Tsahal, l’armée la plus morale du monde? Par Pierre Lurçat

4
1848

Sans être un fervent lecteur du journal Ha’aretz – pain quotidien des élites israéliennes postsionistes – je dois reconnaître que le commentateur militaire Amos Harel a raison lorsqu’il écrit, au sujet de la réponse d’Israël aux accusations calomnieuses du rapport Goldstone, que “l’affirmation répétée comme un mantra selon laquelle Tsahal serait l’armée la plus morale du monde” est problématique. Non pas certes, comme le pense sans doute Harel, qu’elle soit fausse…

Au contraire ! Où a-t-on vu dans le monde une armée qui envoie des SMS aux habitants des immeubles qu’elle s’apprête à bombarder ? Si cette invention israélienne avait pu être utilisée à Londres, à Dresde ou à Hiroshima, elle aurait épargné la vie de millions d’être humains pendant la Seconde Guerre mondiale.

humains trop humains5.jpg

Cette affirmation est problématique précisément parce qu’elle est vraie. Elle pose un problème important, sans doute crucial, qui est celui de la morale et de la guerre. Nous autres Juifs, avons une fâcheuse tendance à nous complaire dans la posture de la victime, cédant ainsi à une tendance inhérente à la tradition juive (ou judéo-chrétienne).

Nous avons certes le droit de nous flatter d’avoir une armée composée de soldats au visage humain, et non de soudards, qui est aussi efficace – sinon plus – pour sauver des vies humaines au Népal que pour lutter contre le Hamas à Gaza.

Mais cela ne doit pas nous faire perdre de vue que le but premier de Tsahal, comme de toute armée au monde, est de défendre et de protéger nos citoyens et notre Etat, et pas de gagner d’improbables concours de moralité…

Résultat de recherche d'images pour "tsahal armee de defense d'israel"

Cette problématique n’est pas nouvelle, loin s’en faut. Dans un article éclairant paru après la Deuxième Guerre du Liban dans la défunte revue Forum Israël, Eliezer Shargorodski avait montré comment les penseurs et dirigeants sionistes avaient depuis longtemps été écartelés entre deux conceptions de la morale.

La première, d’inspiration judéo-chrétienne, abhorrait le recours à la force qu’elle considérait comme un danger mortel pour les “valeurs juives”. Cette conception, autrefois très minoritaire, était défendue par des intellectuels juifs allemands renommés, comme Martin Buber et Hermann Cohen.

Elle s’incarna dans un courant sioniste-pacifiste, dont les représentants furent à l’origine de la création de l’Université hébraïque de Jérusalem. Ces intellectuels poussèrent leur logique jusqu’à ses conséquences ultimes : Buber, un temps proche de Herzl, s’éloigna de lui pour soutenir la création d’un Etat binational, préférable selon lui à un Etat juif pour ne pas léser les droits des habitants arabes.

L’importance vitale du militarisme juif

La deuxième conception fut défendue par des hommes de plume et par la majorité des penseurs sionistes. L’écrivain Haïm Brenner ironisait ainsi, en 1919, sur le pacifisme de certains intellectuels, écrivant : “Doit-on s’enorgueillir de ne pas avoir de poings ?”

Jabotinsky, de son côté, comprit très tôt l’importance vitale de l’autodéfense juive (à l’époque du pogrome de Kichinev) et fut le fondateur de la Légion juive, ancêtre de Tsahal. Son militarisme n’était toutefois pas le fruit d’un amour invétéré pour le métier des armes, mais d’une analyse froide et lucide de la situation du peuple juif.

Dans son Histoire de la Légion juive, Jabotinsky relate ainsi cette anecdote, que lui avait racontée le dirigeant sioniste Nahum Sokolov. En vacances en Suisse, ce dernier rencontra un Lord écossais, auquel il fit état de sa participation au Congrès sioniste.”Ah oui?”, lui dit l’Ecossais, “c’est intéressant, mon frère aussi fait partie de ce mouvement…” Intrigué, Sokolov le pressa de questions, et finit par comprendre que le Lord écossais confondait le sionisme et le végétérianisme !

Jabotinsky_gallery1_big.jpg

Aux yeux des non-Juifs, conclut Jabotinsky, sionisme et végétérianisme, en 1901, étaient des choses similaires, c’est-à-dire d’innocentes utopies sans portée pratique sur les affaires du monde. Pour que le sionisme – et le peuple Juif – existent sur la scène mondiale, il fallait qu’ils deviennent une puissance militaire.

C’est cette conclusion qui amena le leader sioniste révisionniste à œuvrer sans relâche pour constituer la Légion juive, première force armée juive depuis l’époque des Maccabées, qui combattit dans les rangs de l’armée anglaise en Palestine pendant la Première Guerre mondiale et joua un rôle décisif dans la proclamation de la Déclaration Balfour.

Ce rappel historique est important pour comprendre que le militarisme juif, loin d’être une régression dans l’histoire de notre peuple – comme voudraient nous le faire croire certains chantres de la “paix maintenant” – est une étape indispensable de la régénération du peuple Juif, réduit au cours de son long exil à la condition de fantôme et de paria, dont l’existence était dépendante du bon vouloir de ses voisins.

Tsahal, lorsqu’elle est utilisée à bon escient – et non pas, à D. ne plaise, pour chasser des pionniers juifs de leurs maisons – n’est pas seulement une armée comme les autres,  voire plus morale, ou plus efficace : elle est l’Armée de Défense d’Israël, qui se bat pour le Kiddouch Hachem, la Sanctification du Nom. Elle est, pour paraphraser une expression fameuse du rav Abraham Itshak Hacohen Kook, parlant de l’Etat d’Israël (avant même sa création !) “le fondement du siège de la royauté divine dans le monde”.

Pierre Itshak Lurçat

4 COMMENTS

  1. Pour rappel. il y avait un million et demi de soldats Juifs d’Europe, d’Afrique du Sud, ainsi que de la Palestine qui ont combattus dans les rangs des armées Alliées pendant la 2e Guerre Mondiale, par patriotisme afin de défendre les pays ou ils vivaient.
    De nombreux témoignages dans mon livre:
    “Combattants Juifs dans les
    armées de Libération ». 1939-1948”
    http://cultures-j.com/combattants-juifs-dans-les-armees-de-liberation-de-georges-brandstatter/

  2. J’ai lu quelque part – je ne sais justement plus où- que justement la moralité de Tsahal pose problème à d’autres armées combattantes au monde, qui ne peuvent répondre aux mêmes impératifs éthiques et s’en trouvent embarrassées. Qui peut me donner la référence ?

  3. Certains confondent les buts et fondements d une armee avec la morale , une armee est forgee pour vaincre l ennemi et si possible , le detruire , ce n est pas un concept goy ou juif , c est l idee meme d une armee .
    Une fois cette base comprise , on peut y greffer une vision juive qui par exemple evitera si possible les dommages collateraux , mais une fois la mission remplie et ni avant ni pendant cette mission .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.