François Hollande qui veut leurrer les juifs

0
6

L’aspirant président est allé se recueillir, à Varsovie, devant le monument commémorant la révolte d’avril –mai 1943 des Juifs du ghetto….

Notre candidat s’est étonné : comment tout cela a-t-il été possible ?

Comment des hommes ont-ils pu créer l’enfer pour d’autres hommes et comment ces autres hommes ont-ils pu maintenir des parcelles d’humanité dans cet enfer ?

Double question très sartrienne, en vérité.

Il est vrai que celui que Mélenchon a traité de capitaine de pédalo, pour lequel il roule très à gauche de la piste cyclable maastrichtienne, joue les esprits profonds et les grandes âmes.

Monsieur Hollande aurait débité ce discours angoissé il y a quelques années, j’aurai pu croire que les paroles exprimaient la pensée.

Mais nous sommes le 12 mars 2012, un demi million de Juifs d’Israël a passé le dernier week-end enfermés dans des abris antimissiles.

Toutes les vingt minutes, les roquettes explosaient autour d’eux, faisant plusieurs centaines de blessés.

Comment croire à la sincérité du discours varsovien de François Hollande ?

Nous sommes dans une période marquée par deux récentes prises de positions, faisant intégralement leur le programme de « mein Kampf », mis en œuvre à Varsovie-Treblinka, pour ne parler que de ces deux hauts lieux de la mise à mort des Juifs.

Je veux parler ici des derniers discours d’Ahmadinejad -appelant à la destruction totale des Juifs, en Israël et ailleurs- et du prêche du mufti de Jérusalem, à l’occasion de l’anniversaire de la constitution du Fatah.

Ce dernier a expliqué, aux cadres du Fatah et de l’autorité palestinienne (ce sont souvent les mêmes hommes), -par la « théologie »-, l’impossibilité de conclure la paix entre Juifs d’Israël et Arabes musulmans de la future Palestine.

La seule paix possible serait celle des cimetières.

En effet, a-t-il rappelé, le « hadith authentique » *1-répertorié par Muslim et Al Boukhari- fait un devoir religieux de tuer des Juifs, de tuer tous les Juifs.

C’est la condition de la victoire finale de l’islam, a expliqué le maître à penser religieux du Fatah.

Dans ces conditions, comment croire à la sincérité d’un homme, aux trémolos dans la voix, pour parler du demi million de Juifs enfermés, -sans espoir de sortir, entassés à treize, voire à plus, par pièce, sans chauffage même pendant les rigoureux hivers polonais, avec moins qu’à peine de nourriture, sans médicaments, sans école, sans droit de se réunir pour prier ou discuter, sans journaux-, alors que la répétition de cette tragédie est ouvertement préparée par Ahmadinejad et ses hommes de main du Hamas, du Hezbollah et des groupes salafistes tunisiens et égyptiens et leurs alliés soudanais de Khartoum?

Il y a deux ou trois semaines, lorsque je me suis interrogé tout haut :
« comment un Juif peut-il voter François Hollande ? » j’aurai choqué quelques bons et braves Yid.

Il y en a même un qui m’a téléphoné, pour me reprocher, à cause de cela,
« d’appeler à voter pour Marine Lepen ».

Soyons sérieux .

Il ne tenait qu’à François Hollande, de profiter de son recueillement devant le mémorial du ghetto révolté puis rasé intégralement, pour dire à la face du monde : plus jamais ça !

Nous ne permettrons pas que les furieux qui oppriment leur propre peuple, mettent en œuvre leurs plans sataniques pour réaliser intégralement l’œuvre de mort hitlérienne.

Nous ne laisserons pas le tyran iranien poursuivre ses lubies criminelles !

Moi au pouvoir, jamais le vulgaire assassin Fofana n’aurait pu fanfaronner et encore moins défier l’administration pénitentiaire, en se faisant filmer dans sa cellule, pour y lancer une campagne d’appel au meurtre contre les Juifs.

Moi président, je dirai que la Palestine, celle que nous voulons reconnaître, devra être vis-à vis d’Israël comme l’est l’Allemagne vis-à-vis de la Pologne : les Polonais vont librement en Allemagne et les Allemands se rendent librement en Pologne ; bien qu’il y ait eu le terrible conflit de 1939-1945.

