au XXe siècle, c’était être déplacé. Nous en savons énormément sur l’Europe, l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Nous en savons un peu sur l’expérience séfarade – Maroc, Yémen, Iran, Irak, etc. – et relativement peu sur la Syrie, et en particulier sur les Libanais, qui est une communauté tout à fait unique. La communauté juive de Beyrouth comptait environ 6 000 personnes à son apogée avant la fondation de l’État d’Israël, elle était donc assez petite. La grande synagogue d’Alep en Syrie a une pierre angulaire de 300 CE, qui est l’une des plus longues communautés juives continues au monde. Beyrouth n’a formé sa grande synagogue qu’en 1927. Ainsi, même si elle n’était qu’à 240 kilomètres dans le cadre de l’Empire ottoman, cette communauté ne s’est formée et cristallisée qu’à la fin du 19e siècle, au début du 20e siècle », dit-il.

Gross note que de nombreux Juifs qui ont débarqué à Beyrouth, comme les Safras, étaient venus d’Alep et de Damas. « En 1947-1948, vous avez eu des pogroms à Alep et vous avez eu des pogroms à Bagdad. Les Israéliens sont allés chercher tout le monde hors du Maroc. En 1948, ils ont fait sortir tout le monde du Yémen. Beyrouth avait ce sentiment de coexistence, où les Juifs n’étaient pas seulement en quelque sorte protégés mais faisaient partie de l’establishment. Dans les années 1950, 1960 et 1970, il y avait une communauté juive fonctionnelle à Beyrouth, et Edmond se rendait à Beyrouth jusqu’à l’époque de la guerre civile. C’est un genre d’expérience très différent de la plupart des autres expériences vécues par les Juifs dans le monde arabe », dit Gross, ajoutant que Safra était quelqu’un qui avait plusieurs identités.

« C’était un banquier et un philanthrope. Il était l’héritier d’une famille bancaire multigénérationnelle, et aussi un entrepreneur qui a fait des start-ups. Il a conservé sa nationalité et son passeport libanais toute sa vie, après la guerre civile et après les invasions israéliennes. Il possédait toujours la Banque de Crédit National de son père Jacob, BCN, la banque que son père a fondée en 1920 et a continué à fonctionner jusqu’à sa mort en 1999. Il avait d’autres banques dans le monde valant des milliards. Pourtant, il s’accrochait farouchement à cette petite banque et à sa citoyenneté.

« C’était un banquier et un philanthrope. Il était l’héritier d’une famille bancaire multigénérationnelle, et aussi un entrepreneur qui a fait des start-ups. Il a conservé sa nationalité et son passeport libanais toute sa vie, après la guerre civile et après les invasions israéliennes. Il possédait toujours la Banque de Crédit National de son père Jacob, BCN, la banque que son père a fondée en 1920 et a continué à fonctionner jusqu’à sa mort en 1999. Il avait d’autres banques dans le monde valant des milliards. Pourtant, il s’accrochait farouchement à cette petite banque et à sa citoyenneté.
Daniel Gross

À Alep et à Beyrouth, les communautés juives avaient des conseils formels pour s’assurer que les gens étaient pris en charge, et la famille Safra, étant ce que Gross décrit comme presque les aristocrates de cette communauté, était les leaders parmi les leaders de l’organisation formelle. Jacob Safra, le père d’Edmond, avait été le président de la communauté juive de Beyrouth.

« Dès son plus jeune âge, le manteau du leadership, du parrainage, des communautés de Beyrouth et d’Alep est tombé sur les épaules d’Edmond. C’était son patrimoine personnel et ses banques qui étaient les véhicules pour protéger l’épargne des gens, pour les aider à démarrer dans l’exil.

« Edmond faisait des affaires dans les années 40 et 50 avec des Saoudiens et des Koweïtiens », explique Gross. « Il avait des réseaux avec des Juifs séfarades partout dans le monde et dans le monde arabe en général. Il a estimé qu’il devait garder un profil bas concernant son identification avec Israël, car s’il ne le faisait pas, les Juifs de Beyrouth et de Syrie en souffriraient. Ils étaient effectivement des otages d’une certaine manière, et il s’occupait d’eux.

