Hier, les forces de l’ordre ont procédé à des arrestations à Valence, Alicante et dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc.

Sept personnes au total ont été interpellées pour leurs liens présumés avec les organisations terroristes jihadistes d’al-Qaïda et de l’État islamique (EI).

La police espagnole a confirmé que cinq de ces suspects sont de nationalité espagnole, originaires de Syrie, de Jordanie et du Maroc. Deux autres interpellés sont Syrien et Marocain.

Un des hommes arrêtés organisait par le biais d’une entreprise l’envoi en Syrie et en Irak de matériel militaire, d’argent, d’armes à feu, d’équipements de transmission et des produits destinés à fabriquer des explosifs.

Ces envois étaient financés par de l’argent qui leur parvenait de la «hawala», un système islamique informel de transferts de fonds, beaucoup plus discret que les envois classiques. Le matériel et l’arsenal étaient envoyés à l’étranger sous couvert d’une aide humanitaire.

Le leader présumé de l’organisation basée en Espagne a des relations constantes et directes avec un membre de l’EI qui lui aurait demandé également de recruter des femmes en vue de les marier à des combattants jihadistes en Syrie.

Ces interpellations interviennent dans le cadre d’une enquête menée depuis 2014 sur la structure d’organisations terroristes basées à l’étranger comme le Front al-Nosra ou Daech.

1 COMMENTAIRE

  1. Un exemple de plus pour souligner le laxisme européen en matière de terrorisme.
    Donner la nationalité d’un pays européen à des individus dont on a pas contrôlé la qualité, est un acte irresponsable et grave, que les administrations de ce pays commettent.
    Et comme pour confirmer la légèreté de leur incurie, aucun suivi ni période d’observation, ne sont pratiqué pour s’assurer de leur comportement pacifique.
    Pour dix individus arrêtés, combien passent entre les mailles du filet ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.