Moi président, je dirai que la question dite des réfugiés arabes de la
« Palestine mandataire », ne concerne et ne doit concerner que les descendants et seulement les descendants
vérifiés des six cents mille arabes de Palestine, ceux ayant fui les combats déclenchés en décembre 1948 par les Frères musulmans et leurs auxiliaires, puis amplifiés le 15 mai 1948 par les Etats de la Ligue arabe déclarant la guerre à Israël « pour jeter tous les Juifs survivants à la mer ».

Je dirai, que les réfugiés », c’est aussi le million de Juifs des pays arabo-musulmans poussés dehors de leurs pays et de ce qui était leur devenu leur pays, par décision officielle ou par insidieuse pression, Juifs expulsés dont deux tiers on trouvé refuge sur la terre des aïeux.

L’un et l’autre problème devant trouver une solution contractuelle, politique, dans la libre circulation.

Or actuellement, cette libre circulation n’existe pas.

Actuellement, le haut du pavé, surtout depuis ce que nous appelons révolution arabe s’est mise en route, est tenu par des prédicateurs qui appellent à achever le programme de « mein Kampf ».

On me dira que je fixe haut la barre des conditions posées à ce bon bougre de François Hollande.

Je ne crois pas.

Je pousserai haute la barre, si le Mitterrand numéro deux avait démenti la rumeur selon laquelle Hubert Védrine, un homme qui déteste cordialement Israël, ne sera pas ministre des affaires étrangères, et même pas ministre du tout .

S’il avait fait dire à la belle Najat que le keffieh palestinien qu’elle arborait le jour de la présentation de l’équipe de campagne n’avait aucun sens politique et qu’elle n’approuvait pas du tout les propos du mufti de Jérusalem.

Alors, monsieur l’homme ému aux larmes devant le mémorial du ghetto de Varsovie, vous dîtes quoi, vous répondez quoi ?

Alain Rubin pour Israël-flash

*1 Les « hadiths » sont les « dits » de Mahomet.

On en a répertorié une cinquantaine de mille.

Certains sont dits authentiques, fixant les normes intangibles de la théologie et de la « philosophie » islamique, les autres non.

Ceux n’ayant pas été ainsi validés n’imposent rien.

Par contre, ceux ayant reçu le statut d’authenticité s’imposent à tout musulman, où qu’il vive.

Du point de vue de ce « dit authentique », le meurtre crapuleux perpétré par Fofana, sur la personne d’Ilan Halimi, est un acte héroïque, un pan de djihad.

Lundi 12mars 2012

Alain Rubin

Copyright © Israël Flash

France : François Hollande, un sommet de duplicité !

1 COMMENT

  1. La {{banalisation de la Shoa}} est une abomination. Que ce soit un antisioniste qui banalise ou qui relativise en disant « {Gaza, c’est le Ghetto de Varsovie} » ou encore « {les Israéliens font aux Palestiniens ce que les Nazis ont fait aux Juifs} » ou un sioniste qui écrive « {Sderot c’est le Ghetto de Varsovie} ». Se servir de ce genre de déclaration pour aboutir à condamner François Hollande alors qu’il se recueille sur le site du Ghetto de Varsovie est une ignominie. Continuez aussi à banaliser le discours de l’extrême-droite ou de l’aile dure de l’UMP et vous verrez sortir une Marine le Pen d’un chapeau.
    Il y a des Juifs qui votent Sarkozy et il y a des Juifs qui votent Hollande.Ils ont la même légitimité, les uns que les autres. {{Mais les procédés que des partisans de Sarkozy utilisent sur ce site sont pour désigner François Hollande comme « l’ennemi des Juifs » relèvent de la crapulerie politique et intellectuelle.}}Vos délires vous égarent et vous font devenir antisionistes :Si {{en 2012, Sderot}} c’est le {{Ghetto de Varsovie de 1942}}, pourquoi avoir créé Israël !

  2. Si Hollande n’est pas antisémite, il est extrêmement arriviste et prêt à tout pour exister politiquement et parvenir à ses fins, même s’il doit au passage détruire la France, ses valeurs… et la Communauté juive !