S’IDENTIFIANT FORTEMENT à son héritage séfarade, Safra inaugure en 1980 le complexe de la synagogue qu’il construit à Bat Yam pour les membres de la communauté juive libanaise qui s’y sont installés. Ici avec le grand rabbin Ovadia Yosef et le rabbin Yaakov Atiya, son rabbin de Beyrouth. (crédit : Avec l’aimable autorisation de la Fondation Edmond J. Safra)

Les lettres que Gross a découvertes parmi les documents personnels de Safra ressemblaient à ceci : « Je fuis Beyrouth, j’ai besoin d’un travail », et Edmond répondait : « Viens au Brésil. J’ai un travail pour toi. A São Paulo, les frères Safra avaient créé Banco Safra. Une autre lettre disait : « Nous devons quitter Beyrouth. Nous allons à New York.

Dans les années 1960, Edmond avait fondé la Republic Bank et était en train de faire de cette petite banque la 14e plus grande des États-Unis. « Viens à New York. J’ai un travail pour toi, écrivait Edmond.

La loyauté de Safra envers les communautés juives de Beyrouth et de Syrie a cependant eu un prix élevé .

Philanthropie en Israël

Gross a découvert que la famille Safra avait été parmi les plus grands partisans de Porat Yosef , la yeshiva de la vieille ville de Jérusalem créée par des juifs d’Alep, datant des années 1940 et 1950 .

Safra, comme son père Jacob avant lui, avait une révérence particulière pour le rabbin Meir Baal Haness, un érudit tannaïtique de l’époque romaine, dont la tombe à Tibériade est devenue un sanctuaire pour les juifs ashkénazes et séfarades. Edmond a envoyé de l’argent à Tibériade pour rénover les ruines de Baal Haness au nom de son père dans les années 1950.

En 1977, le rabbin de Beyrouth Yaakov Atiya a fait son aliyah, s’est installé à Bat Yam et au cours des quatre années suivantes, Safra a construit à lui seul la synagogue, menant à sa première véritable visite en Israël depuis une escale à l’aéroport de Lod en 1947. Quelques années plus tôt , en 1975, il avait créé la Fondation Terris, s’engageant à verser 1 million de dollars pour soutenir la construction et l’entretien de synagogues séfarades et d’institutions religieuses en Israël. Le travail serait supervisé par un comité comprenant le grand rabbin Ovadia Yosef et deux représentants du gouvernement.

« À peine 6 % des Juifs séfarades en Israël ont fréquenté l’université, et beaucoup ont été poussés dans des écoles professionnelles. L’objectif d’Edmond était de donner aux enfants séfarades une meilleure chance de s’intégrer pleinement dans la société israélienne grâce à des opportunités pour des niveaux d’éducation plus élevés en créant, en 1977, la Fondation internationale pour l’éducation séfarade, ISEF.

Daniel Gross

« À peine 6 % des Juifs séfarades en Israël ont fréquenté l’université, et beaucoup ont été poussés dans des écoles professionnelles », écrit Gross dans A Banker’s Journey. « L’objectif d’Edmond était de donner aux enfants séfarades une meilleure chance de s’intégrer pleinement dans la société israélienne grâce à des opportunités pour des niveaux d’éducation plus élevés en créant, en 1977, la Fondation internationale pour l’éducation séfarade, ISEF.

« Il existe de nombreux témoignages de son soutien à des organisations caritatives en Israël, mais il a toujours été un peu méfiant quant à l’identification publique avec les dirigeants politiques d’Israël. Il rencontrerait en privé Moshe Dayan. Il a participé à une collecte de fonds d’urgence à la suite de la guerre du Yom Kippour, mais l’a gardée publiquement secrète car il craignait ce qui arriverait non seulement à ses entreprises mais aussi à la communauté juive de Beyrouth et d’Alep, à laquelle il était identifié, s’il était trop public », dit Gross.

Dans les années 1980 et 1990, alors que la majeure partie de la population juive restante était hors du Liban et de la Syrie, Safra a commencé à venir plus fréquemment en Israël, et sa philanthropie a été révélée au grand jour avec la nomination du campus municipal de Jérusalem Safra Square en l’honneur de ses parents. Aux enchères, il a acheté le manuscrit de la théorie de la relativité d’Albert Einstein pour le donner au Musée d’Israël. En 1991, les frères Safra ont étendu leurs activités bancaires en Israël avec l’achat de FIBI, la première banque internationale d’Israël.

