Sugihara Chiune, le Schindler japonais (vidéo)

Sempo Chiune Sugihara est né au Japon à Yaotsu (Gifu) en 1900. Après une scolarité exemplaire, il entreprit des études supérieures pour servir son pays auquel il était profondément attaché et qu’il rêvait de représenter sous toutes les latitudes.

Il épousa une jeune femme du nom de Katia Semionovna de laquelle il divorça en 1935. Il épousa en secondes noces une japonaise Yukiko Sugihara et fonda avec elle une famille heureuse illustrée par la naissance de quatre enfants.

Il parlait la langue russe très couramment car il avait étudié tout ce qui concernait l’Union Soviétique à l’institut japonais Gakuin implanté à Harbin et en tant que Directeur du Ministère des Affaires Etrangères d’un Etat fantoche : le Mandchoukouo et il avait développé de nombreuses relations avec des personnes originaires de Russie soviétique. Parallèlement, Tokyo exigeait de lui des renseignements sur les mouvements terrestres et maritimes des armées nazies et/ou soviétiques dans les régions avoisinantes la Lituanie et la Russie.

S’étant brillamment illustré en 1932 par des transactions et des relations commerciales et diplomatiques avec la République Soviétique de l’époque dans une sorte de représentation diplomatique à Harbin, capitale de la Mandchourie, il reçut l’ordre de mission, en Novembre 1939, en tout début de la seconde Guerre Mondiale, de rejoindre la Lituanie et d’y ouvrir un consulat.

Dès son arrivée à Kovno, capitale de Lituanie, Sugihara fut immédiatement confronté au problème de survie des Juifs pourchassés par les Nazis. La population juive de Kovno comptait 30,000 âmes. Déjà, il avait eu vent des atrocités perpétrées par les nazis sur les Juifs en Pologne. Il délivra des visas pour le Japon à plus de 6,000 personnes leur permettant ainsi de quitter ce sol pour voguer vers d’autres territoires plus amènes et sauvant la vie de ces réfugiés en leur suggérant de fuir cette Europe enflammée à travers la Russie et la Sibérie jusqu’en Mandchourie puis, de là, vers le Japon muni de leurs visas.

Son gouvernement le houspilla et le rappela à l’ordre mais, tant qu’il put délivrer des visas, il le fit, pour sauver des vies. Ce couple poursuivit ses actions salvatrices en dépit des ordres reçus par le gouvernement japonais occupé par ailleurs par des tractations coupables aux yeux du monde libre et tout-à-fait conscients qu’ils mettaient leur carrière et leurs vies en danger par leur refus d’obéissance.

Certains Juifs lituaniens ou polonais s’étaient arrangés pour recevoir de faux-visas pour Curaçao ou vers des possessions hollandaises en Amérique. Les façons de fuir d’Europe occidentale devenaient de plus en plus périlleuses aussi, Sempo Sugihara, ne sachant que décider pour ces personnes, leur délivra en 1940 des visas d’une durée de 10 jours pour leur permettre de s’éloigner. Il reçut, de son gouvernement, l’ordre de fermer le consulat en automne de la même année. Déchiré par le sort amer qui attendait ces êtres dont certains n’étaient pas même en possession de tous les documents nécessaires pour leur transfert vers le Japon ou Curaçao et leur délivra, malgré tout, des visas et autres documents, car, à l’époque, le seul moyen de regagner les rivages américains était de transiter par le Japon.

Les autorités nippones, soucieuses de ne pas avoir soudain des réfugiés à nourrir et entretenir, exigèrent de Sempo Sugihara de vérifier que chaque voyageur était en possession de titres de voyage et d’argent pour leur permettre de subsister tout le temps de leur transfert et, dans la négative de ne pas délivrer quelque document que ce fût. La réponse du diplomate fut qu’il avait dû délivrer des visas sans vérifier les moyens de subsistance des futurs voyageurs à cause de l’urgence et du fait que pour transiter ils étaient obligés d’être en possession des visas pour pouvoir quitter la république soviétique. Les autorités soviétiques à Vladivostok firent pression sur le gouvernement japonais afin de faciliter le transbordement des fuyards vers le Japon même si tous les documents n’étaient pas visibles.

Entre la date de sa nomination jusqu’à la date où il quitta la Lituanie, Sempo Sugihara délivra 2440 visas y compris des visas pour des enfants.

Sugihara Chiune, le Schindler japonais | Nippon.com – Infos sur le Japon

Sempo Sugihara quitta Kovno pour se rendre dans la capitale Tchèque : à Prague. De là, le gouvernement japonais, l’envoie en mission en Roumanie. Il restera là-bas jusqu’à ce que les Nazis, battus, retournent en Allemagne. C’est alors qu’il fut appréhendé et arrêté puis incarcéré et détenu avec les membres de sa famille trois années durant par les Soviétiques.

En 1947, le gouvernement japonais, de manière très arbitraire, mit un terme à la carrière diplomatique de Sempo Sugihara sous le prétexte qu’il était nécessaire d’opérer une très importante réduction de personnel.

Sempo Sugihara tomba en disgrâce à cause de son opiniâtreté à délivrer des visas aux Juifs persécutés. Destitué de ses fonctions diplomatiques, il dut s’exiler pour une vingtaine d’années à Moscou où il dirigea une entreprise commerciale. Puis, revenant sur le territoire japonais il continua dans des activités commerciales, dans une importante société commerciale japonaise. Il s’en retira à l’âge de 75 ans.

Les démarches pour l’obtention de la médaille des Justes aboutirent en 1985 par une cérémonie officielle à Jérusalem, au cours de laquelle cette suprême consécration lui fut décernée le remerciant et saluant de cette manière la compassion et l’humanité dont il fit preuve durant ces dures années que dura la seconde guerre mondiale.

En recevant la Médaille des Justes, Sempo Sugihara répondit à la question qui lui fut posée de savoir pour quelles raisons il désira tellement (au prix de très longues heures d’un travail harassant pour lui et son épouse en 1940 à signer des milliers de visas :  » c’étaient des êtres humains et ils avaient besoin d’aide » dit-il simplement. « Je suis heureux d’avoir trouvé la force de prendre des décisions pour eux ». C’était un homme religieux qui croyait en un Dieu universel pour tous les peuples. Il a déclaré encore : je peux désobéir à mon gouvernement mais je ne peux désobéir à D.

Lors de cette cérémonie, des milliers de personnes se sont rendues à Jérusalem pour rendre hommage et témoigner de leur reconnaissance. Certaines données laissent à penser qu’environ 40,000 personnes doivent la vie à cet homme hors du commun.

Il s’était converti à l’Eglise Grecque Orthodoxe et, comme il a été dit plus haut il était profondément croyant.

Sugihara s’éteignit en 1986, âgé de 86 ans. Sa femme lui survécut puisqu’elle mourut en 2008 à l’âge de 94 ans.

Persona Non Grata (2015) - IMDb

Sugihara was also raised in the strict Japanese code of ethics of a turn-of-the-century samurai family. The cardinal virtues of this society were oya koko (love of the family), kodomo no tameni (for the sake of the children), having giri and on (duty and responsibility, or obligation to repay a debt), gaman (withholding of emotions on the surface), gambatte (internal strength and resourcefulness), and haji wo kakete (don’t bring shame on the family). These virtues were strongly inculcated by Chiune’s middle-class rural samurai family.

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.