    La Communauté juive ne s’y trompe d’ailleurs pas puisque Sarko est crédité de presque 60% d’intentions de vote alors que Porcinet n’a que 13%. Malheureusement, il y en a encore parmi les Juifs qui n’ont pas compris, par idéologie de gauche (pauvres imbéciles) ou par naïveté…

    Quant à la question de l’abattage rituel, ce que disent les religieux (juifs ou musulmans) n’est qu’hypocrisie et mensonge car cela leur permet de faire tourner leur fonds de commerce…

  3. Hollande n’est pas antisémite, il est porteur des valeurs républicaines d’égalité et de liberté, au moins.

    On ne pourrait en dire autant de la droite dont l’antisémitisme affleure vite et réapparaît ouvertement périodiquement.

    A propos de l’abattage rituel et des déclarations de sarkozy Fillon, voir cet article de Olivier Assouly

    Il est insuffisant de dire, même si cela est parfaitement juste, que les propos de Nicolas Sarkozy sur la viande halal, relayés et étendus à la viande casher par son premier ministre, sont le fruit d’une stratégie politique calculé visant à séduire et capter l’électorat d’extrême droite. Se pose la question du choix du thème de l’abattage rituel des animaux.

    Or, à cet égard, l’histoire se révèle extrêmement féconde et instructive, car la droite française vient là puiser dans un fonds de commerce rhétorique et idéologique qui a déjà fait ses preuves dans l’entre deux guerres. Avec l’accession au pouvoir du parti national-socialiste, l’Allemagne, à partir de 1933, suivi de l’Italie en 1938, interdirent l’abattage rituel en vertu d’une politique ouvertement antisémite. Les arguments alors employés, à bien des égards proches de ceux entendus ces derniers jours étaient que ces pratiques étaient d’un autre d’âge, révolues et barbares, alors dépassées par la lame de la civilisation promise par les nazis. L’histoire s’est révélée plus ironique. Logiquement, les circonstances actuelles se prêtent à une forme d’anamnèse : la question de la viande halal fait remonter avec angoisse à la surface le sort naguère réservée à la viande casher et aux juifs.

    Au-delà, historiquement, la cruauté et la barbarie contre laquelle des chrétiens croyaient se prémunir a été au cœur d’un discours antisémite. L’Eglise voyait dans le refus catégorique du sang (en raison du rituel d’égorgement et d’épanchement du sang) un désir au fond insatiable et refoulé de sang et de meurtre, la marque d’un peuple sanguinaires, cruel et d’une férocité redoutable, sournoisement avide de la vie des autres. Coupables d’adorer tout ce sang évacué, les égorgeurs d’animaux ne les abattent pas, ils les assassinent, en portant atteinte à une « civilisation supérieure » – déjà en jeu il y a quelques semaines dans un discours de Guéant – et devraient rien moins qu’en être exclus.

    On constate en même temps que l’argument de cette droite conjugue des précédents historiques – la figure de l’égorgement sanguinaire – avec des motivations actuelles et plus diffuses concernant le sort des animaux destinés à la consommation humaine. D’autres Etats, dont la Suisse et la Finlande, continuent de s’opposer à la mise à mort rituelle des animaux. Aux pressions exercées par les sociétés de protection des animaux voyant dans l’égorgement la marque d’une souffrance animale intolérable s’ajoute la dénonciation des conditions industrielles d’élevage, d’abattage et d’hyperconsommation de viande dans les pays développés. Le travail du refoulé ne s’arrête pas là.

    La stigmatisation actuelle des musulmans – et par accident des juifs – ne sert-elle pas aussi à masquer des pratiques industrialisées d’élevage et d’abatage, intensives et productivistes, où les bêtes ne sont que de la matière première carnée ? S’imaginer alors qu’étourdir des bêtes conduites à la mort suffit à régler la question de la souffrance animale, c’est refuser de prendre en compte la violence des usines d’abatage, au reste comparables à des camps militaires, théâtre invisible à l’abri du regard des consommateurs. Si l’on peut risquer une comparaison, la question de la peine capitale aux Etats-Unis n’est pas moins problématique parce qu’on a administré rationnellement et « humainement » un calmant au condamné avant son exécution.

