FILE - This May 12, 2005 file photo shows a visitor viewing the Impressionist painting called "Rue St.-Honore, Apres-Midi, Effet de Pluie" painted in 1897 by Camille Pissarro, on display in the Thyssen-Bornemisza Museum in Madrid. A U.S. federal appeals court on Monday, Aug. 17, 2020 ruled that a priceless Camille Pissarro painting a Jewish woman traded to the Nazis to escape the Holocaust in 1939 may remain the property of the Spanish museum that acquired it in 1992. (AP Photo/Mariana Eliano, File)

Une toile spoliée de Pissarro attend le verdict de la Cour Suprême?

Le différend oppose depuis 2005 l’héritier d’une femme juive contrainte de vendre ses œuvres lorsqu’elle a fui l’Allemagne et un musée espagnol qui les a ensuite achetées

Dans une affaire ressemblant à celle de la « Femme en or », la Cour suprême des États-Unis doit se prononcer sur la question de savoir à qui appartient le tableau « Rue Saint-Honoré dans l’après-midi, effet de pluie » (1897) de l’impressionniste franco-danois Camille Pissarro suite à une audience de mardi dernier.

Les vrais propriétaires du tableau, la famille juive allemande Cassirer, se battent depuis près de 17 ans contre le musée d’art espagnol qui l’expose pour le rendre.

Ce tableau, qui montre des calèches et des piétons s’affairer à un carrefour parisien, appartenait en 1937 à une Juive allemande, Lilly Cassirer Neubauer, qui avait été contrainte de le céder à un responsable nazi en échange de documents lui permettant de quitter l’Allemagne. La famille Cassirer, Lilly Neubacher Cassirer a choisi de fuir le pays en 1939.

Après la Seconde Guerre mondiale, Lilly Neubacher Cassirer a passé des années à chercher le tableau en vain. Elle a accepté des paiements de réparation du gouvernement allemand lorsqu’elle a conclu que le tableau devait avoir été perdu ou détruit. Cependant, elle n’a jamais renoncé à son droit de rechercher et de réclamer le tableau s’il était trouvé, selon The Guardian. Le tableau est passé de propriétaire en propriétaire avant d’être acheté par le baron Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza de Lugano, en Suisse, en 1976. Le tableau était l’une des 775 œuvres que le baron a vendues à l’Espagne pour plus de 300 millions de dollars au début des années 90.

Le petit-fils de Lilly, Claude, a découvert le tableau au musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, en Espagne, en 2000. Lorsqu’il a demandé au musée de le lui rendre en Californie, ils ont refusé de le faire. Après que le tribunal espagnol ait rejeté sa demande de restitution du tableau, il a intenté une action en justice dans son État d’origine, la Californie, déclenchant ainsi la bataille juridique qui se poursuit à ce jour. Le fils de Claude, David, a poursuivi le combat après le décès de Claude en 2010.

« Cela fait trois générations que la famille Cassirer essaie de reprendre ce qui lui appartient », a déclaré l’avocat de la famille, Stephen Zack, du cabinet d’avocats américain Boies Schiller Flexner. Bien que personne ne nie le fait que le tableau est arrivé au musée en tant que bien volé, il n’y a pas eu de décision définitive quant à savoir si le propriétaire actuel du tableau peut être déterminé par la loi espagnole ou californienne.

La loi espagnole définit la propriété comme six ans de possession ininterrompue. De plus, le tribunal espagnol a appliqué une loi locale où la charge est plus lourde pour les victimes de prouver que la fondation aurait dû savoir que le tableau avait été volé, selon CNN .. Étant donné que la peinture a voyagé à travers le monde et de propriétaire en propriétaire, c’est une affirmation difficile à prouver. Cependant, en vertu de la loi californienne, quelqu’un ne peut pas revendiquer de manière viable un bien volé, selon Zack.

Cour suprême des États-Unis (crédit : Wikimedia Commons)Cour suprême des États-Unis (crédit : Wikimedia Commons)
Un tribunal californien a statué que la propriété du tableau relevait de la loi espagnole en 2015 – une décision qui a été confirmée par une cour d’appel en 2020. Insatisfaite de ce verdict, la famille Cassirer a poursuivi ses poursuites et l’affaire a ensuite été transmise aux États-Unis. Cour suprême. Les juridictions inférieures ont cependant reproché à l’Espagne de ne pas vouloir rendre le tableau volé.

Le site Web du Musée juif de l’exposition  » Afterlives: Recovering the Lost Stories of Looted Art « , récemment fermée, qui s’est déroulée d’août 2021 à janvier 2022, note qu’environ un million d’œuvres d’art volées ont été récupérées après la guerre. Environ 600 000 de ces œuvres sont des peintures, dont 100 000 sont toujours portées disparues , selon Stuart Eizenstat, représentant spécial du président et secrétaire d’État sur les questions de l’époque de l’Holocauste sous l’administration Clinton.

Le Guardian rapporte que les principaux organes directeurs de la communauté juive espagnole ont soumis des mémoires au tribunal en soutien à la famille Cassirer, décrivant la querelle de plusieurs années comme exacerbant les blessures profondes laissées par l’Holocauste. « D’autres préjudices et offenses [sont] causés à la population juive d’Espagne lorsqu’une institution financée par le gouvernement affiche publiquement et revendique la propriété légitime d’une œuvre artistique pillée par les nazis pendant l’Holocauste », a déclaré la Communauté juive de Madrid et la Fédération des juifs. Communautés en Espagne ont déclaré dans leur soumission.

La décision SCOTUS devrait être rendue dans quatre à six semaines.

Entre 1933 et 1945, les nazis ont volé, pillé, saisi ou détruit 600 000 œuvres d’art en Europe, selon un rapport du Congrès américain. Malgré des efforts de restitution, les conflits sont fréquents entre anciens et nouveaux propriétaires, et les tribunaux des deux côtés de l’Atlantique sont régulièrement amenés à intervenir.

« La Cueillette des pois », par Camille Pissaro. (Crédit : Domaine public via Wikimedia Commons)

Outre la toile « Rue Saint-Honoré », d’autres tableaux de Pissaro ont fait l’objet d’intenses querelles juridiques, dont « la Cueillette des Pois » – au sujet duquel s’opposent un couple de collectionneurs américains et une famille juive française -, ou « La Bergère rentrant ses moutons » – une héritière ayant finalement renoncé à ses droits au profit de l’Université de l’Oklahoma.

Jforum avec RIVKA HELLENDALL)  et AFP

Cette photo d’archive du 12 mai 2005 montre un visiteur regardant le tableau impressionniste intitulé « Rue St.-Honoré, Apres-Midi, Effet de Pluie » peint en 1897 par Camille Pissarro, exposé au Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid. (Crédit : AP Photo/Mariana Eliano, Archive)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.