Suicide d’un adolescent à Poissy: les réactions politiques

La mère de l’adolescent l’a retrouvé dans sa chambre mardi soir. La piste du harcèlement scolaire est étudiée, l’adolescent ayant déjà signalé des faits par le passé.
Un adolescent de 15 ans s’est suicidé mardi soir à son domicile de Poissy, dans les Yvelines, a appris BFMTV, confirmant une information du Parisien. La mère de l’adolescent l’a découvert pendu dans sa chambre en fin de journée.

Malgré l’intervention des pompiers, l’adolescent n’a pas pu être réanimer. Sa mère, en état de choc, a été hospitalisée.

Les parents dénoncent du harcèlement scolaire

Le jeune homme était scolarisé jusqu’à l’année dernière dans un lycée professionnel de Poissy, et venait de faire sa rentrée dans un nouveau lycée professionnel du 14e arrondissement de Paris.
Dans une note que BFMTV a pu consulter, la famille indique que l’adolescent aurait été victime de harcèlement scolaire. Selon nos informations, l’adolescent avait signalé en 2022 des comportements pouvant correspondre à du harcèlement scolaire dans son établissement. Le proviseur ainsi que le rectorat avec été saisis.

Une main courante avait été déposée auprès des services de police, sans qu’une procédure judiciaire soit engagée par la suite. L’adolescent était à ce moment-là élève de troisième en prépa professionnelle au lycée Adrienne-Bolland de Poissy.

Des éléments qui seront étudiés par les policiers, bien qu’une source proche du dossier affirme à BFMTV qu’il n’y a à ce stade « pas de lien établi avec ces faits ».

BRIGITTE MACRON VA SE RENDRE À SON DOMICILE

La première dame va se rendre ce jeudi après-midi au domicile des parents du lycéen qui s’est suicidé deux jours plus tôt à Poissy, après avoir signalé des faits de harcèlement.
Elle sera accompagnée de Karl Olive, anciennement maire de la commune et député Renaissance du département.

Mercredi, Gabriel Attal a annoncé l’ouverture d’une enquête administrative « pour que toute la lumière soit faite » sur le harcèlement que cet adolescent a subi. Ce harcèlement, constitué de « brimades » et d' »injures répétées », avait été signalé à l’établissement fin 2022.

Très investie dans la lutte contre le harcèlement scolaire, Brigitte Macron rappelait l’importance de cet engagement à ses yeux, dans les colonnes du Parisien, au début de l’année 2023.

« J’ai l’impression que s’il y a une raison pour laquelle je suis là, c’est pour faire avancer cette cause. Lutter contre le harcèlement scolaire, c’est mon combat », déclarait-elle.
En juin dernier, la première dame avait reçu le mère et le beau-père de Lindsay, cette adolescente qui s’était donné la mort un mois plus tôt, après avoir subi des faits de harcèlement scolaire.

«JE VEUX QUE TOUTE LA LUMIÈRE SOIT FAITE»

Quelques heures après avoir échangé par téléphone avec la mère de l’adolescent, Gabriel Attal a déclenché une enquête administrative sur la situation scolaire de l’adolescent : «Je veux que toute la lumière soit faite», a-t-il assuré.

Toutefois, le ministre de l’Éducation nationale a donné plusieurs éléments quant à un drame potentiellement porté par un mal-être : «En décembre 2022, le harcèlement avait été signalé», a indiqué Gabriel Attal, mentionnant des brimades et des injures répétées de la part de plusieurs élèves.

«Un rendez-vous avait été organisé dans l’établissement (…) En mars 2023, les parents de l’adolescent ont été reçus par le lycée, ainsi que les élèves mis en cause», a-t-il poursuivi.

DES MESURES INSUFFISANTES DÉNONCÉES PAR LES PARENTS

Toujours selon le ministre, un échange de courrier avait alors eu lieu en avril 2023, entre l’établissement et les parents du jeune Nicolas, qui dénonçaient une absence de mesures suffisantes face à la situation. Le lycée mis en cause a indiqué que l’élève avait bénéficié d’un suivi par la CPE.

Hasard du calendrier, Gabriel Attal a par ailleurs reçu ce mercredi les parents de Lindsay, l’adolescente de 13 ans qui s’était suicidée le 12 mai dernier après plusieurs mois de harcèlement scolaire.

Le ministre de l’Education a réitéré les annonces de cet été sur le sujet : «Désormais, ce sera aux harceleurs de changer d’établissement», a-t-il rappelé ajoutant que des sanctions disciplinaires pourront être prononcées par l’école en cas de cyberharcèlement.

JForum avec www.bfmtv.com et cnews

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
KIGEM

QUE DE BELLES PAROLES SANS ÊTRE SUIVIES D ACTES CONTRE CES HARCELEURS .