    Les lois religieuses alimentaires rappellent que l’acte de se nourrir n’est pas tant naturel, rationnel que moral, aux antipodes d’une rationalité que le marché n’a cessé de mobiliser dans son modèle « intensif » et inhumain de productivité. A ce titre, contrairement aux déclarations désolantes de François Fillon, il est absurde de poser que l’évolution des mœurs et des règles sanitaires devraient « évoluer », avoir raison de règles religieuses aujourd’hui dépassées. C’est un préjugé qui pose que les interdits alimentaires répondaient à l’origine à des préoccupations sanitaires. Un animal porteur de maladies ne pose-t-il pas un problème suffisamment grave pour être écarté sans le secours de lois religieuses ? De plus, un acte de la foi n’attend rien d’une quelconque preuve scientifique.

    Précisément, la force du rituel d’abattage est de se confronter au problème du sort de l’animal et d’assumer les tensions d’une mort provoquée. La question de la vie animale est centrale. Ceci exclut que le sang de l’animal, symbole de la vie, puisse être consommé.

    suite http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/15/abattage-rituel-le-retour-du-refoule_1668869_3232.html

  4. UMPS, Sarkozy, Hollande, c’est « blanc bonnet, bonnet blanc » : ils défendent la même politique qui est aussi celle des compagnies pétrolières c’est-à-dire pro-arabe et anti-israélienne. Si demain l’Iran décide de rayer Israël de la carte, ils ne lèveront pas le petit doigt pour le défendre. Leurs atermoiements pour éviter une intervention militaire directe contre les fous d’Allah de Mahmoud Ahmadinejad sont semblables à ceux des munichois de 1938 envers les nazis : on connaît le résultat… Ne leur accordons aucune confiance, ils vendraient leur âme et celle de la France pour un champ de pétrole !

  5. Regardez l’équipe de campagne de Hollande, il est entouré d’une multitude d’arabes (Belkacem, Bouti etc). Voter Hollande, c’est voter pour un gouvernement composé de ministres arabes ou pro-arabes, pas des petits ministres insignifiants mais des Malek Bouti, des Harlem Désir et bien d’autres qui se feront un plaisir de renforcer encore plus le pouvoir des musulmans en France, bien au delà du halal et du communautarisme habituel d’une population qui compte déja 10 millions d’individus environ !!!

    Or, tout le monde sait que les musulmans de France (noirs et arabes) ont réussi à faire émerger l’antisémitisme, à peine enfoui depuis l’affaire Dreyfus et Vichy, alors qu’aucune des peines prévues par la loi contre l’antisémitisme n’est appliquée au quotidien (clientélisme oblige).

    Voter Hollande, c’est voter pour la régularisation des clandestins musulmans qui pourrront ensuite à leur tour voter à gauche, assurer la pérennité du pouvoir du PS et renforcer le pouvoir musulman en France.
    Voter Hollande, c’est aussi affaiblir et mettre en danger la communauté juive que sa minorité rendra encore plus vulnérable et sujette à l’antisémitisme musulman.

    Hollande est un véritable imposteur pour les Juifs, comme Mitterrand l’a été à son époque après les avoir utilisés pour se faire élire. Les Juifs qui voteront Hollande signeront l’arrêt de mort de notre Communauté et seront responsables de sa persécution et de son déclin.

  6. Si vous voulez voter pour Sarkozy c’est votre choix, mais il ne faudra pas s’étonner qu’après les palestiniens réclament le Kotel à l’UNESCO après avoir demandé l’église de la nativité de Bethléem.

    En 10 ans la Droite française a fait terriblement mal à Israël et depuis 5 ans le soi disant ami d’Israël n’a rien changé bien au contraire..

    François Hollande revendique l’héritage de François Mitterrand, il faut lire le discours de François Mitterrand à la Knesset le 4 Mars 1982..

  7. La prochaine fois au lieu d’aller jusqu’en Pologne pour faire son cinéma à deux balles , je lui conseillerai s’il souhaite nous soutenir , de prendre simplement le métro , de changer à Chatelet , de descendre à la station  » Champs Elysées  » et de venir manifester avec nous devant l’Ambassade d’Israël . Mais pour cela il faut du courage et ne pas être pro palestinien .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here