Toulouse : Jonathan est mort aux côtés de ses anges Arieh et Gabriel

0
10

Abattu lundi, le rabbin Jonathan Sandler, 30 ans, venait d’arriver au collège-lycée Ozar-Hatorah à la rentrée 2011.Le rabbin Jonathan Sandler est mort avec ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel, 4 ans, et laisse une veuve et une petite fille. L’enseignant était natif de Bordeaux, où il a vécu avec ses parents. Ancien élève d’Ozar-Hatorah, Jonathan, dont le père Samuel est aujourd’hui président de l’Association culturelle israélite de Versailles, était ensuite parti étudier dans une yeshiva à Jérusalem.

Après un séjour de trois ans, il était revenu en France en 2007. Marié, il était ensuite retourné en Israël et s’était de nouveau installé à Jérusalem. Jonathan Sandler y enseignait à des étudiants français souhaitant devenir rabbins et professeurs. Depuis septembre dernier, outre ses fonctions d’enseignement à Ozar-Hatorah à Toulouse, il enseignait chaque semaine le talmud à des étudiants juifs à Bordeaux, où il était attendu mardi soir. Lundi soir, Edgar Cohen, un membre de la communauté juive de Toulouse, rendait hommage à «un homme brillant, respecté, ses cours étaient remarquables».

Aux côtés des Sandler, une autre enfant est également tombée sous les balles. Âgée de 7 ans, Myriam était la fille du directeur d’Ozar-Hatorah, Yaacov Monsonego. Elle était scolarisée, comme Arieh et Gabriel Sandler, dans l’école primaire Gan Rachi. Dans la cour de l’établissement, Yvan Lévy, président du comité régional du Fonds social juif unifié, s’insurge: «C’est la communauté qui a été visée. Il n’y a pas de doute possible. Ici, vous avez d’un côté les bâtiments dédiés à l’enseignement et, juste en face, vous avez notre synagogue. Il faut trouver celui qui a fait cela le plus rapidement possible. Les enregistrements des caméras de vidéosurveillance sont d’une rare violence.»

Deux jeunes collégiennes viennent à peine d’arriver sur place alors que dans la rue, le balai des ambulances et des voitures de police se poursuit. Elles sont effondrées: «Nous devions être en cours à 8 heures mais nous sommes arrivées plus tard. Nous aurions pu être dans la cour à ce moment-là. Le tueur s’en est pris à des enfants. Il a visé la tête. C’est barbare!» Serge Selmen fait partie également de cette communauté sous le choc: «Les mots du président de la République sont des mots justes, adaptés à la situation. Pour nous, il était important d’entendre de tels propos. Nous ne sommes pas seuls aujourd’hui. Nous avons été touchés en plein cœur.» Corinne est la maman d’un élève scolarisé dans l’établissement, elle a quitté Bordeaux quelques heures plus tôt, lorsqu’elle a appris la nouvelle: «S’en prendre à des enfants, c’est ce qu’il y a de plus sacré»!

Par Jean-Wilfrid Forquès Article original

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here