SONDAGE EXCLUSIF – Le match reste ouvert à droite en vue de la présidentielle.

L’érosion du vote Zemmour, la chute de Macron, une dynamique chez le LR , sont les nouveaux paramètres de l’élection présidentielle.

A un mois du congrès qui désignera le candidat des Républicains à l’élection présidentielle, aucun des favoris ne semble se détacher, selon le dernier baromètre Elabe – « Les Echos ». En revanche, la popularité d’Eric Zemmour connaît un coup d’arrêt brutal à droite.

Tout reste possible à la droite de l’échiquier politique. Alors que les Républicains désigneront dans exactement un mois leur candidat à la présidentielle , le dernier baromètre Elabe pour « Les Echos » démontre qu’aucune personnalité de cette famille politique ne se détache pour l’instant dans l’opinion. En revanche, la candidature potentielle d’ Eric Zemmour suscite moins d’enthousiasme que les mois précédents.

Parmi les cinq candidats qui se disputeront l’investiture des Républicains lors d’un congrès le 4 décembre, Xavier Bertrand reste le mieux placé avec 28 % des Français ayant une image positive du président de la région Hauts-de-France, même s’il a perdu 3 points lors du mois écoulé.

Premier débat le 8 novembre

Viennent ensuite Michel Barnier et Valérie Pécresse , tous deux crédités de 24 % d’opinions favorables. Moins connus du grand public, les deux outsiders Eric Ciotti et Philippe Juvin ont une image positive aux yeux de respectivement 14 % et 10 % des sondés.

Mais pour Bernard Sananès, président d’Elabe, il est encore trop tôt pour que ces candidats espèrent enclencher une dynamique dans l’opinion. « Il faudra attendre les débats précédant le congrès. Et on y verra plus clair une fois le candidat des Républicains désigné », analyse-t-il. Le premier débat doit se tenir lundi prochain, 8 novembre.

Bertrand prend le large

Chez les Français se déclarant sympathisants de droite aussi, c’est Xavier Bertrand qui domine la bataille de l’opinion, avec 72 % d’avis positifs, en hausse de 2 points. Il distance ainsi Valérie Pécresse, qui enregistre ce mois-ci une baisse de 9 points, se maintenant toutefois à 62 %.

Mais les grands gagnants de cette course à l’investiture sont les candidats moins identifiés par l’opinion, qui ont pu profiter de cette fenêtre médiatique pour se faire connaître par l’électorat de droite. Michel Barnier gagne ainsi 8 points en un mois, à 56 % d’opinions favorables, suivi par Eric Ciotti (46 %, +14) et Philippe Juvin (25 %, +12).

Des chiffres qui laissent présager du résultat du vote interne du 4 décembre ? Bernard Sananès appelle à la prudence : « Près de 10 % des Français se déclarent sympathisants des Républicains, soit entre 4,5 et 5 millions de personnes. Très loin des quelque 100.000 militants qui voteront au congrès », précise le sondeur. Surtout ces deux publics ne sont pas sensibles aux mêmes paramètres.

Par exemple Xavier Bertrand, qui reste très populaire chez les sympathisants de droite, doit faire face à une plus grande défiance des militants LR. Ceux-ci demeurent échaudés par son départ du parti pour tenter une candidature présidentielle en solitaire, avant d’avoir accepté sur le tard de participer au congrès et de reprendre sa carte dans la foulée. « Ces débats internes sont sans doute moins importants aux yeux des sympathisants pour qui la capacité à se qualifier pour le second tour, même si elle est loin d’être acquise, est un argument fort », précise le président d’Elabe.

Fort ressac pour Zemmour

Cette éventuelle qualification reste toutefois cautionnée à une donnée qui échappe aux Républicains : la potentielle candidature d’Eric Zemmour. Dans le baromètre Elabe, le polémiste d’extrême droite, qui n’a toujours pas clarifié ses ambitions, enregistre une forte chute auprès de l’ensemble des Français. Seuls 20 % d’entre eux en ont une image positive, en recul de 5 points en à peine un mois. Il est même de loin la personnalité politique la plus rejetée, avec 52 % d’avis « très négatifs ».

Un arrêt net dans sa progression qui signe l’arrêt, temporaire ou non, de sa forte dynamique et qui trahit l’essoufflement de l’effet de nouveauté, voire une certaine lassitude face à l’omniprésence du candidat putatif dans les médias.

D’ailleurs, cette baisse de popularité est encore plus marquée chez les sympathisants de droite, où le polémiste perd 9 points mais reste à 40 % d’opinions favorables. Chez les sympathisants du Rassemblement national enfin, il perd 10 points et conserve une image positive pour 48 % de cet électorat, très loin derrière les 91 % de Marine Le Pen. « La présidente du Rassemblement national a repris la main, notamment sur les sujets comme la sécurité et le pouvoir d’achat. Surtout, ils ont compris qu’Eric Zemmour représentait une menace pour la campagne de leur candidate », estime Bernard Sananès.

Sondage effectué les 2 et 3 novembre 2021 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Les Echos

9 Commentaires

  1. Présenter un article des « Échos », ce torchon macroniste sans idées et sans convictions, revient à faire de l’auto persuasion ! Mais en aucun cas, cela ne reflète la vérité.

