Toulouse: 7 ans après, l’antisémitisme gagne du terrain

4
645

C’était il y a sept ans déjà. Le terroriste Mohammed Merah abattait Gabriel (3 ans), Aryeh (6 ans), Myriam (7 ans) et Jonathan Sandler (30 ans) devant l’école juive Ozar Hatorah, renommée depuis Ohr Torah.

Pour célébrer la mémoire des victimes civiles mais aussi militaires, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est rendu à Toulouse ce mardi matin. L’écrivain juif français Marak Halter et les élus régionaux étaient aussi présents aux côtés des élèves et de leurs familles.

“Aujourd’hui, 7 ans après, le temps est passé mais tout est gravé, a affirmé Christophe Castaner dans son discours. Jonathan Sandler, vous êtes partis en père, avec l’amour, pas la peur. Aryeh, Myriam et Gabriel je pense à vous. Vous êtes tombés, victimes de l’antisémitisme, ce poison infect. Aujourd’hui en 2019, la France a le parfum abject des années 30”.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’un projet de loi allait être déposé ces prochaines semaines pour punir plus sévèrement les actes antisémites : “Des outils pour retirer plus rapidement des contenus racistes et antisémites en ligne, pour recupérer les coordonnées des auteurs de ces contenus auprès des opérateurs”.

Il envisage aussi de généraliser les pré-plaintes et les plaintes en ligne pour antisémitisme et de dissoudre les “groupes de haine”.

Christophe Castaner à son arrivée ce mardi matin à l'école Ohr Torah à Toulouse.
Christophe Castaner à son arrivée ce mardi matin à l’école Ohr Torah à Toulouse. – Photo DDM, Xavier de Fenoyl 
Christophe Castaner à la rencontre des familles des victimes et de la communauté juive.
Christophe Castaner à la rencontre des familles des victimes et de la communauté juive. – Photo DDM, Xavier de Fenoyl

C’est le directeur de l’école Yaacov Monsonego qui avait d’abord pris la parole : “On pourrait dire qu’on se retrouve presque comme d’habitude aujourd’hui 7 ans apres le massacre. 7 comme le nombre de victimes, comme l’âge de Myriam, la petite princesse qui devrait être aujourd’hui en classe de seconde”.

Puis est venu le tour de Marc Friedman, le représentant des parents d’elèves de l’école : “Que reste-t-il aujourd’hui à dire et condamner de plus ? Le terrorisme aveugle frappe toujours. Derrière chaque croix gammée, c’est notre liberté qui recule. Laisser dire c’est laisser faire mais l’avenir n’est pas écrit”. Quatre élèves lisent ensuite un texte de Victor Hugo à la mémoire d’Aryeh Sandler tué il y a 7 ans. Une élève de seconde rend hommage à Myriam : “Elle était vraiment singulière, sa lumière nous manque”.

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, a pris à son tour la parole : “Nous sommes ensemble pour nous dresser contre la barbarie”. La présidente de la région Occitanie Carole Delga a soutenu pour sa part le devoir de mémoire et de vigilance.

Un dépôt de gerbes square de Gaulle

A la mi-journée, Christophe Castaner s’est rendu au square Charles de Gaulle, près de la place du Capitole, pour déposer quatre gerbes devant la plaque commémorative au pied de l’arbre de la Concorde et de la Fraternité. Cet arbre avait été planté par l’ex chef de l’Etat François Hollande le 17 mars 2013.

Le nom des sept victimes a été énoncé, suivi d’une minute de silence et d’une Marseillaise.La cérémonie a duré sept minutes. Une centaine de personnes dont de nombreux élus étaient présents. Aucun incident n’est survenu.

 

Un dépôt de gerbe mais aucun discours.
Un dépôt de gerbe mais aucun discours. – Photo DDM, Jean-Noël Gros 
L'écrivain juif français Marek Halter était présent à la cérémonie.
L’écrivain juif français Marek Halter était présent à la cérémonie. – Photo DDM, Jean-Noël Gros

Autour du square, un important dispositif policier était mobilisé. Les policiers étaient présents dans chaque rue adjacente. Le square était entièrement fermé par des barrières.

Un important dispositif policier est présent autour du square Charles-de-Gaulle à Toulouse.
Un important dispositif policier est présent autour du square Charles-de-Gaulle à Toulouse. – Photo DDM, Jean-Noël Gros

Plus d’informations à suivre …

Manon Adoue et Jean-Noël Gros

4 COMMENTS

  1. L’ANTISEMITISME EXISTE ET S’AMPLIFIE DANS TOUTES LES VILLES OU IL Y A BEAUCOUP D’ARABES ET D’ EXTREMISTES DE GAUCHE,MAIS ETANT DONNE QUE C’EST LE CAS POUR TOUTE LA FRANCE,LE PROBLEME DEVIENT TRES SERIEUX MAIS JE REPETE A MES FRERES JUIFS QU’IL NE FAUT RIEN LAISSER PASSER ET RENDRE COUPS POUR COUPS AU RIQUE D’EN PRENDRE.IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER QUE LA PEUR N’A JAMAIS EMPECHE LE DANGER.NE VOUS INQUIETEZ PAS QUE TOUT SE PAIE UN JOUR ET CELA NE DEVRAIT PAS TROP TARDER.

  2. Les médias et le Gouvernement sont responsables de l’antisémitisme .

    Quant on voit comment Israël , Tsahal et Bibi sont souvent traités , il n’y a rien d’étonnant .

    Sans oublier certains soit disant ” comiques ” qui en profitent pour cracher leur ” humour ” sorti des égoûts .

    Et la liste est longue .

  3. La presse, surtout l’audiovisuel publique est essentiellement gauchiste et probablement manœuvrée par le quai d’orsay. Tout le tam tam fait par France 2 lors du feuilleton qui avait pour comédiens le petit mohamed et son père, filmé par un arabe et repris en boucle par le traitre enderlein qui n’a rien vu de la scène, n’a fait qu’empirer la situation des Juifs, alors qu’il a été prouvé par maintes TV étrangères, notamment Allemande, qu’il ne s’agissait que d’un tournage. À France 2 tous ceux qui se prennent pour des journalistes le savent et malgré le désastre que ça a provoqué, aucune excuse de cette chaîne.

  4. “un projet de loi allait être déposé ces prochaines semaines pour punir plus sévèrement les actes antisémites : “Des outils pour retirer plus rapidement des contenus racistes et antisémites en ligne, pour recupérer les coordonnées des auteurs de ces contenus auprès des opérateurs”.
    Qu’est-ce qu’on attend pour étendre ce projet aux commentaires antisémites dans la presse, parus avec la complicité des “modérateurs” dont la responsabilité n’est jamais mise en cause?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.