Vendetta et justification

Gross note qu’il y avait toujours cette question sur la façon dont les Safras gagnaient leur argent. « Ses sociétés étaient cotées en bourse et vous pouviez en être actionnaire. Ce n’était pas un secret quant à la façon dont ils gagnaient de l’argent. Mais sa vision de la banque était en contradiction avec, disons, ce que faisaient CitiGroup ou JP Morgan. Selon lui, sa première responsabilité était envers ses déposants. Aux États-Unis, nous avons une assurance-dépôts. Au Liban, il n’y avait pas d’assurance des dépôts. Votre assurance-dépôts était votre nom. Vous avez emprunté au nom de votre famille, et si vous ne remboursez pas, c’est une marque de honte.

« Sa vision de la banque était d’abord : ‘Je vais protéger mes déposants, et par conséquent je ne vais pas prêter à des gens que je ne connais pas. Je ne vais pas fabriquer de cartes de crédit pour que quiconque puisse m’emprunter de l’argent. Je ne ferai pas d’hypothèques. Il prêtait à de très grandes entreprises établies et il prêtait aux gouvernements parce que les gouvernements remboursaient généralement leurs dettes. Et il prêtait au Fonds monétaire international ou à la Banque mondiale. De son point de vue, il préférerait faire un prêt à 4 % garanti par la Banque mondiale qu’à 8 % à quelqu’un d’autre et avoir à s’inquiéter d’être remboursé », déclare Gross, ajoutant : « Edmond n’a pas respecté les organigrammes. . Il appelait un directeur de banque ou un agent de crédit de niveau inférieur s’il voulait des informations – et de nombreux juniors bénéficiaient d’un lien direct avec le patron.

Jusqu’à présent, le seul livre à avoir été écrit sur Edmond Safra a été Vendetta : American Express and the Smearing of Edmond Safra, un ouvrage qui s’est penché sur une opération secrète impliquant American Express et ses espions, agents doubles et journalistes devenus hommes de main déterminés à une mission pour nuire à Safra. L’auteur Bryan Burrough a écrit près de 500 pages pour justifier Safra, laissant à Gross un programme plus large pour se concentrer sur moins de sensationnalisme et plus sur l’énormité de l’héritage bancaire et philanthropique de Safra.

Safra avait épousé la mondaine d’origine brésilienne Lily Watkins , dont la mère était juive ukrainienne et le père était un ingénieur juif écossais. Ils se sont mariés dans la quarantaine et n’ont jamais eu d’enfants ensemble, bien que les photographies de famille montrent Safra détendu et se délectant clairement de son rôle de père de famille pour les enfants et petits-enfants survivants de Lily d’un mariage précédent. Les Safras ne se sont jamais tout à fait remis de la tragique nouvelle de la mort du fils de Lily, Claudio, et de leur petit-fils dans un accident de voiture au Brésil en 1989.

Lily Safra est décédée cet été à 87 ans d’un cancer du pancréas. Présidente de la Fondation Edmond J. Safra, qui a soutenu des centaines d’organisations à travers le monde, invitée de premier plan et artiste de la plus haute famille royale d’Europe, sa mort à Genève a marqué la fin d’une époque.

« Edmond ne jouait pas au golf, au tennis et n’avait pas beaucoup de loisirs, mais collectionner était une passion qu’il partageait avec Lily », écrit Gross. « Il aimait la poursuite des enchères, le calcul de la valeur relative et la compréhension de la dynamique des enchères de la même manière qu’il aimait fouiller les marchés et rechercher des offres, qu’il s’agisse de peintures, de dessins, de sculptures, de tapis, de meubles, d’objets décoratifs ou de montres. ”

Il est amusant de spéculer sur ce qu’aurait été la reprise de Safra à cet aperçu impressionnant de sa vie à la fois à l’intérieur et au-delà de la banque. Daniel Gross découvrit qu’« Edmond répondait souvent en hébreu par le premier vers de l’Ecclésiaste, Kohelet, disant que tout est vanité, tout ce que l’homme fait finalement est futile, car le monde continue de tourner et le soleil se lève et se couche comme avant, et l’homme ne peut pas modifier les choses de manière significative.

Et pourtant, la voici, en Israël et bien au-delà : preuve qu’Edmond Safra a peut-être donné tort à l’Ecclésiaste. Son héritage familial est bel et bien vivant, prêt à continuer pendant que Dieu sait combien de levers et de couchers de soleil encore.

Source : the Jerusalem Post

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.