  2. Ils ont tellement peur de Zemmour qu’ils veulent l’empêcher de se présenter .

     » Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage  » .

    La campagne va être sanglante . , pourvu que Sarah Knafo ne le laisse pas  » tomber  » .

    Je n’aime pas trop les  » couples  » en politique …….ça tombe dans le people avec tout que cela comporte .

    Enfin , on verra bien .

  3. Une candidature de Zemmour serait un coup dur pour Macron, car avec Zemmour candidat, MLP serait privée de second tour au profit du candidat LR dont l’ascension dans les sondages serait inéluctable dès qu’il serait connu. Et en cas de duel Macron vs candidat LR, le « tout sauf Macron » jouerait en faveur du candidat LR.

    Mais Zemmour n’est pas encore candidat et on peut compter sur Macron pour tenter de le dissuader de se déclarer. Mais ce ne sera pas facile car Zemmour s’est trop avancé pour renoncer. Il faudrait presqu’il soit empêché de se présenter.

  4. Prendre un article publié par « Les Echos » qui lavent au vitriol Zemmour, est une faute.
    La totalité des médias français sont très en colère après Zemmour qu’ils détestent, délégitimisent, lynchent au quotidien en le qualifiant de raciste, antisémite (sic), extrémiste de droite, haineux, provocateur, fauteur de troubles, menteur, falsificateur, pétainiste, dangereux, et autres amabilités.
    Comme si cela ne suffisait pas, toute la clique des organisations juives aux ordres du Micron, repassent une couche de dénonciations calomnieuses et injurieuses.
    L’article qui est proposé ici, prévoit une victoire du mollasson Xavier Bertrand qui s’il était élu, sera un nouveau désastre pour la France.
    Ce sont des torchonistes aux cerveaux en panne qui nous bassinent depuis des lustres avec leurs conneries auxquelles personne ne croit, tout en voulant imposer leurs prévisions qui ne se réalisent jamais, mais qui sont martelés par toutes les chaines d’infaux en continu.
    Il y a de grandes chances pour que Zemmour ne soit pas élu, sauf qu’en attendant, il a foutu un bordel monstre dans le pays, et qu’il a imposé les thèmes que des staliniens tordus ont caché sous le tapis depuis des lustres, tant il les craignait.
    Par contre, nous voyons que tous les candidats LR reprennent les propos de Zemmour pour grappiller des voix, ne serait-ce que pour atteindre le niveau de « l’extrémiste ».
    Les chaines du service public lynchent Zemmour au quotidien, sans doute sur ordre du Micron, qui commence à avoir des vapeurs en voyant qu’il le menace directement.
    Vas-y Eric, nous avions besoin de quelqu’un qui parle vrai, la preuve, c’est que tous les tocards de gauche ne le contredisent pas, ils veulent juste le faire taire….

    • je pense que Zemmour, s’il baisse dans les sondages et donc risquerait de ne pas être élu, ne doit s’en prendre qu’à lui meme. en effet : s’il est parfaitement correct et coherent dans ses analyses de la situation catastrophique de la France : identité, immigration arabo-musulmane, économie, Europe, Schengen, Affaires Etrangeres, et dénonce le politiquement correct de tout le monde politique hypocrite gauche/droite confondu :

      1/EZ, sans doute boosté par les sondages, a haussé d’une façon inouïe ces dernières semaines, une violence dans son discours justifiée selon lui par « le danger de mort de la France » : cela est contre productif, car il a deja atteint son objectif de libérer la parole et hausser le ton le rend antipathique quel que soit ses idées.

      2/attaquer publiquement la communauté juive dans son ensemble sur des sujets qui n’ont rien a faire dans une présidentielle : Pétain, Dreyfus, les enterrements en israel et la nationalité, les prénoms français etc.. est une erreur aussi, car la communauté juive ne pose pas de problème à la France ni à la république. en declarant « il faut tout accorder au juif en tant qu’individu mais rien au peuple juif » a été ressentie comme une agression par de nombreux juifs. ». Cette notion elle meme est dépassée puisque l’état i’israel existe pour le peuple juif et ce dernier, n’a pas attendu EZ pour decider s’ils devait rejoindre son peuple en Israel ou rester en France. cela a déstabilisé fortement la communauté. je rappelle que la communauté juive représente 0,6% de la communauté nationale et donc 99,4% ne sont pas intéressés en principe par la « question juive » sauf à libérer inutilement les voix antisemites de l’extreme droite.
      ce débat injustifié, était-il une erreur ou une volonté délibérée de dire aux musulmans « je ne suis pas islamophobe, je critique également la communauté juive » ?
      ou bien, était-il une volonté délibérée de gagner les voix des antisemites et de contrer déjà une future accusation de double allégeance vis a vis de sa communauté et d’Israel ?
      dans tous les cas EZ, n’a pas à « sacrifier’ la communauté juive pour « sauver » la France !

      par consequent, je peux comprendre qu’il puisse tomber dans les sondages, et j’ai de nombreux amis non communautaires, qui tres intéressés par EZ et toute son analyses de la situation, me disent qu’ils sont choqués par l’attaque de la communauté juive et ne voteront pas pour lui.

      pour être élu, Un president doit avoir des qualités et des défauts : en commettant ce type d’erreur, EZ démontre qu’il ne pourrait peut être pas être president ? Dommage pour la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.